Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Darío Madrid : « Il est important de replacer l’Inquisition espagnole dans son contexte » [Interview]

Darío Madrid est le pseudonyme Internet de Gonzalo Fernández, chercheur en histoire et avocat. Spécialisé en droit pénal et en droit du travail, il a écrit de nombreux articles sur la légende noire, l’Inquisition et la conquête de l’Amérique, et a été invité comme orateur à diverses conférences et réunions sur l’histoire. Il a reçu la médaille Universitas Summa Cum Laude du GEES Espagne pour son travail de diffusion de l’histoire espagnole.

Notre confrère Álvaro Peñas l’a interviewé pour Deliberatio (nous avons traduit cette interview en français) au sujet de son premier livre, “La Inquisición española. Realidad y procedimiento del Santo Oficio” (L’Inquisition espagnole. Réalité et procédure du Saint-Office), un ouvrage qui décrit clairement les procédures devant les tribunaux de l’Inquisition.

Álvaro Peñas : Pourquoi un livre sur l’Inquisition espagnole ?

Darío Madrid : C’est un sujet qui a toujours attiré mon attention. En fait, j’ai acheté mon premier livre sur l’Inquisition en 1984. J’aime l’histoire et celle de l’Inquisition espagnole est très intéressante, surtout lorsqu’on découvre qu’elle n’utilisait pas les instruments de torture que l’on voit dans les films, les musées et les expositions, comme la dame de fer, le berceau de Judas ou l’arrache-seins. Ce dernier est un bon exemple de ce dont je parle. Le journaliste Antonio Maestre a pris une peinture du martyre de Sainte Agathe, dans laquelle les Romains lui arrachent les seins, et l’a décrite comme une torture de l’Inquisition. Torture, oui, mais pas avec ces inventions de la terreur.

Et puis je suis aussi très frappée par la procédure, parce que je suis avocate. Elle était très stricte et absolument tout était écrit, même les exclamations de douleur des torturés. Il y a quatre ans, j’ai donc commencé à faire des recherches sur cette question et j’ai finalement écrit ce livre.

Le fait que tout était consigné car écrit est le grand démystificateur de l’inquisition.

Darío Madrid : C’est tout à fait exact. Si les dossiers complets n’existent pas, il y a le résumé ou la sentence. C’est pourquoi on sait que, pour la période allant de 1540 à 1700, les exécutés représentent 3 % des personnes poursuivies, soit environ 3 000. On est loin du chiffre de plus de trente mille de Juan Antonio Llorente, le premier à avoir écrit un livre sur l’Inquisition.

Ce chiffre est très bas par rapport à ce qui s’est passé à l’époque avec les guerres de religion et la montée du protestantisme.

Darío Madrid : Oui, si l’on prend en compte, par exemple, ce qui s’est passé en France lors de la nuit de la Saint-Barthélemy, cinq jours au cours desquels 15 000 huguenots ont été assassinés. Ou en Angleterre, où les chiffres ne sont pas très clairs, mais nous savons qu’Henri VIII a persécuté les catholiques, que sa fille Marie, qui était catholique, a persécuté les anglicans, et qu’Élisabeth a de nouveau persécuté les catholiques. Il n’y avait pas de tolérance religieuse à l’époque. L’Inquisition espagnole a duré plus longtemps que d’autres institutions religieuses, bien que sa fonction ait finalement été de veiller aux bonnes mœurs.

Contrairement aux tribunaux civils, dans les procès de l’Inquisition, il y avait un avocat de la défense.

Darío Madrid : Il y avait un avocat de la défense, mais il était nommé par le tribunal et était un fonctionnaire du tribunal. Sa tâche consistait à défendre l’accusé et à signaler toute irrégularité dans la procédure, ce qui n’était pas courant car les inquisiteurs étaient très méticuleux. Ils jouissaient d’ailleurs d’un grand prestige et étaient très appréciés à l’époque.

L’Inquisition protégeait-elle davantage les accusés qu’un tribunal civil ?

Darío Madrid : Sur la question de la torture, oui. La torture était appliquée partout, mais l’Inquisition était très stricte. Dans un tribunal civil, c’était à la discrétion du juge, alors que les inquisiteurs devaient suivre des règles. De plus, dans l’Inquisition, la torture était appliquée à la fin de la procédure, lorsque l’enquête avait déjà été menée, alors que dans les tribunaux civils, elle était généralement appliquée au début. Les inquisiteurs étaient beaucoup plus disciplinés.

L’Inquisition ne cherchait pas vraiment à condamner le pécheur, ce qu’elle cherchait, c’était le repentir. Par conséquent, ceux qui se repentaient étaient sauvés et seuls ceux qui ne se repentaient pas ou se repentaient trop tard étaient condamnés au bûcher ou aux galères, selon le crime. En fait, pour l’époque, les peines n’étaient pas si sévères, car c’est le repentir qui était recherché. Même les condamnations à perpétuité prenaient souvent fin au bout de quelques années et il y avait la possibilité de purger la peine à domicile. Le pire était au début de la procédure, lorsque le suspect entrait dans la prison secrète et pouvait y passer des années. Par exemple, Fray Luis de León a passé quatre ans en prison avant d’être jugé.

Cependant, l’image perverse de l’inquisiteur est devenue populaire. Cette image est née d’une attaque de propagande contre l’Espagne parce qu’elle était à l’époque “l’épée de l’Église”, mais, en général, ne pensez-vous pas qu’il y a une tentative de diabolisation de l’inquisition catholique mais pas de l’inquisition protestante ?

Darío Madrid : Le fait est que toutes ces attaques ont été lancées par des protestants néerlandais qui, tout comme ils ont utilisé la conquête de l’Amérique comme propagande contre l’Espagne, ont également utilisé l’Inquisition comme un bélier et l’ont largement exagérée. Par exemple, le livre “Artes de la Inquisición Española”, publié en 1567 par Reinaldo González Montano, pseudonyme d’un protestant espagnol supposé s’être enfui de Valladolid, est un catalogue de barbaries qui constitue la base de la légende noire de l’Inquisition. Mais les persécutions menées par les protestants sont énormes. Les calvinistes ont exécuté 500 personnes dans une ville de 3 000 habitants. Ou encore le célèbre cas de Miguel Servet, condamné par Calvin, mais que beaucoup imputent à l’inquisition espagnole, de même que beaucoup croient à tort que Galilée a été brûlé par l’Église.

L’inquisition est-elle aujourd’hui une arme pour attaquer l’Eglise ?

Darío Madrid : Oui, pour la gauche, qui utilise l’inquisition dans son attaque permanente contre l’Église.

Le problème est que cette propagande est devenue une culture populaire. Dans les films hollywoodiens sortis cette année, l’Inquisition espagnole est présentée comme “la période la plus sombre de l’Église”.

Ce que l’on oublie, c’est qu’à l’époque, tous les pays persécutaient l’hérésie. Et l’hérésie était alors le pire des crimes, mais cela se passait partout. C’est pourquoi Calvin, qui a échappé à l’Inquisition française, brûle Servet pour avoir écrit un livre hérétique.

Le mythe n’est pas seulement présent à Hollywood, mais aussi en Espagne.

Darío Madrid : Oui, l’image d’une Espagne et d’une église sombres, où les inquisiteurs sont des personnages sinistres, est très vendue, mais cela ne signifie pas que nous devons défendre une légende rose de l’inquisition, nous devons simplement la replacer dans son contexte. Par exemple, il existe des cas de personnes qui ont été dénoncées à l’inquisition pour blasphème et qui ont été emmenées dans la prison secrète, où elles sont restées enfermées pendant un an jusqu’à ce que la peine soit décidée, qui dans certains cas consistait à prier le Notre Père plusieurs fois, mais elles ont bien sûr passé une année entière en prison. Le fait est que cela s’est également produit dans d’autres pays et que l’exemple le plus brutal est celui des sorcières.

En Espagne, il n’y a pas eu de chasse aux sorcières comme en Allemagne, en France ou en Suisse.

Darío Madrid : Eh bien, grâce à l’Inquisition. Le premier règlement qui apparaît en Espagne date de 1525 et stipule qu’il ne faut pas croire ces histoires, que les sorcières n’existent pas et qu’il peut s’agir de femmes malades, folles ou menteuses. Après le tristement célèbre “auto da fe” (procès inquisitorial) de Logroño, celui des sorcières de Zugarramundi, au cours duquel six personnes ont été brûlées et cinq sont mortes pendant la procédure, le célèbre inquisiteur Alonso de Salazar a insisté pour que cela ne se reproduise plus. C’est pourquoi le nombre de sorcières brûlées en Espagne se compte par dizaines, alors qu’en Europe, où de nombreux lettrés croyaient que les sorcières avaient des relations avec le diable et volaient sur des balais, elles se comptent par dizaines de milliers.

Cependant, il y a encore beaucoup de personnes en Espagne qui croient qu’elles sont les petites-filles des sorcières qui n’ont pas pu être brûlées…

Darío Madrid : Bien sûr, mais ce n’est pas vrai. C’est comme les musées de l’Inquisition, qui sont complètement faux. Aucune des pièces exposées n’a été utilisée par les inquisiteurs, pas même le fameux chevalet. En Espagne, il existe deux musées de la torture, à Santillana del Mar et à Tolède, où sont exposés ces engins, et à Grenade, on l’appelle directement le musée de l’Inquisition. Dans ce dernier, on peut voir la dame de fer et toutes sortes d’instruments de torture, comme la chaise inquisitoriale, une chaise dont le dossier et le siège sont remplis de clous et sur laquelle le prisonnier s’assoit pour le faire avouer, mais qui n’a pas été utilisée par l’Inquisition.

Un autre mythe répandu est celui de la persécution des Indiens par l’Inquisition en Amérique espagnole.

Darío Madrid : L’Inquisition n’était guère active en Amérique espagnole. Il y avait trois tribunaux : Nouveau-Mexique, Lima et Carthagène des Indes (qui a commencé en 1700). Les Indiens n’étaient pas persécutés parce qu’ils étaient considérés comme des néophytes ; il y a eu un cas de cacique brûlé, mais c’était le seul. L’Inquisition s’occupait des personnes nées dans la péninsule, de leurs enfants et des descendants d’Espagnols. Seules 60 personnes ont été exécutées.

Les dernières années de l’Inquisition sont souvent utilisées pour prouver que l’Espagne était un pays arriéré. À quoi ressemblait l’Inquisition à cette époque ?

Darío Madrid : Il y a un détail très curieux lorsque les troupes françaises sont entrées à Madrid en 1808. La première chose qu’elles ont faite a été d’aller voir les prisons de l’Inquisition, qui se trouvaient sur la Plaza de Santo Domingo, pensant y trouver toutes sortes de barbaries, mais elles ont été plutôt déçues. La vérité est qu’à partir de Philippe V, l’Inquisition a été utilisée comme un outil politique au service des rois, pour maintenir les bonnes coutumes, et qu’elle a perdu sa fonction originelle.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

3 réponses à “Darío Madrid : « Il est important de replacer l’Inquisition espagnole dans son contexte » [Interview]”

  1. Jean-Paul SAINT-MARC dit :

    L’inquisition musulmane est bien plus expéditive !

  2. nina dit :

    isabelle la catholique a resolu bien des problemes en mettant juifs et musulmans dehors. Ceux ci se sont refugiés au portugal qui a fait la même chose. Et de meme avec le protestantisme naissant.
    Quand on veut la paix…..

  3. Eschyle 49 dit :

    Lisez ” Le tribunal révolutionnaire, 10 mars 1793-31 mai 1795 ” , publié en 1886 par Henri WALLON :
    [ https://www.abebooks.fr/tribunal-r%C3%A9volutionnaire-mars-1793-mai-1795/22619046862/bd ]
    Pierre Chaunu : «La Révolution française a fait plus de morts en un mois au nom de l’athéisme que l’Inquisition au nom de Dieu pendant tout le Moyen-Âge et dans toute l’Europe» (Cité dans L’homme nouveau, hors-série, 2011)

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Espagne : Les arrestations de terroristes islamistes nombreuses en Catalogne

Découvrir l'article

International

Invasion migratoire en Espagne. Seuls 6% des clandestins marocains arrêtés sont expulsés

Découvrir l'article

International

Espagne : VOX menace de mettre fin à ses alliances régionales avec le PP en raison de la répartition des migrants

Découvrir l'article

International, Santé

Santé. Des vacances de prévues en Italie ou en Espagne ? Gare à la fièvre du Nil occidental !

Découvrir l'article

A La Une, Histoire, International

Espagne. « Le contenu des manuels d’Histoire dépend du ministère de l’éducation et des adaptations faites par les communautés autonomes, en fonction de leur ligne politique » Entretien avec José Rodríguez

Découvrir l'article

Immigration, International

Europe passoire. Aux Canaries, c’est toujours « portes ouvertes » pour l’immigration illégale

Découvrir l'article

International, Santé

L’euthanasie pour les malades mentaux bientôt validée en Espagne ?

Découvrir l'article

International, Sociétal

Un cours controversé sur la gestation pour autrui (GPA) dispensé par une université espagnole suscite un débat à l’échelle nationale

Découvrir l'article

Economie, Immigration, International, Justice

Immigration économique. En Espagne, un réseau criminel vendait de faux contrats de travail aux migrants : 110 interpellations

Découvrir l'article

International

Espagne : VOX s’engage à maintenir les accords régionaux avec le Partido Popular de centre-droit

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky