Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

En Espagne, la droite dénonce « le pacte de l’infamie » signé par P. Sanchez avec la gauche indépendantiste catalane

Le parti socialiste (PSOE) de Pedro Sánchez a signé, le 9 novembre, un accord avec le parti séparatiste catalan Junts, dirigé par Carles Puigdemont, en fuite en Belgique. En échange des sept voix dont Pedro Sánchez a besoin pour prêter serment en tant que président, les socialistes ont accepté non seulement l’amnistie, mais aussi la négociation d’un futur référendum d’autodétermination.

Ils ont accepté la présence d’un “mécanisme” international pour “résoudre le conflit” et vérifier le respect de l’accord par les deux parties ; plus d’argent pour le gouvernement catalan – Junts veut que tous les impôts collectés en Catalogne restent en Catalogne ; et la participation directe du gouvernement catalan dans les institutions européennes et les organisations internationales. Toutes ces stipulations feront progresser “la reconnaissance nationale de la Catalogne”. Le PSOE a franchi toutes les lignes rouges qu’il avait promis de respecter et a cédé à toutes les demandes des séparatistes.

Le pardon inclut “aussi bien les responsables que les citoyens qui, avant et après la consultation populaire de 2014 et le référendum de 2017, ont fait l’objet de décisions ou de procédures judiciaires liées à ces événements.”

En plus d’une amnistie très large, le PSOE s’est engagé à créer des commissions d’enquête parlementaires pour examiner d’autres affaires judiciaires en dehors du procés (le processus d’indépendance). Ceci est lié à la thèse du “lawfare” avancée par les séparatistes, qui prétendent que le système judiciaire espagnol sert des intérêts politiques et persécute les politiciens séparatistes pour des raisons idéologiques. Le PSOE partage ce point de vue.

Cela permet aux personnes condamnées pour corruption d’échapper à la justice. Cela pourrait inclure une grâce pour la famille de l’ancien président du gouvernement catalan Jordi Pujol ou Laura Borrás, ancienne présidente du Parlement de Catalogne, qui a été condamnée à quatre ans et demi de prison pour prévarication et faux documents. Des cas encore plus graves pourraient être graciés, comme celui de Gonzalo Boye, avocat de Puigdemont et ancien terroriste, poursuivi pour blanchiment d’argent dans une affaire de trafic de drogue.

Cette attaque contre le système judiciaire a provoqué une réaction de la part du pouvoir judiciaire. Les quatre associations de juges espagnols – l’Asociación Profesional de la Magistratura, l’Asociación Judicial Francisco de Vitoria, le Foro Judicial Independiente et Juezas y Jueces para la Democracia (une association de gauche qui soutenait l’amnistie jusqu’à ce que les détails de ce pacte soient rendus publics) – ont publié un communiqué déclarant que le pacte entre les socialistes et les juntes “rompt la séparation des pouvoirs”. Le document confirme que les juges “ne sont soumis qu’à l’autorité de la loi“. En fin d’après-midi, la Commission permanente du Consejo General del Poder Judicial (CGPJ) – l’organe qui représente le pouvoir judiciaire – a publié un nouveau communiqué dénonçant une “ingérence inadmissible dans l’indépendance judiciaire et une atteinte flagrante à la séparation des pouvoirs”. Ce message a même été signé par deux magistrats nommés par le Parti socialiste.

L’Association du corps supérieur des inspecteurs du Trésor public a également déclaré son “rejet absolu” de l’accord PSOE-Junts, car il témoigne d’une “rupture du régime constitutionnel actuel” à bien des égards, y compris sur le plan financier. Les trois associations de procureurs (y compris le groupe de gauche) ont également publié un document commun dans lequel elles décrivent l’accord comme une “attaque sans précédent contre l’indépendance judiciaire qui se traduit par un mépris absolu de notre État de droit”.

Le président du Parti populaire (PP), Alberto Núñez Feijóo, a déclaré que l’accord constituait “une attaque sans précédent contre la démocratie”. Pour M. Feijóo, l’ambition de M. Sánchez, qui “ne connaît pas de limites”, donne la victoire aux partisans de l’indépendance. La présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Díaz Ayuso, a été plus directe : “Ils nous ont amené une dictature par la petite porte et nous en sommes au début”. Pour sa part, Santiago Abascal a souligné le début d’une période sombre dans l’histoire de l’Espagne et a appelé à l’unité face au coup d’État : “Ce n’est pas le moment des partis, c’est le moment de mettre de côté nos différences pour défendre la nation”.

Une tentative de meurtre

En plein tumulte autour de ce «pacte d’infamie » tel que le qualifie la droite espagnole, Alejo Vidal-Quadras, homme politique chevronné, est abattu d’une balle dans la tête le 9 novembre à Madrid. Alejo Vidal-Quadras a été président du Partido Popular en Catalogne entre 1991 et 1996. Son opposition farouche au séparatisme a permis au PP d’obtenir les meilleurs résultats en Catalogne. Cependant, cela l’a placé dans la ligne de mire du président catalan, Jordi Pujol, de Convergencia i Unió (le parti prédécesseur de la Junte). En 1996, Pujol a soutenu José María Aznar, leader national du PP, pour l’élection à la présidence de l’Espagne. L’une de ses conditions était qu’Aznar révoque Vidal-Quadras, qui a dû quitter son poste. Par la suite, Vidal-Quadras a été vice-président du Parlement européen entre 1996 et 2014. En 2014, il quitte le PP et devient l’un des fondateurs de VOX. Vidal-Quadras s’est retiré de la vie politique en 2015, bien qu’il ait continué à être actif publiquement dans divers médias.

Deux personnes ont orchestré l’attaque. L’une lui a tiré une balle dans la tête tandis que l’autre a permis à l’assaillant de s’enfuir. Bien que Vidal-Quadras ait été touché à la bouche, ses jours ne sont pas en danger. Certains médias ont d’abord évoqué la possibilité d’un vol, mais cette hypothèse a rapidement été écartée. L’Iran a également été mis en cause en raison des relations de M. Vidal-Quadras avec des groupes d’opposition iraniens. Il est encore trop tôt pour déterminer qui est derrière l’attaque, mais Vidal-Quadras était une cible facile. Contrairement à de nombreux hommes politiques, il ne bénéficie d’aucune protection.

Il est également connu pour son opposition au séparatisme et est lié au PP et à VOX. Quelles que soient les intentions du tireur, cet attentat est un facteur important de déstabilisation de la situation actuelle. Peu avant d’être abattu, M. Vidal-Quadras a publié ce message sur Twitter : Le pacte infâme entre Sánchez et Puigdemont a déjà été conclu, ce qui écrase l’État de droit en Espagne et met fin à la séparation des pouvoirs. Notre nation cessera ainsi d’être une démocratie libérale pour devenir une tyrannie totalitaire. Nous, Espagnols, ne le permettrons pas.

L’attentat a suscité des manifestations massives d’affection et de soutien sur les réseaux sociaux, mais il a aussi suscité des réactions négatives. Les jeunes de Junts se sont rendus sur X pour exprimer leur jubilation : “C’est ainsi que l’on détruit le fascisme ! Revenons à l’époque où ‘chasser’ cette racaille était un devoir”. Il s’agit du parti avec lequel les socialistes ont conclu un pacte pour parvenir à la “coexistence et à la stabilité”.

Les manifestations se poursuivent

Le 9 novembre, pour la septième nuit consécutive, des milliers de manifestants sont descendus dans la rue pour protester devant les sièges du parti socialiste dans des villes comme Alicante, Almería, Barcelone, Cáceres, Grenade, Malaga, Murcie et Séville, entre autres. À Madrid, plus de 10 000 personnes ont manifesté. Il s’agit du rassemblement le plus important jusqu’à présent. Comme mardi dernier, des manifestants cagoulés ont lancé des fusées éclairantes en direction de la police, ce qui a incité les forces anti-émeutes à les charger. Une fois de plus, la police n’a pas hésité à utiliser des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc, matériel qui n’a pas été utilisé contre les manifestations bien plus violentes des séparatistes catalans. La nuit s’est soldée par 14 arrestations.

Les manifestations ont mis en lumière la situation au niveau international et de plus en plus de personnes tournent leur attention vers l’Espagne. À Bruxelles, la Commission européenne a été informée que l’État de droit était violé en Espagne grâce à une campagne d’information menée par Jorge Buxadé, chef de la délégation européenne de VOX. Il fournit à tous les commissaires et députés européens les communiqués du pouvoir judiciaire rejetant l’amnistie. Reste à savoir si la Commission sera aussi ferme avec Sánchez qu’elle l’a été avec les gouvernements polonais et hongrois.

Outre les rassemblements quotidiens devant le siège des socialistes, de grandes mobilisations sont prévues dans les semaines à venir. Même si M. Sánchez prête serment en tant que président, la tension persistera. Santiago Abascal, présent à la manifestation de Ferraz, a clairement indiqué que la résistance civile persistera et que “la fin de ce coup d’État ne peut être que : le dictateur sur le banc des accusés ou ceux d’entre nous qui s’opposent à lui en prison”.

Crédit photo : Álvaro Peñas
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

2 réponses à “En Espagne, la droite dénonce « le pacte de l’infamie » signé par P. Sanchez avec la gauche indépendantiste catalane”

  1. Maury dit :

    Je vis en Espagne.
    L’attention des espagnols est centrée sur cette alliance parti socialiste/indépendants catalans. Le débat est quasi permanent et les les espagnols me disent que la gauche fait entrer des sedittieux et des assassins au gouvernement.
    Comme en France, la gauche trahit.

  2. patphil dit :

    lorsque la soupe est bonne, les socialistes se précipitent avec leurs gamelles

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Invasion migratoire en Espagne. Seuls 6% des clandestins marocains arrêtés sont expulsés

Découvrir l'article

International

Espagne : VOX menace de mettre fin à ses alliances régionales avec le PP en raison de la répartition des migrants

Découvrir l'article

International, Santé

Santé. Des vacances de prévues en Italie ou en Espagne ? Gare à la fièvre du Nil occidental !

Découvrir l'article

A La Une, Histoire, International

Espagne. « Le contenu des manuels d’Histoire dépend du ministère de l’éducation et des adaptations faites par les communautés autonomes, en fonction de leur ligne politique » Entretien avec José Rodríguez

Découvrir l'article

Immobilier, International, Social, Sociétal

Surtourisme à Barcelone : une révolution immobilière annoncée d’ici 2028

Découvrir l'article

Immigration, International

Europe passoire. Aux Canaries, c’est toujours « portes ouvertes » pour l’immigration illégale

Découvrir l'article

International, Santé

L’euthanasie pour les malades mentaux bientôt validée en Espagne ?

Découvrir l'article

International, Sociétal

Un cours controversé sur la gestation pour autrui (GPA) dispensé par une université espagnole suscite un débat à l’échelle nationale

Découvrir l'article

Economie, Immigration, International, Justice

Immigration économique. En Espagne, un réseau criminel vendait de faux contrats de travail aux migrants : 110 interpellations

Découvrir l'article

International

Espagne : VOX s’engage à maintenir les accords régionaux avec le Partido Popular de centre-droit

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky