page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Kostadin Kostadinov : « Dans son état actuel, l’Union Européenne constitue un danger politique pour la civilisation européenne » [Interview]

Kostadin Kostadinov est le président du parti nationaliste bulgare Vazrazhdane (Renaissance) qui a obtenu 37 députés sur 240 lors des élections législatives d’avril 2023. Lionel Baland l’a rencontré et interrogé pour Breizh-info.

Breizh-info : Quelle est votre histoire personnelle en politique et celle de votre parti ? 

Kostadin Kostadinov : Le parti Renaissance a été créé en 2014 par des jeunes bulgares ne supportant plus la décadence de l’État bulgare. À cette époque, j’avais 34 ans et j’étais parmi les plus âgés d’entre eux. Une grande partie des fondateurs du parti n’avait pas d’expérience politique et aucun n’habitait dans la capitale du pays, Sofia. La majorité d’entre eux vivaient dans le nord-est de la Bulgarie. Nous étions unis par l’idée de nous opposer à la destruction de l’État bulgare car notre pays doit faire face à une catastrophe : sa population diminue chaque année de 100.000 personnes. Si la tendance se poursuit, la Bulgarie disparaîtra dans quelques décennies. Pour cette raison, nous avons créé notre parti et choisi le nom Renaissance.

Breizh-info : L’immigration est-elle un problème pour la Bulgarie ?

Kostadin Kostadinov : Oui, car des migrants pénètrent à travers nos frontières et traversent la Bulgarie. La bonne nouvelle pour nous est que ces migrants ne souhaitent pas rester en Bulgarie. Leur but est de rejoindre l’Europe de l’Ouest. Chaque jour, environ 1.000 personnes franchissent la frontière bulgare. Nous désirons arrêter ce phénomène et nous le ferons dès que nous gérerons le pays.

Breizh-info : Quels sont les autres grands problèmes qui se posent à la Bulgarie et quelles sont les solutions prônées par le parti ? 

Kostadin Kostadinov : Au-delà de la catastrophe démographique, le problème de la démilitarisation de la Bulgarie se pose. La capacité de l’armée bulgare a été fortement réduite au cours des dernières décennies. De plus, préserver la souveraineté financière est un problème très actuel. Afin de protéger cette dernière, nous avons récolté 604.000 signatures de personnes qui désirent préserver la devise nationale, le lev. La loi bulgare prévoit que lorsque 400.000 signatures sont récoltées, un référendum doit avoir lieu. Pourtant, le gouvernement bulgare a refusé d’organiser ce référendum et, actuellement, nous avons introduit un recours auprès de la Cour constitutionnelle bulgare. En effet, le gouvernement bulgare, en violant la loi, nous indique quasi qu’il ne désire pas respecter les règles démocratiques et qu’il est conscient du fait que 80 % des personnes ne désirent pas le remplacement de la monnaie nationale par l’euro. En ce qui concerne le problème de la défense nationale, nous avons actuellement sur notre territoire quatre bases des États-Unis et nous désirons les fermer. Nous avons été forcés de diminuer fortement la capacité de l’armée bulgare avec l’explication que les forces américaines nous protègent. Mais la Constitution dit clairement que l’unique armée qui peut et doit garder la Bulgarie est l’armée bulgare. Le pays connaît également d’autres crises : sanitaire, d’éducation, sociale, économique. Pour chacune de celles-ci, nous avons nos solutions.

Breizh-info : Vous êtes opposés à l’euro, mais quelle est votre position par rapport à l’Union Européenne ? 

Kostadin Kostadinov : Dans son état actuel, l’Union Européenne constitue un danger politique pour la civilisation européenne. Si elle poursuit dans sa volonté de se transformer en État unique européen, cela détruira cette dernière. Pour cette raison, l’Union Européenne doit être réformée. Rappelons les paroles de l’ancien président français Charles de Gaulle prétendant que l’Europe doit être celle des nations et pas des élites supranationales.  

Breizh-info : Quelle est votre position par rapport à la guerre en Ukraine ? 

Kostadin Kostadinov : La guerre a été provoquée par les États-Unis et toute personne normale en Europe qui s’intéresse à ce sujet peut le comprendre. L’objectif de cette guerre est d’affaiblir la Russie et aussi le potentiel économique de l’Europe. La politique des USA envers l’Europe est extrêmement négative.

Breizh-info : Êtes-vous favorables à l’Intermarium ou Initiative des trois mers ? 

Kostadin Kostadinov : Catégoriquement, non ! Nous y sommes opposés. Il s’agit d’une répétition de la politique orientée contre l’Union soviétique, une seconde édition. C’est l’idée du polonais Józef Piłsudski (1867-1935) de créer un cordon sanitaire face à l’Union soviétique, de la mer Baltique à la mer Noire. Le premier Intermarium a conduit à la Deuxième Guerre mondiale. Le deuxième Internarium pourrait mener à la Troisième Guerre mondiale. Nous devons arrêter cela. La Russie appartient à la civilisation européenne et plus la Russie sera intégrée dans l’Europe, plus cette dernière sera forte.

Comme je suis historien, je vais donner un exemple. Les tentatives actuelles d‘isoler la Russie de l’Europe ressemblent à celles qui ont existé après l’ère de Napoléon en vue d’essayer d’isoler la France du reste de l’Europe, après le congrès de Vienne en 1815. Mais, il a finalement fallu admettre que, sans la France, l’Europe n’existe pas. Sans la Russie, l’Europe n’existe pas.

Breizh-info : Quelle est votre position par rapport à la Macédoine du Nord ? 

Kostadin Kostadinov : Elle est actuellement le deuxième État bulgare. Elle est peuplée par une population qui parle le bulgare et est d’origine bulgare. Pour que les lecteurs francophones comprennent bien la situation, la différence entre le peuple de la Bulgarie et celui de la Macédoine du Nord est comme celle existant entre le peuple de Bourgogne et celui d’Occitanie. Nous sommes le même peuple. Nous désirons l’unification des deux Bulgaries, comme cela est arrivé avec l’Allemagne de l’Ouest et l’Allemagne de l’Est en 1990. Nous appelons la Macédoine du Nord la Bulgarie de l’Ouest.

Breizh-info : Quel groupe le parti Renaissance rejoindra-t-il à l’issue des élections européennes de juin 2024 ? 

Kostadin Kostadinov : Actuellement, nous disposons de deux options. La première est de travailler avec Identité et Démocratie (ID) et la deuxième est de créer un nouveau groupe. L’objectif est d’avoir au sein du même groupe tous les partis qui désirent une Europe unie libérée des influences étrangères. Toutes ces formations politiques doivent former un groupe qui devrait être le troisième groupe patriotique au sein du Parlement européen, aux côtés des Conservateurs et réformistes européens (ECR) et d’Identité et Démocratie (ID).

Breizh-info : En Bulgarie, outre ce qui est arrivé avec le possible référendum dont nous avons parlé, Renaissance subit-il, en tant que parti d’opposition, des discriminations, notamment médiatiques ? 

Kostadin Kostadinov : Oui, bien sûr. Le parti a dû faire face à une procédure judiciaire d’interdiction, mais celle-ci n’a pas abouti. Nous avons gagné juridiquement. J’ai ensuite été arrêté et mis en prison, à Sofia, pour 24 heures. Puis, nous avons été officiellement surveillés par les services secrets bulgares, qui ont placé nos téléphones sur écoute. Mon téléphone est encore contrôlé par les services secrets bulgares. Des médias américains conduisent régulièrement des campagnes de propagande contre nous. De plus, le parti qui gouverne actuellement l’État bulgare désire tenter, à nouveau, de nous interdire et le Premier ministre bulgare a ouvertement appelé à ce que je sois arrêté une deuxième fois. Donc, vous voyez qu’en Bulgarie le fascisme se développe très rapidement. Pratiquement, notre État est gouverné par une dictature fasciste sous gouvernance américaine.

Breizh-info : Désirez-vous ajouter un élément ? 

Kostadin Kostadinov : Longue vie à la Bulgarie !

Propos recueillis par Lionel Baland

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Kostadin Kostadinov : « Dans son état actuel, l’Union Européenne constitue un danger politique pour la civilisation européenne » [Interview]”

  1. Rod Askelleg dit :

    “Dans son état actuel, l’Union Européenne constitue un danger politique pour la civilisation européenne”

    Il s’exprime de façon très modérée. Moi, je dirais que l’UE veut zigouiller la race blanche. Les gouvernements américain, français et apparemment bulgare, partagent le même projet. Tout le monde n’est pas anti-blanc dans les gouvernements occidentaux, mais le pouvoir est actuellement aux mains des réseaux remplacistes, et ils font la chasse aux anti-remplacistes !

    On fait souvent comme si le problème venait des USA. En réalité, les Américains ne sont pas plus remplacistes que nous. C’est seulement chez leurs dirigeants qu’il y a un problème. Le gouvernement américain en veut à la Russie, à l’Europe en général, mais aussi à la population blanche des USA.

    Les Russes et les Bulgares sont des Européens, mais les Européens de l’Ouest sont quand même plus proches des Blancs américains que des Russes et des Bulgares. C’est forcé, car les Blancs américains sont surtout originaires d’Europe de l’Ouest, et en particulier d’Angleterre. Et donc, si l’Europe et les USA n’étaient pas gouvernés par des gens qui veulent nous génocider, l’Europe de l’Ouest n’aurait pas plus de raisons de travailler avec l’Europe de l’Est qu’avec les USA, l’Australie et l’Argentine. C’est normal de s’allier avec les pays dont on est culturellement le plus proche.

    C’est impressionnant de voir comment les réseaux remplacistes ont réussi à mettre leur grappin sur tous les pays occidentaux. Ce sont des réseaux d’imposteurs qui réussissent à s’infiltrer dans les milieux dirigeants et à placer des politiciens complices. Ils ont vraiment de la suite dans les idées. Ils aiment bien l’Union Européenne car ils ont besoin d’un système à la fois centralisé et international. Heureusement que la Russie résiste. Quand ça finira pas s’écrouler, il faut espérer qu’on arrivera à organiser une remigration de masse.

    En attendant, il faudrait essayer de comprendre comment le remplacisme nous est imposé. La plupart de nos élus et fonctionnaires ne sont pas des militants remplacistes, mais ils obéissent comme des moutons au pouvoir remplaciste. La population générale ne brille pas non plus par son courage, mais c’est parce qu’on nous empêche de nous exprimer librement. On n’a pas accès aux médias, et ceux qui réussissent quand même à s’exprimer sont ciblés par les tribunaux. Pour intimider les gens normaux, le système a aussi recours aux crétins de gauchistes manipulés (et souvent subventionnés).

  2. gautier dit :

    Bravo M. Kostadin Kostadinov, nous sommes pieds et poings liés à Bruxelles, dans moins de 10 ans nous seront devenu des états arabes et africains si cela continu ! la Hyène de l’Europe nous le met bien profond avec les Américains Soros et compagnie !! mais tout va bien braves gens, notre MARON de service veille sur nous ! dormez bien !!

  3. Jules Dubois dit :

    Au moins un parti nationaliste qui n’a pas peur de son ombre et qui ose dire les choses telles quelles sont. Longue vie à vous et votre parti Monsieur Kostandinov !

  4. patphil dit :

    l’important pour l’ue est d’avoir des consommateurs ! le reste est à détruire

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

L’Union Européenne finance largement un lobby trans

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

« Le PPE commence tout juste à comprendre les dangers de l’immigration de masse » : Entretien avec Geoffrey van Orden

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « La Hongrie décidera de son propre destin, pas Bruxelles »

Découvrir l'article

A La Une, International

Fabrice Leggeri sur l’immigration : « Nous devons lutter contre le faux discours diffusé par les ONG et la Commission Européenne »

Découvrir l'article

International

Immigration. En dix ans, les dirigeants actuels de l’Union Européenne ont permis l’entrée de l’équivalent d’un nouvel Etat membre

Découvrir l'article

Sociétal, Société

9 pays de l’UE ont refusé de signer la déclaration européenne des droits LGBT

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « Les prochaines élections européennes décideront de la guerre et de la paix en Europe »

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration. 15 pays de l’UE (la majorité donc…) souhaitent des transferts de migrants plus faciles vers des pays tiers

Découvrir l'article

Economie

L’UE approuve des limites strictes pour les transactions en espèces

Découvrir l'article

Politique, Tribune libre

Monsieur Macron nous parle de son monde, mais pas du nôtre !

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky