Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Écosse. Vers l’émergence d’un nationalisme de droite ?

En Ecosse, des partis nationalistes récemment créés, tels que Sovereignty (2020), Independence for Scotland Party (2020) et Alba (2021), marquent possiblement le début d’un changement politique historique à l’intérieur du nationalisme écossais, jusqu’ici rongé par le wokisme et le progressisme.

Le mouvement nationaliste écossais traverse actuellement plusieurs crises. Pour citer une série d’événements très médiatisés, le parlement écossais a adopté en décembre 2022 le projet de loi sur la réforme de la reconnaissance du genre, qui donne aux jeunes de 16 ans le droit légal de changer de “genre” en remplissant un formulaire sans exiger de preuves ni demander l’avis d’un professionnel de la santé. Cette loi a été adoptée pour “se conformer au droit international des droits de l’homme”. Autre exemple, le double violeur Adam Graham a été emprisonné en février 2023. Cependant, sur la base de son affirmation qu’il est une femme, Graham a été envoyé dans une prison pour femmes. Le tollé qui s’en est suivi a donné lieu au spectacle public d’une Première ministre incapable de défendre ou d’expliquer la politique de son propre gouvernement. En quelques jours, Nicola Sturgeon a démissionné, tandis que son prédécesseur, Alex Salmond, a qualifié la nouvelle législation d'”absurdité complaisante” inspirée par une “idéologie stupide importée d’ailleurs”.

Lors de la course à la direction du Parti national écossais (SNP) qui a suivi, les “guerres culturelles” au sein du parti sont apparues au grand jour de manière quasi quotidienne. Ces divisions sont également présentes dans la crise d’identité plus large et permanente au sein du nationalisme écossais. La cause de l’indépendance est désormais distincte et même séparée du SNP, en raison de la dérive perçue de ce dernier vers un libéralisme autoritaire et de l’adoption d’un féminisme fondamentaliste et d’une politique identitaire toxique. Le résultat est un mouvement nationaliste profondément divisé. D’un côté, il y a ceux qui recherchent le pouvoir politique pour poursuivre une “politique identitaire”. D’autre part, certains nationalistes conservateurs ont quitté le SNP pour éviter d’être complices de l’utilisation du nationalisme comme cheval de Troie d’un programme culturel marxiste visant à redéfinir la famille, le mariage et à imposer une série de “droits de l’homme” non désirés.

Alors que les critiques accusent le “nouveau SNP” d’un dogmatisme diviseur, où l’adhésion à la politique identitaire fonctionne comme un “acte test” pour les membres du parti qui espèrent passer les procédures de contrôle interne s’ils souhaitent se présenter comme candidat du SNP, la politique identitaire est loin d’être unique au SNP. Pour les élections générales de 1997, le parti travailliste a imposé des listes de présélection exclusivement féminines afin d’augmenter le nombre de députées travaillistes. La politique identitaire fondée sur le sexe s’est étendue à la défense de la politique identitaire fondée sur l’orientation sexuelle, avec la législation sur le mariage homosexuel adoptée à Westminster en 2013 et à Holyrood en 2014. Lors des élections de 2016 à Holyrood, le SNP a introduit des listes de présélection exclusivement féminines en cas de départ à la retraite ou de démission d’un député en exercice. En 2018, le SNP a modifié les statuts de son parti pour permettre à des groupes extérieurs de siéger au comité exécutif national, alors qu’auparavant seuls les membres du parti pouvaient le faire. Ce changement a été effectué au motif que le comité n’était pas assez “diversifié”. Les minorités sexuelles, les handicapés et les personnes issues de minorités ethniques siègent désormais au comité, où ils défendent, entre autres, la politique identitaire basée sur l'”identité de genre”. Enfin, en 2021, le SNP a conclu un accord de coalition avec le Parti vert, dans lequel la législation sur les “droits des trans” était un élément clé de l’accord.

Un coup d’État contre la société civile

L’avènement d’une aisance matérielle généralisée dans les années 1980 et 1990 a entraîné un exode de la pénurie et la défaite du marxisme en tant qu’analyse valable de l’économie et de la société de marché. À partir de ce moment, un nouveau statu quo politique a été créé en l’absence de tout élément fondamental de l’économie que les politiciens pourraient changer, ce qui a fondamentalement changé ce que la politique peut être et ce à quoi les parlements sont destinés. Depuis cette période, tous les partis politiques ont été obligés de se réorienter et les hommes politiques ont dû trouver de nouvelles causes à représenter. Le libéralisme avait donc besoin d’une nouvelle itération pour éviter l’oubli politique et le destin du socialisme et du communisme. Pour ce faire, et compte tenu de l’amélioration et de la jouissance des conditions socio-économiques, des droits et des libertés jusqu’alors inconnus (comme le droit de s’identifier à n’importe quel sexe ou genre, la dépénalisation totale de l’avortement et de l’usage des drogues, et même le droit au suicide) ont été inventés. Selon le sociologue français Luc Boltanski, qui a écrit dans la revue Thesis Eleven en 2002, si le marxisme économique et le socialisme sont morts, une analyse et un programme marxistes culturels ont été libérés après la chute du mur de Berlin et le triomphe du néolibéralisme dans la politique et la pratique économiques. Ainsi, les illusions marxistes d'”ingénierie” de l’économie se sont transformées en fantasmes d'”ingénierie” des hiérarchies et des inégalités de la nature et de la culture.

Plus généralement, nous pouvons dire que l’exode de la pauvreté matérielle a également créé un humanitarisme extrême ou toxique caractérisé par des ambitions politiques sans précédent visant à effacer toutes les larmes, tous partis confondus. Cette nouvelle ambition est le moteur d’un humanitarisme agressif et intégral et d’un “tournant thérapeutique” financé par l’État, qui justifie l’intervention sans précédent de l’État dans tous les coins et recoins de la vie des citoyens. À cet égard, le thérapisme devient la nouvelle raison d’être de l’immense pouvoir de l’État jacobin contemporain. D’où les accusations selon lesquelles le gouvernement de l’ère Holyrood s’est emparé de la famille et de la société civile, adoptant un autoritarisme intrusif qui impose à chaque citoyen des droits légaux non désirés. Parallèlement aux campagnes financées par l’État pour abolir les maux non politiques, tels que la violence des hommes à l’égard des femmes, des lois et des lignes directrices ont vu le jour pour défendre le droit de ne pas être offensé, par le biais de la législation sur les “discours de haine”. Citons par exemple la loi de 2012 sur les comportements offensants au football (Offensive Behaviour at Football Act – OBFA) et les propositions du “groupe d’experts” du gouvernement écossais visant à criminaliser les parents qui refusent d’affirmer l'”identité de genre” de leur enfant ou d’utiliser les pronoms préférés de ce dernier.

Cette ambition sans précédent de policer le langage dans les enceintes sportives, les écoles et les foyers a réveillé la résistance organisée. L’OBFA a été abrogée en 2018, car il a été jugé qu’elle criminalisait les supporters de football qui chantaient leurs chansons politiques et exprimaient leur histoire et leur identité culturelle. En 2016, l’historien Tom Devine a lancé un avertissement : “J’ai plaidé vigoureusement contre cette loi, mais en vain, devant la commission de la justice du Parlement avant sa mise en œuvre. Cette législation entrera probablement dans l’histoire comme l’acte le plus illibéral et le plus contre-productif adopté par notre jeune Parlement à ce jour.”

Parmi les autres exemples de résistance à l’ambition de l’État d'”ingénier” la culture, on peut citer la campagne menée avec succès par une coalition de groupes contre le projet de personne désignée du SNP, qui aurait impliqué que chaque enfant écossais se voie attribuer, dès sa naissance, une personne désignée (comme un agent de santé du NHS) comme point de contact si l’enfant avait besoin d’accéder aux services sociaux. Le gouvernement écossais, dans la documentation soutenant le projet de loi, a déclaré que la loi refléterait son engagement à l’égard de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant. En 2016, ces propositions ont été rejetées par la Cour suprême du Royaume-Uni en raison de leur violation du droit à la vie privée de la famille. De même, Be Reasonable Scotland a été créé pour s’opposer au Children (Equal Protection from Assault) Bill (2019), qui criminalisait les parents giflant leurs enfants, tandis que le Scottish Union for Education and Safeguarding Our Schools (Scotland) et les groupes de campagne Women Won’t Wheesht ont été créés pour s’opposer à l’infiltration de la théorie du genre et de l’auto-identification dans les écoles. Les propositions visant à limiter l’activité humaine dans les eaux écossaises dans le cadre d’une politique de protection marine ont été abandonnées en juin 2023 en raison de la résistance des communautés côtières. Et bien que l’opposition au projet de loi sur la réforme de la reconnaissance du genre ait échoué dans le système juridique écossais, le gouvernement britannique s’est rangé du côté de ces organisations et a bloqué l’assentiment royal en janvier, empêchant ainsi le projet de loi de devenir une loi.

Ash Regan, candidate à la direction du parti, qui a démissionné de son poste ministériel en 2022 en raison de l’“auto-identification de genre“, a fourni d’autres preuves de l’aliénation au sein du SNP. “Nous avons vraiment perdu la confiance du pays à cause de la manière dont cette réforme [de la reconnaissance du genre] a été gérée […] toute une série de points de vue n’ont pas été pris en compte”, a-t-elle déclaré lors des premières réunions des candidats à la direction du parti en mars 2023. De même, Kate Forbes, candidate à la direction du parti, qui a exprimé son opposition à l’avortement, au mariage homosexuel et à l'”auto-identification du genre” lors de la course à la direction, a souligné le manque d’inclusivité dans l’élaboration des politiques gouvernementales en déclarant : “Nous considérons que certaines personnes sont au-dessus de tout soupçon, que nous ne pouvons tout simplement pas tolérer que des personnes ayant des opinions particulières s’approchent de la table de décision”. Dans d’autres remarques faites par Mme Forbes en juin, se référant spécifiquement aux chrétiens du SNP, elle a déclaré : “Lorsque vous voyez une personnalité publique être absolument calomniée, je pense que cela vous fait craindre d’être traité de la même manière. Donc, même si je n’utilise pas le mot “persécuté”, je pense qu’il y a une peur en ce moment”.

L’individualisme post-libéral

Ces nouvelles campagnes d’opposition et les critiques internes au SNP signalent un “déficit démocratique” non seulement au sein du SNP, mais plus largement au sein de la démocratie écossaise. Cependant, malgré la litanie croissante de lois contestées, abrogées et abandonnées et la promesse de lois plus conflictuelles à venir, telles que la dépénalisation totale de l’avortement et de la consommation de drogues avant 2026, je propose que nous vivions la fin de l’idée libérale de l’individu. Il s’agit là d’une révélation, étant donné que “l’individu sans attaches” et “l’individu autonome” constituent traditionnellement le centre de gravité idéologique du libéralisme.

Deux ou trois générations après la révolution libérale des années 1960, le libéralisme n’est plus “apte à l’emploi” en tant que gardien de “l’individu libre”, parce qu’il ne dispose plus d’un récit crédible de l’individuation authentique. Quelque soixante ans après l’avènement d’une liberté individuelle sans précédent, l’individu entrant dans l’âge mûr ressemble davantage aux âmes perdues décrites par le sociologue américain David Riesman, dont l’ouvrage The Lonely Crowd (1950) apparaît d’autant plus prophétique à la lumière de l’explosion de la recherche sur la solitude et son impact sur la santé mentale. L’individu autonome abstrait a été empiriquement falsifié parce qu’il est incapable d’utiliser sa liberté pour ériger et défendre les institutions de la famille, de la nation et de la religion, car ces moyens de bonheur sont fournis par la culture.

Aujourd’hui, l’individu libre est dépourvu de tout patrimoine culturel et d’ancêtres à politiser et à défendre. En effet, l’individu libre n’a pas de doctrine de la nature humaine car, selon la dernière itération du libéralisme avancé, le moi n’a pas de nature sexuée immuable à laquelle obéir et défendre par la législation ou à laquelle ancrer sa liberté pour s’épanouir. Ainsi, parce que les libéraux pensent qu’il ne s’est rien passé de spécial avant la modernité, lorsque l’abondance a imposé la refondation de la politique sur la base de la politisation de la culture, le libéral se présente à la “bataille des intégrismes” plutôt les mains vides, ou avec un modèle de “liberté” qui est soit obsolète, soit toxique.

Enfin, je pense qu’une autre conséquence de l’exode du dénuement et du moteur d’un nationalisme conservateur soit l’improbabilité croissante d’un nationalisme libéral représentant de manière satisfaisante un électorat aisé. Nous savons que la montée du nationalisme dans les années 1970 a été alimentée par la perspective de la prospérité, grâce à la découverte du pétrole de la mer du Nord dans les eaux écossaises, et que cette découverte a conduit à la politisation de l’identité nationale d’une manière sans précédent depuis le XVIIIe siècle. Les attentes politiques croissantes s’accompagnaient donc d’une nouvelle attente, celle d’être pleinement ou intégralement représenté, et l’élément de la représentation culturelle s’est donc ajouté à la représentation sociale et nationale afin d’assurer un certain degré de représentation parmi les générations postérieures aux années 1960. Les électeurs ne sont donc plus les individus abstraits identiques ou les “personnes” de l’idéologie libérale, mais des corps et des natures sexués, appartenant souvent à des religions pré-modernes, intégrés dans des classes sociales avec des traditions culturelles, de sorte que pour représenter cette réalité, il faut un représentant également immergé dans ces particularités.

Historiquement, tout cela était vrai pour les dirigeants politiques de droite et de gauche. Cependant, dans les sociétés riches, les dirigeants de gauche ont beaucoup de mal à trouver une nouvelle itération de cet effet, en particulier au sein de la classe ouvrière. Inversement, les dirigeants de droite ont plus de succès lorsqu’ils rivalisent avec la représentation “pitoyable” ou “mince” offerte par les démocrates libéraux, dans la mesure où les électeurs aisés attendent des représentants ou une représentation intégraux ou “épais”.

Dès que la possibilité d’une représentation intégrale ou complète est apparue, il est devenu impossible d’éviter la politisation de la culture dans laquelle se situent les soi culturels “épais”, plutôt que les simples soi libéraux abstraits. L’abondance alimente donc la réimagination de la représentation politique, et si celle-ci a d’abord pris la forme politique d’un nationalisme libéral ou civique, une nouvelle synthèse prend forme politiquement sur la base de convictions très différentes quant à ce qui constitue l’épanouissement des individus, des familles et de la politique basée sur la nation.

Dix-huit ans après l’extinction du conservatisme unioniste en Écosse en 1997, une autre extinction politique s’est produite en 2015 lorsque le parti travailliste a perdu 40 de ses 41 sièges au profit du nationalisme civique ou libéral du SNP. Peut-être qu’une troisième extinction verra la fin de ce nationalisme en raison de la montée, longtemps retardée, d’un nationalisme conservateur en Écosse.

Paul Gilfillan (The European Conservative, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Écosse. Vers l’émergence d’un nationalisme de droite ?”

  1. char dit :

    Bon article, touffu mais bon./

  2. Marquette dit :

    il est toujours vrai que seul on est pauvre et qu’enselble on est riche.

  3. Arturus Rex dit :

    On pourrait avoir le même en anglais ? La traduction paraît empruntée…

  4. patphil dit :

    ce pays a élu un premier ministre pakistanais wokiste…..

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Terreur gauchiste en Ecosse avec l’entrée en vigueur d’une loi « sur les crimes de haine »

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Evenements à venir en Bretagne, Vu ailleurs

La persistance des modèles de locuteurs natifs dans le renouveau du Manx, conférence Zoom ce mercredi

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine

A la découverte des Saints Bretons. Le 11 Mars c’est la Saint Konstantin

Découvrir l'article

Rugby, Sport

Rugby. L’Irlande largement en tête du tournoi des 6 nations, l’Italie manque l’exploit face à la France

Découvrir l'article

Rugby, Sport

Rugby. La France l’emporte en Ecosse grâce à l’arbitre, l’Angleterre bat le Pays de Galles, l’Irlande en tête du Tournoi des 6 nations

Découvrir l'article

International

Folie Woke en Ecosse. Une nouvelle loi prévoit que les parents qui refuseraient le changement de sexe de leur enfant pourraient encourir jusqu’à 7 ans de prison

Découvrir l'article

International, Politique

Écosse. Un pays encore indécis sur son éventuelle indépendance

Découvrir l'article

Immigration, International

Écosse. Le Premier ministre veut ouvrir les portes du pays aux Palestiniens [Vidéo]

Découvrir l'article

Insolite, International, Patrimoine

Ecosse. Va-t-on enfin trouver le monstre du Loch Ness ? De nouvelles recherches scientifiques vont démarrer

Découvrir l'article

International

Le nombre de cas de rachitisme très élevé en Ecosse. Les extra européens plus touchés ?

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky