Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Immigration économique. Gabriel Attal va « faciliter » l’embauche de travailleurs extra-européens dans le secteur agricole

À n’en pas douter, l’expression « métiers en tension » restera comme l’une des plus marquantes de l’année politique 2023 en France.

Mais, et nos fidèles lecteurs le savent mieux que quiconque, cette notion de « métiers en tension » est très souvent liée à un l’autre phénomène ayant lui aussi le vent en poupe ces derniers temps : l’immigration économique.

Mercredi 21 février, à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le Premier ministre Gabriel Attal tenait une conférence de presse visant à détailler les « principales orientations » d’un nouveau projet de loi agricole. Un projet dans lequel il compte inscrire « l’objectif de souveraineté » alimentaire français, et exposer « le suivi et l’exécution » des mesures gouvernementales présentées le 1er février dernier.

Le secteur agricole « en tension » pour « faciliter les visas »

Lors de cette prise de parole, Gabriel Attal a notamment précisé le secteur agricole serait déclaré comme « secteur en tension » durant le Salon de l’agriculture. « Je vous annonce également que nous publierons pendant le Salon de l’Agriculture un arrêté qui reconnaît le secteur de la production agricole comme un secteur en tension », a-t-il déclaré.

Un qualificatif qui ne sera pas sans conséquences puisqu’il s’agit, comme l’a rappelé le Premier ministre, de « faciliter grandement l’attribution de visas » dans l’optique de faire venir des travailleurs saisonniers étrangers hors-Union européenne dans les fermes françaises.

Par ailleurs, Gabriel Attal a aussi fait savoir que l’exonération de cotisations patronales sur « la quasi-totalité des emplois saisonniers agricoles » serait pérennisée et renforcée « dès l’année 2024 ».

L’obtention de visas facilitée par la loi immigration

Ainsi, le secteur agricole français va venir rejoindre les secteurs de la santé, du BTP ou de la restauration au rang des « secteurs en tension » afin de faire face à la pénurie de main-d’œuvre rencontrée dans les champs et dans les fermes de l’Hexagone.

Au niveau législatif, la nouvelle loi immigration permet une procédure spéciale pour faciliter l’obtention de visas aux étrangers dans des secteurs d’activité confrontés à ce manque de bras.

Comme le rappelle le quotidien le Figaro, c’est la Dares (service statistique du ministère du Travail) qui est chargée de dresser la liste de ces « métiers en tension ». Celle-ci varie en fonction des zones géographiques.

Quelles conditions pour ces cartes de séjour ?

En pratique, un immigré en situation irrégulière sur le territoire français et employé dans l’un des métiers présentés comme étant « en tension » peut alors demander l’octroi d’une carte de séjour temporaire à la préfecture, le document portant la mention « travailleur temporaire » ou « salarié ».

Quant aux conditions pour obtenir un tel visa, le migrant doit justifier d’une résidence sur le territoire français de manière ininterrompue depuis au moins 3 ans ainsi que de l’exercice d’un « métier en tension » durant une période d’au moins 12 mois au cours des deux dernières années. D’autre part, il doit toujours être en poste au moment de la demande et ne pas faire l’objet d’une condamnation…

Enfin, une fois la carte de séjour délivrée, elle permet à son titulaire extra-européen de travailler en France en tant que salarié durant un an.

En dernier lieu, c’est aussi l’occasion de rappeler qu’au mois de septembre dernier, une enquête d’opinion rapportait qu’une majorité de Français se disait opposée à la régularisation des clandestins employés dans les « métiers en tension ».

Immigration économique : les syndicats agricoles favorables ?

Toujours est-il que cette annonce de Gabriel Attal de faciliter l’attribution de visas aux saisonniers extra-européens vient avant tout répondre à une demande de certains syndicats agricoles.

Le 18 décembre dernier, à la veille de l’adoption de la loi sur l’immigration par l’Assemblée nationale, et à l’occasion de la « Journée internationale des migrants », la Confédération paysanne avait publié un communiqué dans lequel elle dénonçait « un recul majeur pour les droits des personnes migrantes » à travers ce nouveau texte législatif.

Et le syndicat agricole de poursuivre : « Alors que tant de secteurs d’activité sont en recherche de main-d’œuvre, dont l’agriculture, il faut cesser d’instrumentaliser les travailleurs immigrés ».

Quelques jours plus tard, Sophie Bezeau, directrice du Modef (Mouvement de défense des exploitants familiaux), dénonçait auprès du magazine hebdomadaire La France Agricole, une loi « régressive et abjecte » qui allait « dégrader les conditions de vie des exilés en France ».

Même tonalité du côté de la CFDT Agri-Agro qui, par l’intermédiaire d’un communiqué publié le 20 décembre 2023, s’interrogeait : « La souveraineté alimentaire française peut-elle se passer des travailleurs étrangers ? ». Ce syndicat de salariés du secteur agricole mettait alors en exergue une « agriculture en tension » faisant « appel par millier à des femmes et hommes venus de pays étrangers pour remplir nos verres et nos assiettes ».

Toujours dans les colonnes de La France Agricole, nous pouvions également lire le 26 décembre dernier les critiques de la CGT-Fnaf (Fédération nationale agroalimentaire et forestière), cette dernière fustigeant la « préférence nationale, fil rouge de cette loi infâme ».

Enfin, terminons ce tour d’horizon syndical par la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), le syndicat professionnel majoritaire dans la profession agricole en France : celle-ci réclamait depuis l’automne dernier le classement de l’agriculture comme un « secteur en tension ». « Chaque année, ce sont 70 000 postes qui restent sans candidat », alertait alors la FNSEA, se déclarant déjà favorable l’année dernière à l’octroi d’un titre de séjour « métier en tension ». Elle a donc été entendue par Gabriel Attal…

Un point de vue du syndicat majoritaire visiblement partagé par les Jeunes Agriculteurs. Sur le plateau de LCI le 22 décembre dernier, leur président Arnaud Gaillot déclarait : « C’est une réalité dans notre pays : beaucoup de cultures se récoltent manuellement. Si nous n’avons pas la main-d’œuvre étrangère, on les laisse pourrir dans les champs ».

Au sujet du président du Medef et de l’immigration économique :

Immigration économique. Le patron du Medef estime qu’il faudra près de 4 millions de travailleurs immigrés d’ici 2050 [Audio]

Crédit photo : capture YouTube (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

11 réponses à “Immigration économique. Gabriel Attal va « faciliter » l’embauche de travailleurs extra-européens dans le secteur agricole”

  1. Bisalli dit :

    Les mondialistes sont tous des traîtres à leur peuple.

  2. Hadrien Lemur dit :

    Ben voyons ! La solution miracle à tous nos maux : Baisse de la natalité ? on importe des reproducteurs subsahariens. Pas assez d’esclaves chez Delivreroo ou Amazon ? Il y a des bateaux qui font la navette en Méditerranée. Les fruits et les légumes ne se ramassent pas tout seuls ? On va bien trouver quelques Afghans ou Pakistanais pour faire le job. Et puis une fois que nos sauveurs nous auront tirés de ce mauvais pas, il rentreront sagement dans leur pays d’origine, le cœur rempli d’une juste fierté. Tel est le monde magique des gogols gauchos.

  3. francesco dit :

    L’agriculture prise en otage pour accélérer la submersion migratoire ? pas assez de sans emplois en France? et pourquoi extra-européenne ? celle-ci fait-elle frétiller les analistes qui nous gouvernent ? Comme c’est bizarre…

  4. Eripsoe dit :

    Le gouvernement profite d’une crise pour en favoriser une autre et détourner l’attention. La perte de la souveraineté agricole vient des charges trop élevées et des normes européennes surenchéries (exemple le traitement des eaux usées l’Europe impose 50% de traitement, la France 90%). Les ouvriers agricoles ne veulent plus un smic minable et se casser le dos. Avec la libre circulation des biens et personnes, la tomate espagnole avec un smic plus faible et des ouvriers moins exigeant venant du Maroc sont très performant. Comme je suis fiscalement massacré je ne m’achète pas de tomate à 5€/kg en pleine saison.

  5. Le Celte dit :

    Les agriculteurs de la zone légumière du Nord Finistère le font depuis années avec des Roumains et même des Espagnol et des Portugais.
    Peut-on dire la vérité ?
    Ils sont peut-être des employés models mise à part quand ils veulent venir chez vous pour faire leur besoin naturel ils courent vite quand un chien est derrière.
    Maintenant parlons de leur comportement, des propriétaires de supermarché ont eut quelques problèmes avec eux certains arrivent comme des tarés sur le parking.
    Maintenant parlons de leur soirée sur fond d’alcool qui dégénère un retraité n’a plus supporté les cris, les bagarres et il a sortis un fusil de chasse, à proximité une histoire de cul entre eux s’est terminé à coup de couteau et une séance de couture aux urgences.Ce n’est que la vérité !

  6. Bran Ruz dit :

    Extra européens ? Mais pourquoi pas des intra européens, payés à des salaires du niveau d’un salarié français , l’état dans ce cas baissant les charges qu’il s’octroie. En tout cas , non aux extras européens qui pour beaucoup ne repartiront plus et viendront grossir les rangs de l’immigration Africaine.

  7. Jacques Coulouma dit :

    “Des travailleurs saisonniers étrangers hors-Union Européenne” : en fait des “saisonniers” qui deviendront sédentaires ou qui s’éclipseront dans la nature sans laisser d’adresse. Voilà de quoi gonfler l’immigration et contribuer au repeuplement des campagnes cher à Macron. Attal prend véritablement les gens pour des C*** et tente de duper les agriculteurs par des mesures qui ne vont pas les sortir de la Merde où ce gouvernement mondialiste les a plongés sans aucun état d’âme.
    Agriculteurs ne vous laissez pas enfariner par ces tartuffes !

  8. Le Celte dit :

    Les bobos écolos gauchos veulent plus de désherbants ni d’énergie fossiles donc il va falloir leur dire d’aller avec une binette pour désherber à la main le soir après leur boulot et tous les week-ends mais sans chouiner.

  9. Schneider Marie dit :

    Très mauvaises idées, il y aura aussi plus de viols, de vols et de meurtres, cette population ne s’adaptera jamais chez-nous.

  10. patphil dit :

    mais après la saison, ils resteront , n’est ce pas ! eh ben pour moi c’est NON!

  11. Frenchstuff dit :

    Le grand-remplacement de la bretagne…après les bobos-écolos urbains qui ont fuit leurs cités de rêve après le covid, les boomers retraités hypercapitalistes qui fument l’immobilier, nous voilà maintenant avec la main-d’oeuvre étrangère logée, nourrie, blanchie (ça reste à voir ça) qu’on va former alors qu’on laisse nos jeunes partir à la dérive et le tout avec l’argent des sans-dents bien-sur….Une fois installée tout confort, ils vont épargner le moindre pécule pour leur smala dans leur bled et se servir de la France des assistés pour bien gratter…On se croirait revenu dans les années 70 avec tous les portugais et les magrébins arrivés pour remplacer le “français” trop faignant pour les basses besognes….encore un pion placé sur l’échiquier des mondialistes…

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Ensauvagement, Immigration, International, Justice

Immigration. Un gang serbe faisait entrer des clandestins tunisiens en France

Découvrir l'article

International

Florence (Italie). Des migrants “mineurs isolés” tunisiens mettent le feu au centre d’accueil avant de tenter de bloquer les portes pour empêcher le personnel de fuir

Découvrir l'article

Immigration, International

Italie. 8 000 clandestins supplémentaires ont débarqué en 20 jours

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Le temps des paysans. Un reportage historique à découvrir

Découvrir l'article

International

Royaume-Uni. Farage demande au gouvernement de publier les statistiques complètes sur les crimes commis par les migrants

Découvrir l'article

Immigration, Sociétal

Pays basque. Des militants pour la langue aident des clandestins africains à franchir illégalement la frontière [Vidéo]

Découvrir l'article

Immigration, International, Politique, Sociétal

Parlement européen. Un membre socialiste de la Commission des Affaires intérieures estime que les migrants pourraient « reverdir » la démographie européenne [Vidéo]

Découvrir l'article

Economie, Immigration, International, Sociétal

Italie. Des extra-européens de plus en plus nombreux parmi les chefs d’entreprise, les Marocains en tête

Découvrir l'article

Immigration, International, Social, Sociétal

Immigration. 1,14 million de demandes d’asile dans l’UE en 2023 : un record depuis 2015

Découvrir l'article

A La Une

Agriculture. VOX demande l’interdiction des importations marocaines en Espagne

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky