Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Menace terroriste en Irlande du Nord. Le MI-5 relève son niveau d’alerte, une première depuis douze ans.

Le MI-5, le service de sécurité britannique, a relevé son niveau d’alerte concernant la menace terroriste en Irlande du Nord. Une première en douze ans. Un ancien haut gradé de la police nord irlandaise I a déclaré qu’une “génération entière” aurait dû vivre des jours meilleurs depuis l’accord du Vendredi saint, mais que ça n’est visiblement pas le cas.

Le MI5 est censé revoir le niveau de menace tous les six mois et ce niveau d’alerte signifie qu’un attentat est fortement possible, étant passé à grave. Les niveaux de menace sont conçus pour donner une indication de la probabilité d’un attentat terroriste et il y a cinq catégories allant de faible à critique. Le niveau “grave” se situe un cran en dessous du niveau “critique”, ce qui signifie qu’un attentat est attendu de manière imminente.

Cette décision fait suite à une augmentation des attaques perpétrées par des républicains dissidents au cours de l’année écoulée. L’inspecteur John Caldwell a été victime d’une tentative d’assassinat par deux hommes masqués à l’extérieur d’un complexe sportif à Omagh en février. La police pense que l’attaque a été perpétrée par la Nouvelle IRA.

L’ancien commissaire divisionnaire du PSNI, Roy McComb, qui est aujourd’hui consultant international dans le domaine de la criminalité organisée et de la justice, a déclaré que le niveau de menace n’avait été relevé qu’après une évaluation minutieuse du MI5. Il ajoute qu’après l’accord du Vendredi saint, il est “décevant” de retrouver le niveau de menace auquel l’Irlande du Nord était confrontée il y a 25 ans.

La capacité d’utiliser des armes à feu ou des explosifs a augmenté, selon le renseignement, du fait possible du recrutement de membres expérimentés ayant un passé d’activités terroristes dans les années 1970, 1980 ou 1990.

« Nous avons une génération entière qui a plus de 25 ans et qui aurait dû vivre les jours meilleurs d’une société post-conflit plus apaisé. Aujourd’hui, des deux côtés, certains membres des communautés vénèrent et applaudissent les activités des terroristes de part et d’autre de la ligne de démarcation. On entend constamment des chansons de l’IRA dans les pubs, les clubs et les manifestations sportives. Les paramilitaires loyalistes s’affichent en haut et en bas de la côte nord de North Down, à l’est de Belfast, ils sont impliqués dans le crime organisé, partout où vous regardez, il y a un niveau d’activité terroriste souvent déguisé en crime organisé. Vingt-cinq ans après l’accord du Vendredi saint, la société aurait dû être beaucoup plus stable, beaucoup plus calme et beaucoup plus en paix avec elle-même » a déclaré M. McComb qui craint que le niveau de menace reste élevé pendant des années, car il faudra que les intentions et les capacités changent.

De son côté, le président de la Fédération de la police d’Irlande du Nord (PFNI), Liam Kelly, a déclaré que personne ne devait être “surpris” par l’augmentation du niveau de menace. « À la suite de la lâche tentative de meurtre de l’inspecteur John Caldwell à Omagh et d’autres attaques contre des agents, nos collègues ont renforcé leur sécurité personnelle et font preuve d’une vigilance accrue. Franchement, personne ne devrait être surpris par cette dernière évaluation des services de renseignement du MI5, qui reconnaît l’ampleur du défi. Cette augmentation du niveau de menace est justifiée. On peut raisonnablement se demander pourquoi le niveau de menace a été abaissé à “substantiel” alors qu’il était clair que les groupes républicains dissidents étaient toujours activement déterminés à commettre des meurtres et des destructions. Nos agents ne se laisseront pas dissuader de faire ce qu’ils ont à faire au nom de nos communautés »

Le secrétaire d’État Chris Heaton-Harris a déclaré que la population ne devait pas s’alarmer de l’élévation du niveau de menace, mais qu’elle devait rester vigilante. Simon Byrne, chef de la police d’Irlande du Nord, a déclaré que le relèvement du niveau de menace s’inscrivait dans le cadre d’un “processus continu de surveillance du niveau de menace en Irlande du Nord, mené par le MI5″.

« Nous avons parlé publiquement du nombre d’attaques qui ont eu lieu ces derniers mois, notamment la tentative de meurtre de l’inspecteur John Caldwell le 22 février. Nous poursuivrons sans relâche ceux qui cherchent à causer du tort et à terroriser nos communautés, et à attaquer mes officiers et mon personnel, et je leur rends hommage alors qu’ils continuent à travailler pour nos communautés »

Bien que les tensions au sein des groupes loyalistes aient conduit à des attaques dans certaines parties du comté de Down ces derniers jours, le changement du niveau de menace n’est pas lié à cette flambée. Plusieurs groupes paramilitaires loyalistes – dont les plus importants sont l’Ulster Volunteer Force et l’Ulster Defence Association – sont actifs en Irlande du Nord mais ne sont pas considérés comme une menace pour la sécurité nationale et ne sont donc pas pris en compte dans l’évaluation du MI5.

Le dirigeant du DUP, principal parti unioniste, Sir Jeffrey Donaldson, a déclaré qu’il s’agissait d’une “mauvaise nouvelle” pour l’Irlande du Nord.

Gerry Kelly, député du Sinn Féin, a déclaré qu’il n’y avait pas de place en Irlande du Nord pour les gangs paramilitaires et leur a demandé de “faire leurs valises et de partir”.

De son côté, le chef du SDLP, Colum Eastwood, a déclaré que ceux qui choisissent la violence pour obtenir un changement constitutionnel “ne gagneront jamais”.

John Blair, député de l’Alliance et membre du Policing Board, a déclaré que l’Irlande du Nord « ne peut être entraînée dans le passé. C’est extrêmement préoccupant, mais malheureusement pas surprenant compte tenu des événements injustifiables auxquels nous avons assisté ces dernières semaines et ces derniers mois, du ciblage sinistre de la police et des menaces proférées à son encontre et à l’encontre de sa famille »

Les tensions sont fortes, sur fond de crise communautaire post Brexit, de protocole, mais aussi d’une crise économique et sociale qui frappe lourdement les classes populaires d’Irlande du Nord, qui comme ailleurs en Europe, sont largement méprisées par les élus et les pouvoirs politiques chargés pourtant de les représenter et d’agir en leurs noms.

Crédit photo :  (photo du livre « A Broad Churc », signé Gearoid o faolean )

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Culture & Patrimoine, Histoire

Troubles en Irlande du Nord. Freddie Scappaticci, un agent double au coeur de l’IRA

Découvrir l'article

Sociétal

La Prison pour femmes de Rennes va accueillir des dizaines de combattantes islamistes

Découvrir l'article

International

Irlande du Nord, la frontière de tous les dangers

Découvrir l'article

International

Le tueur à gages de l’IRA qui a abattu le leader des Shankill Butchers’s, Lenny Murphy, est mort à l’âge de 67 ans

Découvrir l'article

International

« Ne Vendez pas de drogue ici ». Les paramilitaires de l’UVF alertent la population au sujet des dealers de l’est de Belfast

Découvrir l'article

International

L’Irlande réunie, le choix le plus populaire pour les personnes de moins de 45 ans.

Découvrir l'article

International

Une écrasante majorité d’électeurs de l’Irlande du Nord se prononce en faveur d’une réintégration dans l’UE

Découvrir l'article

International

Irlande du Nord. Le DUP accepte un accord pour rétablir le partage du pouvoir

Découvrir l'article

International

En Irlande, une nouvelle loi pour condamner l’utilisation du terme Óglaigh na hÉireann pour désigner l’IRA provisoire

Découvrir l'article

International

Irlande du Nord. Une liste des trafiquants de drogue présumés liés au gang criminel “The Firm” mise en ligne à la suite du suicide d’une personne vulnérable

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky