Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Le mythe du Che a été la campagne de marketing la plus réussie des temps modernes » : Entretien avec María Werlau.

María Werlau est cofondatrice et directrice exécutive de Cuba Archive, un groupe de réflexion à but non lucratif qui défend les droits de l’homme, et auteur de nombreux ouvrages en anglais et en espagnol sur divers sujets liés à Cuba. Elle a notamment publié “L’intervention de Cuba au Venezuela” et “Les victimes oubliées de Che Guevara“. Elle est titulaire d’une licence en service extérieur de l’université de Georgetown et d’une maîtrise en études internationales de l’université du Chili.

 Notre confrère Alvaro Pena a réalisé un entretien pour The European Conservative que nous avons traduit et que nous vous proposons ici.

“Nous avons tiré, nous avons tiré et nous continuerons à tirer“, a déclaré le Che aux Nations unies. Est-ce la phrase qui décrit le mieux Che Guevara ?

María Werlau : Oui, car il aimait tuer. J’ai parlé à de nombreuses personnes qui l’ont connu, y compris le curé de La Cabaña, la forteresse qui était la prison où le Che était chargé de la justice révolutionnaire. Il aimait cela et l’a dit au prêtre, un homme qui n’en pouvait plus et qui a dû partir au bout de six mois, après avoir accompagné 55 personnes jusqu’au mur. Le Che a écrit à ce sujet et a été très clair.

Il n’a pas menti sur le sujet…

María Werlau : Pas à ce sujet, mais il a trompé les gens lorsqu’il a déclaré à la télévision qu’il n’était pas communiste, même si je lui reconnais le mérite d’avoir été cohérent et d’être parti à la guérilla pour défendre ses idéaux. Ce qui est inhabituel, c’est la façon dont la propagande l’a transformé en mythe. Il s’agissait d’une campagne délibérée visant à nettoyer l’image de la révolution cubaine et à les transformer tous deux en un mythe romantique. Pour la mener à bien, les services secrets cubains ont fait appel au KGB et à ses satellites. C’est ce que raconte Ion Pacepa, ancien directeur de la Securitate roumaine, qui raconte comment ils ont demandé leur aide pour transformer le Che en martyr. Et je pense que cela a été la campagne de marketing la plus réussie des temps modernes, car il n’y a pas un pays où l’on ne voit pas l’image de Che Guevara. Même en Pologne, un pays qui a tant souffert du communisme, j’ai vu des images du Che.

C’est la raison pour laquelle j’ai écrit ce livre, parce qu’il existe une énorme bibliographie consacrée au Che, mais rien sur ses victimes.

Peut-être parce que toute la bibliographie ne porte que sur le mythe justement…

María Werlau : Pas nécessairement, ce qui se passe, c’est que les biographes les plus connus de Che Guevara, comme Lee Anderson ou Castañeda, font un travail très pauvre en ce qui concerne les victimes, ils leur consacrent à peine deux lignes.

Se pourrait-il que cela soit dû précisément au poids de la propagande, à la puissance du mythe ?

María Werlau : Le mythe pèse lourd. Je les ai rencontrés tous les deux et j’ai correspondu avec Castañeda à cause d’une photo du club de golf en Argentine où la famille du Che avait l’habitude d’aller et où il aurait appris à jouer lorsqu’il était cadi. En réalité, il était membre du club comme le reste de sa famille. J’ai également parlé à Lee Anderson, qui a lui aussi adhéré au mythe. Et je suppose que l’avantage de préserver le mythe du Che permet également d’accéder aux archives à Cuba et de vendre plus de livres. C’est toujours une question de capitalisme et la raison pour laquelle de nombreux jeunes portent un T-shirt du Che, des jeunes que le Che aurait envoyés dans un camp de concentration.

L’interview de l’acteur Benicio del Toro, qui incarne le Che, est un exemple de cette méconnaissance. Lorsque l’intervieweur l’a interrogé sur ses crimes, il n’a pas su quoi dire…

María Werlau : J’ai assisté à la première de ce film à New York et la salle était pleine de communistes latino-américains. Le mythe se vend très bien et les questions qui peuvent le ternir sont ignorées. Soit on ne parle pas de ceux qui ont été tués, soit on dit qu’ils l’ont mérité parce qu’ils étaient les bourreaux de Batista. Mais ce n’est pas le cas, de tous les cas étudiés, aucun n’était un voyou de Batista. Ce que les révolutionnaires voulaient, c’était répandre la terreur, et c’était le plan des frères Castro et de Che Guevara au Mexique. La terreur pour pouvoir exercer plus facilement le contrôle. Il y a le cas d’un jeune homme qui venait d’entrer dans la police et le Che dit qu’il ne se soucie pas de savoir s’il est innocent ou non : « S’il portait l’uniforme bleu de Batista, il devait être abattu ». La vérité est que la grande majorité des voyous qui ont commis les meurtres de Batista avaient réussi à fuir le pays.

La terreur comme arme révolutionnaire est un élément du bolchevisme…

María Werlau : Oui, c’est ce que dit l’homme qui les a formés au Mexique, qu’ils avaient ce plan pour atteindre le pouvoir absolu. Et, bien sûr, ils reçoivent tout cet héritage du KGB et de ses services secrets satellites. Il existe un livre très intéressant, “El soviet caribeño”, de César Reynal Aguilera, qui affirme qu’il s’agissait d’un plan préparé par ces services pour que Fidel Castro puisse prendre le contrôle du mouvement de résistance contre Batista, qui n’était pas un mouvement communiste. Mes parents appartenaient à ce mouvement et étaient profondément anticommunistes. La vérité est que sans ce soutien, Castro n’aurait pas pu prendre le pouvoir, et une fois l’île entre ses mains, il a organisé un service secret et de contre-espionnage sur le modèle du KGB. Ils ne tirent plus sur les gens, mais les condamnent à l’exil et à de longues peines de prison (il y a aujourd’hui plus d’un millier de prisonniers politiques), et gardent le contrôle absolu d’une île où rien ne fonctionne.

Le Che est devenu un symbole de rébellion, un T-shirt, est-il possible d’y mettre fin ?

María Werlau : Non, tant que les T-shirts continueront à se vendre, mais ce qui est incroyable, c’est que la campagne Che Guevara, née dans le but de donner une image romantique de la révolution cubaine, a réussi à faire en sorte qu’il soit mal vu de critiquer Cuba. Elle a dépassé les attentes initiales et a créé d’autres mythes de justice sociale ou de qualité de vie dans un endroit paradisiaque.

María Werlau

Ou encore le fameux système de santé cubain…

María Werlau : Il s’agit là d’un autre mythe. J’ai beaucoup travaillé sur cette question et c’est vraiment du jamais vu. Si vous vous rendez dans un hôpital local, et non dans les centres pour étrangers, la situation est indescriptible : saleté, manque d’eau et de médicaments, absence d’air conditionné, etc. Mais il s’agit d’un mythe répété publiquement, même par des personnalités comme Obama et Colin Powell. Nous avons réalisé un travail approfondi sur cette question, dans lequel nous avons dénoncé le fait que l’Organisation panaméricaine de la santé, qui représente l’OMS dans la région, est une machine complètement cooptée par Cuba et qui contribue à cacher la réalité.

Sans parler de questions plus épineuses comme le programme cubain de biotechnologie qui existe depuis les années 1980 et qui a bénéficié d’investissements considérables. En 2001, j’ai publié un article sur le possible programme d’armes biologiques qui a fait grand bruit aux États-Unis, car Cuba possédait un laboratoire de niveau 4. Parmi les témoignages que j’ai présentés, le plus important est celui de Ken Alibeck, un scientifique qui a dirigé le programme d’armes biologiques soviétique. Alibek se disait convaincu de l’existence d’un programme biologique cubain. Mais en 2002, Jimmy Carter et une délégation américaine ont visité les installations cubaines et la question n’a plus jamais été abordée. Il est possible que les Cubains aient abandonné le programme militaire en voyant ce qui s’est passé en Irak, mais avec l’arrivée de l’argent de Chávez, ils pourraient bien l’avoir sauvé.

Le chavisme vénézuélien a été un bon élève du régime cubain.

María Werlau : Oui, et cela est dû au travail des services de renseignement cubains, qui ont créé un énorme réseau d’associations de solidarité avec Cuba dans le monde entier – je pense qu’il y en a environ 1 900 – à partir desquelles ils recrutent des personnes de toutes sortes pour promouvoir le travail de Cuba. C’est pour cela qu’ils se sont intéressés au Venezuela.

J’ai vécu au Venezuela pendant presque trois ans et j’ai averti mes connaissances là-bas des mesures que Chávez allait prendre, parce qu’il était très clair pour moi qu’il suivait un modèle, mais ils m’ont dit que j’étais obsédé par Cuba. Malheureusement, le Venezuela est aujourd’hui un satellite de Cuba.

Cette importance de Cuba est-elle aussi une conséquence de tous ces mythes ?

María Werlau : Oui, mais pour comprendre ce qui s’est passé à Cuba, il faut examiner une série de facteurs qui expliquent le succès du modèle. L’importance de la propagande est évidente, mais le travail clandestin est fondamental, car il s’agit de régimes qui ne sont soumis à aucune morale ou éthique. Tout est permis. Les services secrets cubains sont les seuls de l’ancien bloc soviétique, avec le KGB, à avoir eu et à avoir encore un programme de clandestins. Des agents qui s’entraînent pendant des années à prendre une fausse identité, et on estime qu’il y a environ cinq cents agents illégaux dans le monde. Dans nos dossiers, nous avons enregistré jusqu’à 5 000 relations de renseignement aux États-Unis et 1 600 dans toute l’Amérique latine et les Caraïbes. Cela donne une idée du fonctionnement du régime cubain, et si c’est difficile à croire pour moi, un Cubain, imaginez un politicien qui a grandi avec l’idée de cette belle Cuba, de Che Guevara, de la justice sociale et de sa médecine fantastique…. Il ne le croira pas, et c’est là la grande victoire de la propagande cubaine.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

9 réponses à “« Le mythe du Che a été la campagne de marketing la plus réussie des temps modernes » : Entretien avec María Werlau.”

  1. Durandal dit :

    Bonjour,

    “Mais en 2002, Jimmy Carter et une délégation américaine ont visité les installations cubaines et la question n’a plus jamais été abordée.”
    Tu m’étonnes. Les Américains ont fait 100 fois pire en matière d’expériences biomédicales (Lyme, grippe espagnole, covid etc…). Cette guerre de l’information est nulle. Ne choisissez pas entre deux modèles corrompus.

    Cordialement.

    M.D

    • Agriculteurs et éleveurs et si on arrêtait tout ? dit :

      Totalement débile, du complotisme de gamin d’école maternelle. Prochaine étape de l’histoire à la mode Durandal : les américains ont fabriqué en labo la peste du moyen âge et l’ont envoyé dans le passé par une capsule temporelle.

      • Durandal dit :

        Bonjour M Aigriculteur,

        Puisqu’il faut faire votre culture : Pour la maladie de Lyme : https://www.ouest-france.fr/monde/etats-unis/maladie-de-lyme-un-projet-du-pentagone-qui-aurait-derape-6448595
        Et puis bizarrement, la grippe espagnole apparaît dans un camp de soldats au Kansas qui venaient juste de se faire vacciner. Mais c’est certainement ce que des gens comme vous appellent une “coincoincidence”.
        Enfin pour le covid, votre bible “Libération” relate que le gouvernement chinois lui-même accuse les Américains. Mais bon, comme c’est des chintoks, c’est pas crédible. Notez que ces imbéciles de Libération concluent l’article en mentionnant que la seule certitude à l’heure actuelle, c’est que le virus n’a pas été créé en laboratoire. Depuis, presque tous les scientifiques du monde entier s’accordent pour dire qu’on est sûr d’une seule chose : que le virus a été créé en laboratoire.

        Naïvement vôtre.

        M.D l’affreux complotiste d’estrème droate.

  2. Pschitt dit :

    Très intéressant. Après la Seconde Guerre mondiale, l’URSS communiste s’est assez vite trouvée distancée par les pays occidentaux sur le plan économique, scientifique et technique, mais elle a conservé une supériorité sur le plan de la propagande — discipline plus difficile à exercer en régime démocratique. Les réseaux du KGB savaient à merveille influencer l’opinion en achetant, en flattant et/ou en compromettant journalistes, intellectuels et politiques.
    Question subsidiaire : peut-on imaginer que ce savoir-faire et ces méthodes bien rodés aient subitement disparu en 1991 ? Ou bien les professionnels du KGB ont-ils encore une place dans la Russie contemporaines ?

    • Henri dit :

      “Ou bien les professionnels du KGB ont-ils encore une place dans la Russie contemporaines ?” Oui ! Après-guerre, la défunte Gestapo a fourni les cadres du BND (Allemagne Fédérale) et de la STASI (Allemagne de l’Est) ; en 1979, la SAVAK du shah (Iran) a fourni les cadres du VEVAK khomeïniste, tout aussi tortionnaire. Bien avant, certains commissaires de police de Vichy, qui ont sans état d’âme déporté des juifs en 1942, se sont miraculeusement retrouvés résitsants en août 1944, et ont connu des belles carrières ensuite. On prend les compétences là où elles existent, n’est-ce-pas ? ☺

  3. VORONINE dit :

    dans les années 80 j’ai eu l’occasion de discuter avec un officier guinéen , qui avait été envoyé par Sekou touré en ANGOLA à l’époque ou Cuba voulait créer “10…100
    Viet nams “. Ensuite il avait suivi le Ché en différents endroits , et l’aventure s’était terminée en BOLIVIE lorsque les troupes de BARIENTOS et la CIA avaient achevé le che blessé .Mon interlocuteur avait été blessé dans l’affaire , soigné par les USA , et renvoyé en GUINEE. Il ne conservait pas de l’épopée guevariste le souvenir qu’en ont les gauchos occidentaux .Pour lui ce ne fut qu’un fiasco , basé sur le fait que le “révolutionnaire doit etre dans le peuple comme un poisson dans l’eau”….Quand le peuple n’a rien à bouffer, comme c’était le cas en BOLIVIE , l’affaire tourne court , très vite et le peuple collabore et se débarrasse des fouteurs de M….

  4. nicole dit :

    La chanson “Hasta luego, Comandante … Che Guevara”, a fait beaucoup pour la propagande.
    A noter qu’il s’est attribué lui-même le grade de Commandante, et l’étoile sur son béret..

  5. GERARD dit :

    Le problème, c’est les “symboles”. De tous temps, les imbéciles ont eu besoin de symboles…

  6. Jaime de Yecapixtla dit :

    Para aquellos que quieran saber más sobre los entresijos del castrismo, la revolución cubana y otros temas, principalmente cubanos pero también como el CFR (Council of Foreign Relations) en EEUU, les llamo la atención sobre la obra del escritor cubano exiliado en EEUU y políticamente muy incorrecto Servando González:
    https://newswithviews.com/Gonzalez/servando149.htm

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une

La répression se poursuit à Cuba pendant que des élus de Guingamp-Paimpol agglomération veulent faire venir des médecins cubains payés par le régime

Découvrir l'article

A La Une, GUINGAMP, International

« La répression à Cuba est la pire d’Amérique latine » : Entretien avec Rosa María Payá

Découvrir l'article

GUINGAMP, Santé

Cuba : le Congrès espagnol condamne l’esclavage des missions médicales cubaines.

Découvrir l'article

GUINGAMP, International

Björn Söder : « L’UE doit cesser de financer les atrocités commises par le régime cubain »

Découvrir l'article

GUINGAMP

Des médecins de Cuba à Guingamp pour cacher le tiers monde médical ? En mars 2024, 1092 prisonniers politiques sont enfermés dans cette dictature communiste

Découvrir l'article

GUINGAMP, Santé

Médecins cubains à l’hôpital de Guingamp. L’extrême gauche locale veut faire venir des représentants d’un Etat communiste ultra répressif

Découvrir l'article

International

Communisme. 1063 prisonniers politiques à Cuba en fin 2023

Découvrir l'article

A La Une, International

Carolina Barrero : « A Cuba, il n y a ni nourriture ni médicament, mais le régime construit des hôtels plutôt que des hôpitaux » [Interview]

Découvrir l'article

A La Une

Nicolás Márquez : « Allende était un usurpateur du pouvoir qui a dû être déposé par la force parce qu’il était entouré de terroristes et d’agents étrangers » [Interview]

Découvrir l'article

International

Cuba communiste. Plus de 1 066 prisonniers politiques et 11 000 condamnés pour « dangerosité sociale pré-criminelle »

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky