Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Dernières nouvelles d’Italie. Plus de 1 000 clandestins en plus à Lampedusa, les ONG poursuivent leur manège

Tandis que l’Italie vient de franchir le cap des 150 000 clandestins débarqués sur ses côtes en 2023, la petite île de Lampedusa a été de nouveau prise d’assaut par une dizaine d’embarcations de migrants en début de semaine. De leur côté, certaines ONG pro-migrants poursuivent leur « repêchage » de clandestins avant de mettre le cap sur l’Italie.

Plus de 1 000 migrants supplémentaires à Lampedusa

Les débarquements de clandestins sur les côtes italiennes n’ont pas cessé ces derniers jours. Sur l’île de Lampedusa, handicapée par une situation géographique plaçant cette dernière en première ligne face aux côtes africaines (l’île n’étant située qu’à un peu plus de 300 kilomètres du littoral tunisien), ce sont quelques 1 087 migrants qui ont débarqué via 12 embarcations lundi 20 novembre.

L’un des navires comptait à lui seul 576 migrants originaires d’Égypte, de Syrie, d’Irak, du Maroc, du Pakistan et du Bangladesh. Avant d’accoster au port de Lampedusa, ce bateau de pêche ayant pris la mer depuis la Libye au soir du 19 novembre a été pris en charge par les garde-côtes italiens et les vedettes de la police douanière et financière.

Italie

Le bateau de pêche en question, avec à son bord 576 migrants. Source : Ansa

Selon l’agence de presse italienne Ansa, à bord d’une autre embarcation quand elle partie de Sfax, en Tunisie, dans la nuit du dimanche 19 au lundi 20 novembre, se trouvaient 43 clandestins en provenance de Gambie, de Guinée, du Mali et du Sénégal.

Des transferts de clandestins vers la Sicile

Par ailleurs, c’est également de Sfax qu’ont appareillé huit navires comprenant au total 372 clandestins avant de rejoindre Lampedusa.

Selon les données indiquées par les autorités italiennes, la structure d’accueil pour migrants dont dispose l’île hébergeait 768 individus (dont 77 migrants dits « mineurs non accompagnés ») à l’aube du 21 novembre tandis que dans la nuit du 20 novembre, 187 clandestins ont été transférés vers le port sicilien de Porto Empedocle à bord d’un ferry pour soulager le hotspot de Lampedusa.

Puis, au matin du 21 novembre, un autre transfert de 141 migrants était de nouveau organisé vers Porto Empedocle sur ordre de la préfecture d’Agrigente, en accord avec le ministère italien de l’Intérieur.

Les ONG pro-migrants poursuivent leur manège

Lampedusa n’aura donc connue que quelques jours d’accalmie quant à l’invasion migratoire dont elle est la cible, puisque ces arrivées font suite à l’épisode des 14 et 15 novembre, lors duquel l’ile italienne avait déjà fait face à un afflux massif de clandestins, avec plus de 1 200 arrivées en 26 heures, saturant une fois de plus les structures d’accueil.

N’oublions pas non plus la situation dantesque qu’avait connue Lampedusa au début du mois de septembre dernier, lorsqu’en l’espace de quelques jours, près de 12 000 migrants illégaux y avaient débarqué.

Enfin, l’Italie peut aussi compter sur les navires des ONG pro-migrants pour continuer à battre des records en matière d’immigration illégale. Pas plus tard que le 22 novembre, le Geo Barents, navire affrété par Médecins Sans Frontières, a accosté dans le port de Ravenne, dans la région d’Émilie-Romagne, avec 57 clandestins à son bord dont 14 présentés comme « mineurs ». Des extra-européens originaires du Pakistan, du Bangladesh, de l’Égypte, de l’Érythrée, de l’Éthiopie et du Soudan du Nord. Si les « mineurs » en question sont censées rester à Ravenne, les 44 autres migrants illégaux doivent être transférés vers divers centres d’accueil de la région.

En Italie, ce sont désormais 150 000 clandestins qui sont arrivés depuis le début de l’année d’après les dernières données du ministère de l’Intérieur. Contre 94 000 à la même période l’an dernier.

Crédit photo : Capture YouTube (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Dernières nouvelles d’Italie. Plus de 1 000 clandestins en plus à Lampedusa, les ONG poursuivent leur manège”

  1. Hadrien Lemur dit :

    « 57 survivors rescued last Friday by #MSF » Ça y est, on a encore franchi un cap dans la dénomination des clandestins selon MSF. Ce ne sont plus des migrants ou des réfugiés mais des survivants ! Ces héros qui ont survécus au mal de mer sur un bateau tout neuf (pas le chalutier, celui de l’ONG) et qui viennent nous instruire de leur culture. Quelle chance, bande d’ingrats !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Immigration, International

Italie. 500 clandestins supplémentaires débarqués cette semaine par les ONG

Découvrir l'article

Politique

Délinquants violents au pouvoir ? La gauche en raffole. Le cas Ilaria Salis

Découvrir l'article

International, Tourisme

Le Bernina Express | Danger sur les rails

Découvrir l'article

Cyclisme, Sport

Cyclisme. Tour de France 2024 : Présentation de l’étape 3 entre Piacenza et Turin

Découvrir l'article

Immigration, Local, RENNES, Sociétal, Société

A Rennes, une association pro-clandestins veut “sauver la peau des étranger-e-s et des assos qui les soutiennent” si le RN arrive au pouvoir

Découvrir l'article

Immigration, International

Europe passoire. Aux Canaries, c’est toujours « portes ouvertes » pour l’immigration illégale

Découvrir l'article

Immigration, International

Royaume-Uni. À quelques jours des législatives, un nouveau record d’immigration en Manche fait boire la tasse aux conservateurs

Découvrir l'article

Immigration

Italie : les clandestins devront verser entre 2.500 et 5.000 euros de caution pour éviter leur placement en centre d’accueil

Découvrir l'article

A La Une, Agriculture, Immigration

Un migrant amputé par une machine agricole et laissé mourir : le visage de l’esclavagisme nécessaire au capitalisme et encouragé par le gauchisme

Découvrir l'article

Agriculture, Economie, Immigration, International, Social, Sociétal

Immigration économique. Le secteur agricole et agroalimentaire italien peut-il se passer de travailleurs migrants ?

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky