Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

James Quinn (No Foreign Game) : « Contrairement à d’autres sports tels que le rugby, le football reflète également la partition politique de l’île entre le nord et le sud de l’Irlande » [Interview]

Dès ses débuts, le football a été considéré non seulement comme une compétition entre des individus et des équipes, mais aussi entre des nations et des peuples. L’équipe nationale irlandaise a été l’une des premières au monde à participer à des compétitions internationales au début des années 1880, mais tout le monde ne l’a pas acceptée comme une entité véritablement nationale. En Irlande, le sport était un terrain disputé, ce qui n’était pas le cas ailleurs – même le terme “football” était contesté. Mais les adeptes du football ne trouvaient généralement aucune contradiction entre leur loyauté sportive et nationale, et le jeu a trouvé un créneau important dans la vie irlandaise, soutenu par de nombreux nationalistes de premier plan, de James Connolly à John Hume.

Le livre No Foreign Game signé James Quinn (Merrion Press)  offre une fenêtre unique sur l’histoire de l’Irlande et de la Grande-Bretagne, avec des aperçus précis sur la construction des identités nationales, régionales, sectaires, de classe et de genre qui se sont cristallisées autour du football irlandais. En partant des années 1870 jusqu’à aujourd’hui, il examine le jeu national et international en Irlande, au nord et au sud, et les place tous deux dans un contexte historique et culturel richement détaillé. Il examine également l’expérience des communautés irlandaises en Angleterre et en Écosse, et la manière dont le jeu a affecté leurs relations avec leurs sociétés d’accueil.

Tissant soigneusement l’histoire politique, sociale, culturelle et sportive, No Foreign Game raconte une histoire de division et de conflit, mais aussi de solidarité et de célébration et, ce faisant, ouvre une nouvelle voie dans l’histoire du sport irlandais.

Pour l’évoquer, nous avons interrogé son auteur, James Quinn, né à Dublin et ayant vécu dans cette ville et à Londres pendant la majeure partie de sa vie. Il a obtenu un doctorat à l’UCD en 1996. En tant qu’historien, il a beaucoup écrit sur l’Irlande des XVIIIe et XIXe siècles, en particulier dans les domaines de la biographie et de l’historiographie, notamment sur les vies de l’Irlandais unifié Thomas Russell (2002) et du jeune Irlandais John Mitchel (2008). De 1997 à 2022, il a été rédacteur du Dictionary of Irish Biography de la Royal Irish Academy, pour lequel il a rédigé plus de 250 entrées, principalement sur la politique, le sport et la culture populaire.

Breizh-info.com : Qu’est-ce qui vous a incité à explorer les relations entre le football et les politiques identitaires en Irlande ?

James Quinn : Chaque fois que j’assistais à un match de football ou que je le regardais à la télévision, j’étais frappé par la ferveur des émotions affichées. Les hymnes étaient chantés et les drapeaux agités avec un enthousiasme rarement vu en dehors d’un stade, même lors de rassemblements et de manifestations politiques. J’étais curieux de savoir s’il s’agissait simplement d’une forme ritualisée de “patriotisme de quatre-vingt-dix minutes” qui s’éteignait pendant le match ou s’il y avait des causes plus profondes et des effets durables.

J’ai donc décidé d’écrire un livre sur la relation entre le football et l’identité en Irlande, qui replacerait le jeu dans son contexte politique, social et culturel, examinerait la façon dont il interagit avec la société au sens large, et comment cela a évolué au fil du temps.

Breizh-info.com : Comment pensez-vous que l’évolution du football en Irlande reflète les changements sociopolitiques plus larges du pays ?

James Quinn : Dans tous les pays, le football et la société entretiennent une relation symbiotique, et l’Irlande n’est pas différente. Dans les premiers temps, la passion victorienne pour l’ordre et la normalisation a encouragé les autorités à imposer un plus grand contrôle sur les activités de loisirs populaires, telles que les jeux de masse du “football médiéval” qui impliquaient souvent de graves violences.

L’évolution du football est également indissociable des développements industriels tels que la réduction du temps de travail et l’augmentation des salaires à la fin du XIXe siècle. Elle a également été favorisée par l’amélioration des transports et le développement de la presse écrite, qui ont facilité l’organisation de compétitions sportives régulières selon des codes standardisés, devenant ainsi un élément central de la vie moderne.

Contrairement à d’autres sports tels que le rugby, le football reflète également la partition politique de l’île entre le nord et le sud. En 1921, l’année même de la création des États du Nord et du Sud, les supporters de Dublin se sont séparés de l’Irish Football Association à Belfast pour former leur propre Football Association of Ireland. Depuis lors, l’un des aspects les plus remarquables du football irlandais est qu’il est administré par deux associations distinctes au nord et au sud, chacune d’entre elles alignant sa propre équipe internationale.

Breizh-info.com : Pouvez-vous nous parler du rôle du football dans la formation des identités nationales, régionales et sectaires en Irlande ?

James Quinn : Il est difficile de répondre à cette question sans entrer dans les détails – il m’a fallu plus de 350 pages pour le faire dans le livre ! Mais je vais essayer de le faire aussi brièvement que possible en examinant deux facteurs clés qui contribuent à façonner l’identité : la communauté et la rivalité. Chaque fois qu’un club de football a été fondé pour représenter une entité existante, comme une rue, une école, un lieu de travail, un lieu de culte ou une ville, cela a eu tendance à renforcer le sentiment d’appartenance à cette entité. Le fait de jouer ensemble, de s’entraîner ensemble, de gagner et de perdre ensemble, a forgé des liens qui ont rapproché les gens. C’était le cas non seulement pour les joueurs, mais aussi pour les officiels, les supporters et les membres de la famille, dont beaucoup tiraient un plus grand sentiment d’identité du club.

Ce sentiment de communauté était encore renforcé lorsque des rivalités se développaient entre les clubs, ce qui donnait plus de poids aux victoires et aux défaites ainsi qu’aux trophées. La plupart du temps, ces rivalités étaient saines et raisonnablement amicales, mais dans certains cas, elles conduisaient les gens à se définir par ce qu’ils n’étaient pas plutôt que par ce qu’ils étaient. C’était particulièrement le cas lorsque ces rivalités avaient un fondement politique ou sectaire, ce qui donnait souvent lieu à des violences graves, voire mortelles. Pendant la crise politique de 1912-1914 à Belfast, certains supporters ont apporté des armes à feu aux matchs et ont échangé des coups de feu pendant les matchs. Les matches de football sont devenus des occasions de confrontation armée plutôt que de simples événements sportifs.

Breizh-info.com : Comment la diaspora irlandaise en Angleterre et en Écosse a-t-elle utilisé le football pour naviguer dans ses identités culturelles et nationales ?

James Quinn : La situation était quelque peu différente dans les deux pays. Les immigrants irlandais catholiques ont été confrontés à des préjugés et à des discriminations dans les deux pays, mais cela a été plus flagrant dans l’Écosse calviniste. Dans de nombreux cas, lorsque les Irlandais ont essayé de rejoindre les clubs de football écossais nouvellement créés, ils ont été refusés. Ils ont donc fondé leurs propres clubs, notamment le Hibernian FC à Édimbourg en 1875 et le Celtic FC à Glasgow en 1887. Le Celtic, en particulier, est devenu un vecteur de la fierté et de l’identité des Irlandais en Écosse et a également développé un nombre important de supporters en Irlande. Avec le temps, il a contribué à l’intégration des Irlandais dans la société écossaise, mais il l’a fait selon ses propres termes – ses couleurs, ses emblèmes et ses chansons reconnaissant tous ses origines irlandaises.

En général, les Irlandais ont tendance à mieux s’intégrer dans la société anglaise, en particulier dans les quartiers populaires où sont basés la plupart des clubs de football. Les immigrants irlandais n’avaient donc pas besoin de fonder leurs propres clubs (en particulier au niveau national), et certains clubs situés dans des villes à forte population irlandaise ont attiré de nombreux supporters irlandais. C’est le cas de Manchester United, d’Everton et d’Arsenal, qui ont tous attiré par la suite un nombre considérable de joueurs irlandais, renforçant ainsi leur appartenance à la communauté irlandaise.

Autre évolution notable : à partir des années 1970, les enfants d’immigrés irlandais en Grande-Bretagne ont commencé à jouer pour l’équipe de la République d’Irlande, contribuant ainsi de manière significative à son succès dans les années 1980 et 1990. Ce phénomène s’est poursuivi jusqu’à aujourd’hui et rappelle que la nationalité ne se résume pas au lieu de naissance. En d’autres termes, certains joueurs d’origine irlandaise nés en Grande-Bretagne se sentent plus irlandais qu’anglais ou écossais et sont fiers de l’exprimer sur le terrain de football.

Breizh-info.com : Quelles sont les découvertes les plus surprenantes que vous avez faites au cours de vos recherches sur l’histoire du football en Irlande ?

James Quinn : J’ai été frappé par le fait que les Irlandais avaient joué un rôle important dans la diffusion du football à l’étranger et dans la création ou le développement de certains des clubs les plus célèbres du monde. Leur influence en Espagne a été particulièrement remarquable. Arthur Johnson (1879-1929), né à Dublin, est devenu capitaine du Madrid Football Club (futur Real Madrid) en 1902 et manager de l’équipe en 1910, contribuant à faire du club l’un des plus puissants d’Espagne. Un autre Dublinois, Patrick O’Connell (1887-1959), ancien capitaine de Manchester United, a entraîné plusieurs équipes espagnoles, dont le FC Barcelone (1935-7), et a joué un rôle crucial en aidant le club à survivre aux tensions de la guerre civile.

En Irlande même, j’ai été surpris par la complexité des relations entre le nord et le sud. Parfois, les gens considèrent que ces relations sont définies par le tristement célèbre match de qualification pour la Coupe du monde entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, le 17 novembre 1993 à Belfast, qui semblait être “la guerre sans les coups de feu”, pour reprendre l’expression de George Orwell. Il s’agissait à bien des égards du point le plus bas des relations sportives entre le Nord et le Sud, mais aussi d’un événement exceptionnel, dû à la réunion de circonstances sportives et politiques exceptionnelles alors que les troubles en Irlande du Nord touchaient à leur fin. La plupart du temps, les relations ont été plus complexes, parfois marquées par la rivalité et le ressentiment, mais aussi par la coopération et la cordialité, et généralement bien meilleures sur le plan personnel que sur le plan institutionnel.

Breizh-info.com : L’attitude de nationalistes de premier plan comme James Connolly et John Hume à l’égard du football a-t-elle influencé sa perception dans la société irlandaise ?

James Quinn : Dans une certaine mesure, mais il est probablement juste de dire que les attitudes et les actions des “grands hommes” ont moins d’influence sur l’histoire qu’on ne le pensait. Le fait que ces personnalités soient des supporters de football a toutefois été utile à ceux qui cherchaient à défendre ce sport contre les accusations selon lesquelles il n’était qu’une autre forme d’impérialisme britannique. Il n’y a probablement aucun autre pays d’Europe où le football a été confronté à une opposition aussi fervente.

Par exemple, de 1905 à 1971, la plus grande organisation sportive du pays, la Gaelic Athletic Association (GAA), a dénoncé le football comme étant “un jeu étranger” et a interdit à ses membres de le pratiquer. En réponse, de nombreux supporters du football ont fait valoir que le football était un jeu international et non pas seulement anglais et qu’aucun Irlandais ne compromettait sa nationalité en y jouant ou en le soutenant. L’exemple de personnalités telles que Connolly et Hume offrait un soutien solide à cet argument.

Breizh-info.com : Pensez-vous que le rôle du football dans la culture irlandaise va changer à l’avenir, et si oui, comment ?

James Quinn : Je pense que la plupart des changements majeurs ont déjà eu lieu. L’opposition de la GAA au football s’est considérablement affaiblie depuis 1971 et il est désormais habituel pour les gens de jouer et de regarder les jeux gaéliques, le football, le rugby et d’autres sports comme ils le souhaitent, sans être soumis à des sermons selon lesquels certains sports sont plus authentiquement irlandais que d’autres.

Les changements les plus spectaculaires seront probablement observés dans le football féminin. Le nombre de femmes pratiquant ce sport a augmenté rapidement ces dernières années et des footballeuses très talentueuses ont émergé – l’équipe féminine de la République d’Irlande s’est qualifiée pour les phases finales de la Coupe du monde pour la première fois cette année. Il est probable que le football féminin gagnera en popularité, tant au niveau national qu’international, et qu’il jouera un rôle croissant dans la formation et l’expression de la fierté et de l’identité locales et nationales.

La contribution du football à l’inclusion et à la diversité devrait également s’étendre à d’autres domaines. L’Irlande a connu une forte immigration depuis les années 1990, en grande partie en provenance de pays aux fortes traditions footballistiques comme la Pologne, la Roumanie et le Nigeria, et les enfants de ces immigrés s’illustrent aujourd’hui au sein de l’équipe nationale de football. Cette évolution, qui devrait s’intensifier dans les années à venir, ne peut être que bénéfique pour la société irlandaise. C’est également une bonne chose pour le football irlandais : les deux équipes nationales de l’île ont connu des difficultés ces dernières années et ont besoin de toute l’aide possible !

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Rugby, Sport

Affaire Jegou-Auradou. La presse française a-t-elle oublié l’affaire Jackson-Olding, accusés de viol, lynchés..puis acquittés en 2018 ?

Découvrir l'article

International

En Irlande, une grossesse sur 6 se termine par un avortement

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

David Engels : « L’Histoire est au centre de ce qui définit notre identité » [Interview]

Découvrir l'article

Football, Sport

Football. On connait les huitièmes de finale de l’Euro 2024

Découvrir l'article

Football, Sport

Ligue 1. Le calendrier complet du Stade Rennais, du FC Nantes et du Stade Brestois pour la saison 2024-2025

Découvrir l'article

Sociétal

Peut-on dissocier l’identité civique de l’identité ethnique ?

Découvrir l'article

Football, Sport

Euro 2024. Tous les buts de la première journée

Découvrir l'article

Football, Sport

Football. Le calendrier de la saison 2024-2025 de Premier League en intégralité

Découvrir l'article

BREST, GUINGAMP, LORIENT, NANTES, RENNES

Le Stade Rennais et le FC Lorient en stage à Dinard cet été 2024, les Programmes de pré saison du FC Nantes, du Stade Brestois et d’EA Guingamp

Découvrir l'article

Football, Sport

Euro 2024. Le calendrier de toutes les rencontres (+ pronostics)

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky