Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Grâce au festival “Very Bad Mother”, les féministes ont trouvé un nouveau prétexte pour se diviser

Nous en avions parlé dans un précédent article, la comédienne proche de LFI Corinne Masiéro (Capitaine Marlo) se pique de rock ‘n roll ! Leader du groupe “Les Vaginites”, elle donne des concerts à moitié cul nul à qui veut bien l’accueillir. Lors de l’un de ses derniers spectacles en date au festival féministe “Very Bad Mother” qui s’est tenu le 28 mai dernier à Trégunc (Sud-Finistère), l’actrice avait provoqué un sérieux malaise.

Au cours de son tour de gueulerie, Corinne Masiéro avait, en effet, parlé de son grand-père, visiblement pédophile et incestueux, avec la délicatesse qu’on lui connaît. Le tout entrecoupé, selon un témoin, de de phrases “exigeant un bon cunni, une bonne baise”, avec le grand-père en question ou des cousins, bref, on ne sait plus trop.

Sujet bien douloureux mais traité à la manière des néo-féministes actuelles : par le côté graveleux, scandaleux et écoeurant.

Depuis ce moment d’anthologie poétique, la polémique ne faiblit pas au sein du micro-monde néo-féministe breton. Témoin, ce communiqué publié le 02 juin sur les réseaux sociaux par l’organisation de Very Bad Mother (fautes et anglicismes à la mode garantis d’origine) et le témoignage bouleversant de féminité et de pudeur qui suit :

Vous avez pu lire sur le net des retours enflammés (négatifs ou positifs) sur le concert des Vaginites à Kozh !
C’était effectivement très fort, très punk, très féministe et très violent à la fois. Les ressentis et réactions ont été fortes et variées. Certaines ont adoré et d’autres ont souffert.
Le contenu et la mise en forme du concert ont choqué une partie du public et de l’orga. Des personnes ont quitté la salle pendant que d’autres vivaient un énorme moment d’empowerment.
Cela a mis l’équipe d’orga face à une situation sans solution évidente. Comment réagir ? Comment prendre soin des personnes choquées tout en laissant les autres vivre pleinement la puissance de ce concert très particulier ?
L’équipe d’orga a vraiment déconné de ne pas prévenir avant le concert que les contenus pouvaient réveiller des traumas. Il aurait fallu utiliser le fameux trigger warning dont on parle souvent dans le féminisme.
Nous validons totalement le propos des Vaginites et n’avons pas de problème avec les formes artistiques violentes mais que l’équipe d’orga prévienne le public aurait été la moindre des choses. Cela aurait permis aux personnes de décider si elles se sentaient de voir le concert ou si elles préféraient aller vivre autre chose dans un autre endroit du festival.
Nous avons merdé sur ce point et nous en tirons leçon.
Nous souhaitons rappeler que les festivals sont des endroits populaires, pédagogiques avec des personnes à divers degrés de déconstruction et de niveau d’éducation. On ne peut malheureusement pas demander à ces endroits d’être safe . Nous tentons de faire que les choses se passent au mieux mais ce n’est malheureusement pas safe. Un festival c’est du frottement avec le dirty world…
En espérant que vous soyiez bien redescendu.es du festival, que votre été soit beau, plein de richesses et de passions.
—————————————————————
Une personne a contacté le festival Very Bad Mother pour faire publier son texte à propos du concert. Voici ce texte:
« Depuis Kozh, je lis les commentaires sur la performance des Vaginites. Je suis assez scotché-e que n’apparaissent que des éloges. J’ai
essayé d’écouter ce qu’il existe sur Youtube et je n’ai pas tenu plus d’une minute. Je fais partie des personnes qui ont été obligées de sortir pendant le « concert », et sans faire de scandale (sympa, hein?) Je fais partie des personnes qui ont des traumas à gérer. Gérer les traumas prend à peu près toute une vie. Exprimer sa rage sur scène c’est tout à fait légitime et c’est nécessaire. Je n’ai aucun problème avec ça, voir, je suis plutôt à fond POUR. Je suis un-e grand-e habitué-e des milieux punks, j’ai une grande
gueule, une vie de débauche ++, il m’arrive de foutre des patates a des pourritures et aujourd’hui j’ai plus peur de rien, alors, on va pas me sortir ce prétexte là, merci. Mais, la dernière soirée d’un festival c’était l’occas de faire la fête, de finir le week-end en beauté, de célébrer un moment intense. La moindre des choses aurait été de prévenir avec un gros TW (évocation et mime, de viol, inceste, pédocriminalité, violence conjugale, …)
On est nombreux.ses à avoir des traumas à gérer. Combien étions-nous dans la salle à nous sentir mal ? En sortant j’ai retrouvé des
copaines en larmes. Quelles bandes de fragiles, n’est ce pas ?! Selon moi, cette prestation n’avait pas sa place en clôture OU bien nous aurions dû être prévenu-e-s. Ce que j’ai retenu ? Je dois fermer ma gueule et gérer mes traumas dans mon coin. J’ai entendu une copaine me répondre : « c’est de l’art, c’est les fachos qui interdisent l’expression artistique » Oui, et alors, que faire de Polanski et du nombre incalculable d’artistes prédateurs ? Voir des féministes de tous âges danser sur « Pépé, mon corps est trop petit » ; Assister à un mime de bouche pleine (de quoi donc?) c’était juste désespérant et très douloureux… Chez les victimes, ça ressemblait à peu près à de nouveau sentir la bite/les doigts de l’agresseur dans nos bouches, nos vagins, nos anus.
C’est choquant vous trouvez ? LOL Moi ça m’a juste ramené à mes traumas, et à ceux de tou-t-e-s mes potes, c’est tout.
Malgré tout Merci Kozh. Ça m’a donné l’occasion de quelques nuits de cauchemars, de quelques embrouilles avec des potes. Ça a juste
encore un peu + attisé ma rage, mais ça ne l’a pas correctement dirigée. Quel dommage …
C’est le seul reproche que je peux faire, le reste était parfait MAIS ce moment a pris tout l’espace dans mon souvenir du week-end. Dommage pour moi n’est-ce pas … Mais c’est vrai, chacun-e sa merde…
F. »”
Crédit photo : Very Bad Mother

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Grâce au festival “Very Bad Mother”, les féministes ont trouvé un nouveau prétexte pour se diviser”

  1. Henri dit :

    Beuark

  2. P.G. dit :

    Pourquoi faire tant de pub à ces dégénérés ?

  3. ReZoRe dit :

    Nauséabond

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Société, Vidéo

Un passant aide deux femmes policiers incapables de procéder à une arrestation : quand l’idéologie nous met en danger [Vidéo]

Découvrir l'article

Sociétal

Masculinisme contre féminisme, ou la baisse de QI généralisée

Découvrir l'article

Société, Tribune libre

Des femmes affirment préférer se retrouver face à un ours plutôt qu’à un homme. Délire ou réalisme ? Le point de vue d’une non-féministe [L’Agora]

Découvrir l'article

E brezhoneg, Ensauvagement, Société

Bro-Euskadi spontet goude ur muntr eus ar grisañ

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

Interview de Yona Faedda, porte-parole du collectif Némésis poursuivie pour avoir brandi des pancartes : « libérez-nous de l’immigration » et « violeurs étrangers dehors ».

Découvrir l'article

Sociétal

Le collectif féministe Nemesis lance une campagne de financement pour créer son propre média [MAJ : vidéo]

Découvrir l'article

International

Référendum sur la famille en Irlande. Les Irlandais rejettent majoritairement les propositions gauchistes sur la famille

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

8 mars : quand un émir arabe du XIIe siècle nous raconte le privilège d’être femmes européennes

Découvrir l'article

A La Une, Politique, Société

“Le patriarcat n’existe pas”. Anne Trewby revient sur la construction d’un mythe [Interview]

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

Consentement, emprise… mais dans quel monde vivent ces femmes ? [vidéo]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky