Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

TikTok limite son temps de consultation auprès des enfants ? Un leurre

Vers une régulation des plateformes abrutissantes ? C’est ce que la décision de TikTok, qui entend limiter le temps de consultation des mineurs sur sa plateforme, semblerait indiquer. Mais qu’en est-il vraiment ?

TikTok a annoncé imposer un plafond de 60 minutes par jour pour les utilisateurs mineurs. Cette nouvelle fonctionnalité prévoit un avertissement après une heure d’utilisation pour tous ceux qui ont déclaré avoir moins de 18 ans au moment de leur enregistrement. Le mineur devra saisir un mot de passe pour continuer à regarder le site.

Elle s’ajoute à la fonction de jumelage familial des comptes, grâce à laquelle les parents peuvent définir un temps de consultation quotidien maximal de l’enfant.

Or, on mesure facilement la portée de telles annonces, qui relèvent plus du coup de communication que de la volonté réelle de mettre un frein à l’addiction et l’abêtissement induit par leur propre outil, puisque, dans un cas comme dans l’autre, les utilisateurs pourront simplement désactiver la fonction ou mentir sur leur âge. Rien de plus aisé.

Et ces fonctionnalités ne règlent pas le problème de la qualité des contenus. La duplicité des versions de TikTok, celle nationale et les autres destinées à l’export, est désormais bien connue : quand la version chinoise, Douyin, propose une majorité de vidéos pédagogiques (visites de musée, découvertes techniques ou scientifiques, saisons culturelles…), quand elle bloque les comptes des influenceurs jugés potentiellement nocifs (focalisant sur l’argent facile, l’homologation physique ou trop occidentalisés) et encense des modèles de qualité ; les versions destinées à l’étranger vantent dans leur écrasante majorité des vidéos stupides, sans aucun intérêt (les chiens qui sautent, les filles qui chantent mal, les gags…), à caractère sexuel, quand ce ne sont pas carrément des contenus dangereux, relatifs à l’automutilation, au suicide, à l’anorexie, ou les challenges (comme le dernier en vogue, qui consiste à prendre un anxiolytique et de lutter contre ses effets en restant debout).

Quant aux institutions françaises qui protègent leurs données contre l’espionnage en interdisant l’accès à TikTok à partir des dispositifs de ses fonctionnaires, on remarque elles n’ont que faire de la santé mentale des enfants. Des enfants connectés à un écran près de 3 heures par jour… dès 2 ans ! Entre 8 et 12 ans, ils  y passent près de 4 h 45. Entre 13 et 18 ans, ils frôlent les 6 h 45. TikTok, mais aussi Snapchat, Instagram, Facebook ou YouTube.

Ces chiffres vertigineux sont, de plus, à mettre en corrélation avec la provenance sociale des familles, car, quand les deux parents travaillent, la supervision des enfants est évidement moindre.

Comme l’écrit Eugénie Bastié “Si les enfants des classes supérieures sont encore préservés de l’abêtissement généralisé, les classes populaires y sont, elles, entièrement livrées. Le temps d’écran auquel sont exposés les enfants diminue à mesure qu’on monte dans la hiérarchie sociale. C’est pourquoi les promesses de “réduire la fracture numérique” à coups de distributions de tablettes ne sont que des machines à alimenter la fracture sociale.”

Or, ces heures passées isolé, léthargique, coupé de toute interaction humaine et de tout apprentissage n’est pas une fatalité. Les parents doivent redevenir les éducateurs de leur progéniture. Et gérer l’utilisation des écrans fait partie intégrante de ce processus. Les conseils, les astuces, les freins en la matière ne manquent pas : réduire soi-même son temps de consultation, se faire remettre le téléphone portable à une heure donnée, être présent durant la consultation, obtenir les mots de passe, orienter vers des contenus de qualité etc… mais surtout expliquer à ses enfants de quoi il en retourne. Leur faire comprendre les dangers du sur-usage numérique. Qui ne concerne pas seulement la baisse du QI et des fonctions cognitives – percevoir, se concentrer, acquérir des connaissances, raisonner -, mais aussi la ruine de l’interaction humaine, incapables qu’ils deviennent à créer des liens physiques avec les autres, et le contrôle de leurs émotions. Un livre ne suffirait à énumérer les dommages induits par cette consommation obèse et passive d’écran.
Un véritable défi auquel les parents ne peuvent se soustraire et qui déterminera l’avenir de nos sociétés.
Audrey D’Aguanno

Photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “TikTok limite son temps de consultation auprès des enfants ? Un leurre”

  1. patphil dit :

    on entend partout que les chinois utilisent tiktok à leur profit…. ( tandis que les américains non, bien sur!) hypocrites!

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Environnement, International

Tyrrhenian Link. Eolien en Italie : la “révolte des oliviers” contre l’expropriation des terres

Découvrir l'article

A La Une, Politique, Société

Pour rallier la jeunesse aux idées identitaires, il va falloir être cool ! L’exemple de l’AfD

Découvrir l'article

International

Trump vs Biden, le parti pris indécent des médias révèle la bêtise de nos contemporains

Découvrir l'article

Santé, Sociétal, Société

Des sages-femmes s’opposent à l’adhésion de leur ordre à la Gay Pride : elles seront rééduquées

Découvrir l'article

Politique

Jean-Luc Mélenchon est-il limité ?

Découvrir l'article

Politique

Délinquants violents au pouvoir ? La gauche en raffole. Le cas Ilaria Salis

Découvrir l'article

Politique, Tribune libre

Élections législatives volées ? Une gifle nécessaire, réjouissons-nous ! [L’Agora]

Découvrir l'article

A La Une, Culture & Patrimoine, Société

La chanson des élections ? Pour Breizh-Info, c’est celle-ci ! (Si belle et si triste à la fois)

Découvrir l'article

International, Société

Des Gay Pride américaines interrompues par des manifestants pro-palestiniens. Court circuit à gauche

Découvrir l'article

A La Une, International

Julian Assange est enfin libre !

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky