Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

J.D. Vance (sénateur Républicain de l’Ohio) : « J’aimerais que les élites européennes écoutent leurs citoyens pour une fois »

Lors du récent sommet de Munich sur la sécurité, le sénateur américain J.D. Vance, un républicain de l’Ohio en poste depuis un an, était la mouffette de la garden-party. Vance, un allié de Trump, est depuis longtemps un sceptique déclaré de l’implication américaine dans la guerre entre la Russie et l’Ukraine, et il a irrité ses collègues du GOP du Sénat les plus établis pour sa critique pénétrante de la conduite de Washington dans cette guerre par procuration.

Pourtant, sa critique fait son chemin. Politico, la voix du courant dominant de Washington, a admis cette semaine que “J.D. Vance n’a pas tort” lorsqu’il affirme que les États-Unis ne peuvent pas produire de munitions et d’armes pour continuer à soutenir l’Ukraine. Immédiatement après la conférence de Munich, le Financial Times a publié une tribune sévère de M. Vance appelant les Européens à assumer une plus grande part du fardeau de leur propre défense. M. Vance a notamment écrit : “Nous devons à nos partenaires européens d’assumer une plus grande part du fardeau de leur défense : Nous devons à nos partenaires européens d’être honnêtes : les Américains veulent des alliés en Europe, pas des États clients, et notre générosité à l’égard de l’Ukraine touche à sa fin. Les Européens doivent considérer la fin de la guerre en Ukraine comme un impératif. Ils doivent continuer à reconstruire leurs capacités industrielles et militaires. Et l’Europe devrait réfléchir à la manière dont elle va vivre avec la Russie lorsque la guerre en Ukraine sera terminée”

Si Donald Trump reprend la présidence des États-Unis lors des élections de novembre, on peut s’attendre à ce que M. Vance joue un rôle majeur dans la promotion des objectifs législatifs et politiques de l’administration au cours du nouveau mandat de M. Trump.

Rod Dreher s’est entretenu pour The European Conservative, à Munich avec le sénateur, qui a publié en 2016 ses mémoires, Hillbilly Elegy, un livre dont le chancelier allemand Olaf Scholz a dit qu’il l’avait ému aux larmes. M. Vance m’a dit que lui et M. Scholz s’étaient rencontrés plus tôt dans la journée au Bayerischer Hof et avaient échangé de chaleureuses salutations. C’est peut-être l’une des seules fois où un participant européen à la conférence de Munich a été heureux de voir le jeune sénateur républicain en pleine ascension.

Rod Dreher est un journaliste américain qui écrit sur la politique, la culture, la religion et les affaires étrangères. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont les best-sellers du New York Times The Benedict Option (2017) et Live Not By Lies (2020), tous deux traduits dans plus de dix langues. Il est directeur du projet de réseau de l’Institut du Danube à Budapest, où il vit. Envoyez-lui un courriel à l’adresse [email protected].

Nous avons traduit cette interview à découvrir ci-dessous :

Vous êtes l’un des principaux sceptiques du Sénat américain en ce qui concerne la poursuite de l’aide à l’Ukraine. La Conférence de Munich sur la sécurité vous semble-t-elle un territoire hostile ?

J.D. Vance : Je pense qu’il y a un très large consensus sur le fait que l’Occident devrait fournir autant de ressources et d’armes que possible à l’Ukraine. Et j’ai l’impression d’être le seul à crier dans le désert en disant : “Quelle est la stratégie ? Quelle est la finalité ? Comment sortir de ce conflit sans détruire complètement le pays de l’Ukraine – démographiquement, infrastructurellement, économiquement ?”

Malheureusement, je pense que les participants à la conférence sont, dans l’ensemble, tellement enfermés dans une mentalité anti-Poutine qu’ils ne peuvent pas réfléchir de manière rationnelle à la stratégie et au conflit. C’est très bien de ne pas aimer Poutine, je n’aime pas Poutine. Mais ce n’est pas une vision de la politique étrangère.

En quoi votre vision de la politique étrangère diffère-t-elle du consensus atlantique ?

J.D. Vance : Je pense que je suis beaucoup moins moraliste sur ces questions. J’aborde ces questions en me demandant : “Quel est l’intérêt national de l’Amérique ?” Et je m’intéresse beaucoup moins à ce qui permet aux gens de se sentir bien ou de se frapper la poitrine pour affirmer leur supériorité morale. Je suis beaucoup plus intéressé par ce qui est dans le meilleur intérêt du pays.

Il est évident que nos intérêts entrent en conflit avec ceux de Vladimir Poutine. Je pense que nous accélérons le développement de ses relations avec la Chine, ce qui n’est pas du tout dans notre intérêt. Ainsi, si je considère ce conflit, je ne demande pas seulement une solution finale pour l’Ukraine ; je demande pourquoi nous rendons plus probable l’alignement de Vladimir Poutine sur la Chine communiste, alors que nous devrions nous efforcer de ne pousser aucun pays dans les bras de Pékin. Nous nuisons à notre propre intérêt national parce que cela fait du bien, je suppose, de détester Poutine.

Je pense qu’une deuxième différence réside dans le fait que je suis extrêmement intéressé par les questions de puissance dure. Je ne pense pas que la plupart des décisions internationales, la plupart des décisions de politique étrangère, soient motivées par autre chose que l’intérêt national. Je m’intéresse donc moins au nombre de millions ou de milliards de dollars que l’Allemagne donne à l’Ukraine. Je suis beaucoup plus intéressé par le nombre d’obus d’artillerie qu’elle donne, et par la capacité de l’Allemagne à produire des armes de guerre à l’avenir. Je pense qu’il y a un véritable angle mort en Occident lorsqu’il s’agit de la machinerie de guerre proprement dite. Nous sommes beaucoup trop concentrés sur les engagements financiers et beaucoup trop indifférents à des choses telles que la capacité de production.

Il y a une troisième différence. Je pense qu’il existe un réel désir, en particulier chez les personnes âgées de plus de cinquante ans, de se replonger dans les années glorieuses de la politique étrangère américaine. Vous savez, la chute du mur de Berlin et les années 1990, lorsque l’Amérique était le véritable hégémon mondial. Dans ce monde, il n’était pas nécessaire de penser à la rareté dans les affaires étrangères. L’Amérique pouvait tout faire, parce qu’elle était tellement plus puissante que n’importe quel autre pays.

Cette époque est révolue. Nous vivons dans un monde de plus en plus multipolaire. La Chine est un véritable concurrent économique et militaire. Dans ce monde, l’Amérique ne peut pas simplement imposer sa volonté, comme si elle n’était pas confrontée à des problèmes de pénurie. Elle doit faire des compromis et se concentrer. Contrairement à une grande partie de l’establishment de la politique étrangère, je pense que notre pays devrait se concentrer beaucoup plus sur l’Asie de l’Est et beaucoup moins sur l’Europe.

Vous aviez quatre ans lorsque Reagan a quitté le pouvoir, et vous étiez à la maternelle lorsque le mur de Berlin est tombé. Pensez-vous que votre âge vous donne l’avantage de voir le monde de manière plus réaliste que vos collègues plus âgés, qui peuvent être nostalgiques des jours de gloire ?

J.D. Vance : Certainement. Je pense que Reagan était un bon président. Mais je n’ai pas la même réaction hagiographique à son égard que la plupart de mes collègues conservateurs plus âgés. Par exemple, je pense que sa politique d’immigration a été un désastre. On peut attribuer le fait que la Californie soit aujourd’hui un État bleu à la politique d’immigration de Ronald Reagan, mais ne prétendons pas qu’il était parfait en politique.

En fait, il était beaucoup plus intelligent que ne le pensent ses détracteurs et ses partisans. Si l’on se réfère à ce que les néoconservateurs écrivaient sur la politique étrangère de Reagan dans les années 1980, il essayait d’attendre l’Union soviétique, de la contenir le cas échéant, de l’engager le cas échéant, mais de développer la machine économique américaine pour faire contrepoids à l’Union soviétique. Les néoconservateurs des années 1980 voulaient une position plus agressive à l’égard de l’Union soviétique. Reagan, quant à lui, pensait que cela pourrait conduire à une guerre nucléaire. Mais il avait également compris que nous ne devions pas pousser les choses à ce point.

Il est intéressant de constater qu’en matière de retenue et de réalisme, Reagan est beaucoup plus proche du point de vue de Donald Trump que de celui des néoconservateurs, qui utilisent aujourd’hui Reagan comme une sorte d’icône.

Volodymyr Zelinsky a déclaré lors de la conférence de Munich sur la sécurité : “Que notre monde fondé sur des règles ne devienne jamais le monde d’hier”, mais les Russes ont de bonnes raisons de penser que l’Occident n’a pas tenu sa parole en ce qui concerne l’expansion de l’OTAN. De plus, si vous parlez aux conservateurs hongrois et polonais qui vivent sous le nouveau gouvernement de Donald Tusk, soutenu par l’UE, ils vous diront que les règles sont celles qui favorisent les intérêts politiques de Washington et de Bruxelles. Ont-ils tort ?

J.D. Vance : Non, je ne pense pas qu’ils aient tort. En fait, l’establishment occidental fait preuve d’un manque total de conscience de soi sur ce point. Leurs efforts pour faire de ce qu’ils croient le seul point de vue moral et correct sont une véritable insulte à l’intelligence de tous.

Vous savez, l’UE a empêché la Hongrie de recevoir des milliards de dollars d’aide promise, en raison de son point de vue sur l’Ukraine. Elle a saisi des milliards de dollars d’aide promise par un gouvernement précédent en Pologne, en raison des opinions du gouvernement polonais conservateur. Ce n’est pas un ordre fondé sur des règles. C’est l’Europe, depuis Bruxelles et Berlin, qui impose des vues libérales impérialistes au reste du continent. Si l’on veut un ordre international fondé sur des règles, il ne faut pas pénaliser la Pologne ou la Hongrie parce qu’elles ont des politiques différentes de celles de Bruxelles, mais c’est exactement ce qu’elles ont fait. C’est exactement ce qu’ils ont fait. Je pense donc que c’est complètement absurde.

Beaucoup d’Américains se méfient de ce que l’on appelle l’ordre international fondé sur des règles, parce qu’il n’a pas été bon pour beaucoup de citoyens américains. Il a été très bon si vous êtes le genre de personne qui vient chaque année à la conférence de Munich sur la sécurité. Mais si vous êtes un Américain dont la ville a été détruite parce que l’usine qui la faisait vivre a été délocalisée en Chine dans le cadre de l’ordre international fondé sur des règles, vous n’êtes pas enclin à dépenser l’argent de vos impôts et à vouloir défendre cet ordre en 2024.

David Cameron, le ministre britannique des affaires étrangères, a déclaré à Munich que la mort du dissident russe Alexei Navalny devait avoir des conséquences. Êtes-vous d’accord et, dans l’affirmative, quelles devraient être ces conséquences ?

J.D. Vance : La déclaration de M. Cameron est totalement dénuée de sens. Quel serait l’effet de sanctions supplémentaires sur la Russie, étant donné que les sanctions occidentales contre la Russie au cours des 18 derniers mois se sont révélées inefficaces ? S’agit-il de bombarder Moscou ? Qu’entend-il par “conséquences” ? Cela ressemble à une menace tout à fait creuse de la part d’une personne qui n’a pas réfléchi à ce que ses mots signifient réellement dans la pratique.

Pour autant que je sache, Navalny était un homme courageux. C’était un homme admirable. C’était un personnage fascinant, intellectuellement et idéologiquement. Mais l’idée que nous allons pénaliser Vladimir Poutine, comme on donnerait une fessée à un enfant qui se comporte mal, surestime complètement ce que l’Amérique et l’OTAN sont capables de faire au XXIe siècle.

Vous avez récemment déclaré au Sénat que l’Amérique devait se concentrer davantage sur ses propres problèmes. Qu’entendez-vous par là ?

J.D. Vance : Les partisans d’une politique étrangère américaine agressive confondent fondamentalement la cause et l’effet. Ils affirment que l’Amérique est forte parce que notre détermination en matière de politique étrangère est forte et parce que nous transmettons agressivement les idéaux américains au reste du monde. En réalité, nous sommes en mesure de promouvoir les idéaux américains dans le monde lorsque nous disposons d’un noyau dur solide à l’intérieur de nos frontières.

Les Américains qui ont combattu pendant la Seconde Guerre mondiale étaient incroyablement courageux et compétents. Si l’Amérique a gagné la Seconde Guerre mondiale, c’est parce qu’elle était l’arsenal de la démocratie. Notre économie industrielle était en plein essor, et nous avons pu envoyer des troupes dans le monde entier, armées des meilleurs équipements et des meilleures armes, tout en ayant une économie qui fonctionnait chez nous. Je ne suis pas isolationniste. L’Amérique devrait jouer un rôle de premier plan dans le monde. Nous sommes vraiment la puissance indispensable. Mais pour être la puissance indispensable, nous devons être puissants. Pour être puissants, nous devons nous occuper de nos problèmes internes – et en ce moment, l’Amérique a des problèmes extraordinairement urgents.

Lesquels ?

J.D. Vance : Je dirais qu’il s’agit de problèmes auxquels de nombreux pays européens sont également confrontés. Les États-Unis sont confrontés à une terrible crise migratoire. Environ 10 % de notre population est composée d’étrangers en situation irrégulière, et 15 % sont en situation irrégulière au regard de la loi, sous une forme ou une autre. Il faut beaucoup de travail pour assimiler un si grand nombre de personnes dans votre société, et le faire avec précaution, pour s’assurer que cela ne perturbe pas les services de santé, les services d’éducation, etc. Sans parler de l’ampleur du trafic d’êtres humains, du trafic de drogue et du trafic sexuel qui ont lieu à cause de la frontière sud des États-Unis avec le Mexique. C’est le premier point.

Deuxièmement, les États-Unis d’Amérique sont confrontés à un problème démographique de grande ampleur. Notre pays vieillit. Nous étions le dernier pays occidental à avoir une démographie saine, même il y a 15 ans, mais elle s’est aujourd’hui effondrée. Le taux de suicide est en hausse, surtout chez les jeunes. L’espérance de vie a également diminué. Dans le comté du Kentucky où vit ma famille, l’espérance de vie est de 67 ans. C’est comparable à beaucoup de pays du tiers monde aujourd’hui.

Par ailleurs, nous avons désindustrialisé l’ensemble de notre économie sur une période de trente ans. Je pense que tous ces problèmes doivent être résolus avant que nous puissions jouer un rôle de premier plan au XXIe siècle.

 Il a été question que vous fassiez partie de la liste restreinte des candidats à la vice-présidence de Donald Trump. S’il vous le demandait, seriez-vous prêt à vous engager ?

J.D. Vance : Bien sûr, j’y réfléchirais sérieusement. Je pense qu’il est clairement le meilleur choix pour être le prochain président. Et comme je l’ai dit, je voudrais l’aider autant que possible. Cela dit, j’aime beaucoup être sénateur. Je veux avoir un impact important dans ce que je fais. Malgré ce qu’en disent les médias, je n’ai jamais parlé à Donald Trump de devenir son vice-président. Mon attitude de base à cet égard est la suivante : il s’agit probablement de spéculations médiatiques, et il ne me demandera probablement pas mon avis. S’il me le demande, je franchirais le pont quand je l’aurais trouvé.

Selon vous, qu’est-ce que Trump a fait de mal au cours de son premier mandat ? 

J.D. Vance : Le plus gros problème de la première administration Trump était le personnel. Pensez-y du point de vue de Trump en tant qu’étranger à la politique. Il arrive dans le Bureau ovale sans avoir de réseau politique préexistant dans lequel puiser. Beaucoup de membres de l’administration étaient très solides, mais d’autres étaient absolument désastreux. John Bolton, le néocon en chef, n’aurait jamais dû se trouver à proximité de la Maison Blanche de Trump. Jeff Sessions était un excellent sénateur de l’Alabama, mais il n’aurait pas dû être ministre de la Justice. Et je pense que certaines décisions d’embauche étaient basées sur le fait que Trump n’avait pas de réseau pour embaucher, des gens qui connaissaient Washington, D.C. Et je pense que ce serait très différent dans un second mandat.

Vous avez récemment déclaré au New Statesman : “La politique de ma grand-mère était une sorte d’hybride entre la social-démocratie de gauche et l’optimisme personnel de droite. Il y a des vertus dans ces deux visions du monde“. Quelles sont ces vertus ?

J.D. Vance : En ce qui concerne la démocratie, lorsque les gens ont besoin de bons emplois, on ne peut pas s’attendre à ce qu’ils créent eux-mêmes de la prospérité si les seuls emplois disponibles sont des emplois au salaire minimum dans le secteur des services. Parfois, les gens n’ont pas de chance, sans que ce soit de leur faute. Lorsque les gens tombent malades ou se cassent une jambe, ils ont besoin d’une assurance maladie. Il faut une sorte de système d’assurance sociale qui couvre les personnes en difficulté.

Je pense que l’aspect de l’élévation personnelle a également des vertus. L’une d’entre elles est que même si votre vie a été injuste, il est très contre-productif de vous considérer comme la victime de l’injustice. Parfois, on vous a donné une mauvaise carte et vous devez la jouer du mieux que vous pouvez. Il y a une véritable vertu à décider de prendre les choses à bras-le-corps et de continuer à aller de l’avant. La vertu consiste à ne pas se trouver d’excuses, encore une fois, non pas parce que les gens n’ont pas de malchance, mais parce qu’ils en ont.

Il est très malsain de nier qu’il y a de l’injustice. Mais il est également très malsain de se laisser envahir par l’injustice dans sa propre vie. Je pense qu’il faut savoir naviguer entre les deux pour être un dirigeant politique efficace, mais aussi un être humain efficace.

La valorisation de la victimisation est l’un des principaux problèmes de la vie publique américaine, car la victimisation est une source de pouvoir ? Voyez-vous ce phénomène se briser ? La politique peut-elle jouer un rôle à cet égard ?

J.D. Vance : Je pense que culturellement, elle est beaucoup moins puissante aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a cinq ans. Les gens ne sont pas aussi disposés à accepter la formule “Je suis une victime, vous devez donc m’écouter et vous en remettre à moi”. Nous en avons déjà assez qu’on nous dise qu’il faut écouter quelqu’un non pas parce qu’il a une idée intelligente, mais parce qu’il a une certaine identité. La situation s’est donc déjà un peu dégradée.

L’une des façons dont les politiques publiques devraient aborder ce problème est de promouvoir l’excellence et de la récompenser. Et oui, il faut couvrir les personnes qui n’ont pas de chance. Mais les politiques publiques ne devraient pas avoir pour seul objectif de remédier à l’injustice. Fondamentalement, si l’on veut résoudre certains problèmes d’équité, l’une des choses les plus importantes que l’on puisse faire est de donner du pouvoir à ceux qui sont vraiment doués.

Les élections au Parlement européen auront lieu en juin. Les partis de la droite populiste espèrent faire un grand score. Qu’aimeriez-vous voir se produire sur le plan politique en Europe ?

J.D. Vance : Outre les victoires des populistes, j’aimerais vraiment que les élites européennes écoutent leurs citoyens, pour une fois. Qu’avez-vous retenu du Brexit ? Les électeurs britanniques voulaient davantage de contrôle sur leur système d’immigration. Mais qu’ont-ils obtenu ? Ils ont obtenu plus d’immigration, avec moins de contrôle, de la part d’un gouvernement conservateur ! La victoire de [Giorgia] Meloni en Italie était en grande partie un rejet des politiques d’immigration de Bruxelles. Pourtant, elle a été une véritable catastrophe lorsqu’il s’est agi de réduire l’immigration en Italie.

Si l’AfD [Alternative pour l’Allemagne] se porte bien, c’est uniquement parce qu’il y a une résistance croissante à l’immigration de masse en Allemagne.

Les élites européennes et américaines parlent avec effroi des menaces qui pèsent sur la démocratie. N’est-ce pas une plus grande menace pour la démocratie si les gens continuent à voter pour moins d’immigration, mais ne l’obtiennent pas ? J’aimerais vraiment, vraiment voir les dirigeants répondre à ce que les électeurs européens réclament clairement. Et l’un des moyens d’y parvenir est de faire passer le message de plus en plus fort. Dans le contexte des prochaines élections, je souhaite que les partisans de la souveraineté nationale et du réalisme en matière de politique étrangère dominent autant qu’ils le peuvent.

Que signifierait un second mandat de Trump pour l’Europe ?

J.D. Vance : Je ne peux pas parler au nom de Donald Trump, mais je pense que les Européens souhaiteraient vivement jouer un rôle beaucoup plus autonome en matière de défense. Cela signifie des effectifs suffisants pour défendre leur souveraineté, mais aussi des capacités de production suffisantes pour fabriquer les armes nécessaires à une guerre à long terme. Il se passe quelque chose de vraiment étrange en Europe : d’un côté, on nous dit que Vladimir Poutine est une menace existentielle pour l’Europe. Mais d’un autre côté, il faut amener les Européens à dépenser 30 % de moins de leur PIB pour la défense que ce que les États-Unis dépensent pour la leur. Si la Russie représente vraiment une menace existentielle, nous ne devrions pas avoir à vous supplier pour que vous dépensiez ce que vous êtes censés dépenser. Je pense donc que le message de l’administration Trump à l’Europe sera le suivant : vous devez payer vos factures et vous devez renforcer votre défense.

Étant donné l’âge de Trump et de Biden, j’ai l’impression que, quoi qu’il arrive cet automne, ce sera la dernière chance pour les baby-boomers. Alors que votre génération – les Millennials – accède de plus en plus au pouvoir, comment pensez-vous que cela va changer le conservatisme américain ? Et comment pensez-vous que cela va changer la politique américaine en général ?

J.D. Vance : C’est une bonne question. Tout d’abord, je pense que les baby-boomers ont encore un peu de courage. S’il y a une chose que nous avons apprise sur la génération du baby-boom, c’est que les gens écrivent toujours leur nécrologie bien trop tôt.

Quant au conservatisme des milléniaux, il est davantage motivé par les préoccupations des parents que par celles des grands-parents. Les milléniaux s’inquiètent vraiment de savoir si leurs enfants ont une voie viable vers la classe moyenne. Sont-ils éduqués dans leurs écoles ou endoctrinés par des idéologies sexistes bizarres ? Peut-on vraiment se permettre d’acheter une maison et d’élever une famille avec un revenu raisonnable de la classe moyenne ? Je pense donc que nous allons assister à l’émergence d’un conservatisme qui rejette l’orthodoxie libertaire de la droite de l’establishment en matière d’économie, mais qui se penche réellement sur certaines des batailles culturelles du 21e siècle.

Dernière question. Lors de la conférence du National Conservatism à Miami il y a quelques années, vous avez prononcé un discours dans lequel vous avez déclaré que les universités étaient l’ennemi. À la lumière de ces propos, et compte tenu du fait que vous êtes diplômé d’une école de droit de l’Ivy League, que pensez-vous de ce qui s’est passé à Harvard ces deux ou trois derniers mois ? Je parle du scandale de plagiat qui a coûté son poste à Claudine Gay, la première femme noire à diriger l’université.

J.D. Vance : Ce qui s’est passé à Harvard a été, d’une certaine manière, une confirmation de la thèse, n’est-ce pas ? L’identité a pris le pas sur les idées. Il y a cette façon étrange de protéger des personnes manifestement médiocres parce qu’elles correspondent à un récit politique particulier. Ce qui s’est passé à Harvard est une manifestation parfaite de l’idée que les universités ne sont pas tant à la recherche de la vérité qu’à l’application d’un dogme et d’une doctrine.

Elles appliquent un dogme hostile aux conservateurs américains, mais cela ne signifie pas que nous pouvons abandonner les universités. Je pense que nous devons reconnaître qu’elles sont la porte d’entrée de nombreuses professions et institutions importantes dans notre pays. L’une des leçons à tirer de ce qui s’est passé à Harvard est que ces institutions universitaires ne sont que des tigres de papier. Nous devrions les réformer de manière agressive afin qu’elles soient beaucoup plus ouvertes aux idées conservatrices.

En taxant leurs dotations ?

J.D. Vance : Oui, et en réformant le code des impôts pour leur retirer leur statut d’organisation caritative. Les lecteurs européens ne savent peut-être pas qu’en vertu de la législation fiscale américaine actuelle, les dons privés aux universités sont déductibles des impôts. Nous devons vraiment nous attaquer à la bureaucratie universitaire axée sur la diversité, l’équité et l’inclusion.

Vous savez, l’approche de Viktor Orbán en Hongrie est celle qui a le plus permis aux conservateurs de s’attaquer avec succès à la domination des universités par la gauche. Je pense que sa méthode doit nous servir de modèle : il ne s’agit pas d’éliminer les universités, mais de leur donner le choix entre la survie et une approche beaucoup moins partiale de l’enseignement.

Orbán est le premier grand dirigeant conservateur que j’ai vu refuser d’accepter le statu quo selon lequel la gauche possède les médias et les universités. La gauche ne reconnaît même pas à quel point son hégémonie idéologique est destructrice. Elle se met dans tous ses états dès que quelqu’un la remet en question.

J.D. Vance : Je pense que c’est la raison pour laquelle Orbán est si efficace. Vous savez, le regretté grand sénateur Daniel Patrick Moynihan a dit que la grande idée conservatrice est que la politique est en aval de la culture, et la grande idée libérale est que la culture peut être affectée par la politique. D’une certaine manière, je pense qu’Orbán reprend une idée libérale américaine et l’utilise à des fins conservatrices. Qu’il s’agisse des incitations mises en place, des décisions de financement prises ou des programmes d’études élaborés, il est possible d’utiliser la politique pour influencer la culture. Et c’est ce que nous devrions faire davantage au sein de la droite américaine.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

9 réponses à “J.D. Vance (sénateur Républicain de l’Ohio) : « J’aimerais que les élites européennes écoutent leurs citoyens pour une fois »”

  1. Franck dit :

    Aux dires de J.D. Vance l’élection de Trump serait un bien pour l’Europe, peut être que cela botterait les fesses des politiciens Européens afin qu’ils prennent conscience des intérêts réel de l’Europe et qu’ils cessent de se prendre quelqu’un qu’ils ne sont pas

  2. alienor dit :

    navalny était un raciste notaoire qui voulait écraiser les musulmans “comme des cafards”, entre autre…

    il est mort de mort natuelle, et c’est l’ukraine qui le dit ! https://pgibertie.com/2024/02/25/selon-les-services-secrets-ukrainiens-ce-n-est-pas-un-meurtre-navalny-est-bien-mort-de-facon-naturelle-caillot-dans-le-coeur/comment-page-1/#respond
    on attend les corrections dans la presse et tv…..

  3. alienor dit :

    . La succursale russe d’Yves Rocher a bel et bien porté plainte contre les frères Navalny pour fraude. C’est le gouvernement français qui a fait pression sur la maison-mère d’Yves Rocher en France pour retirer leur plainte.
    https://www.youtube.com/watch?v=SAkX9N03Kd8

  4. toto dit :

    Payer les factures, c’est à dire payer les F-35 aux US? Renforcer nos armées, cad acheter du matos US, ou fabriquer made in Europa?

  5. PL44 dit :

    “nous rendons plus probable l’alignement de Vladimir Poutine sur la Chine communiste, alors que nous devrions nous efforcer de ne pousser aucun pays dans les bras de Pékin.”
    Je n’appartiens pas à la classe dirigeante américaine mais ça parait le bon sens. La tendance Trump considère la Chine comme l’ennemie ou le rival principal. Cela ne veut pas dire que l’élection de Trump apportera une ère de paix.

  6. Verdier dit :

    James David Vance est un calibre. Cet entretien le démontre. Il est roué. Il reste cependant, quoi de plus normal, étant donné sa trajectoire, un Nord-Américain pur jus, anti-Poutine basique, qui vient nous chanter que “Navalny était un homme courageux et que c’était un homme admirable”…

    Il défend au marteau-pilon les intérêts de l’Empire américain, qui ne sont absolument pas les nôtres, ceux de la France, de notre indépendance.

    Je note enfin, dans ces interminables assauts d’intelligence politique, l’absence de toute spiritualité. Or, sans idées spirituelles, comment comprendre la tournure que prend notre monde ?

  7. mouchet dit :

    La guerre déclarée de l’Ukraine envers la Russie depuis 2014 en ayant liquidé 40’000 pros Russes sous la houlette des USA, pour faire une guerre économique déguisée en guerre. Les ventes d’armement des USA commencent à coûter cher et l’opinion publique commence à demander des comptes, du pourquoi comment. Mr Trump cite régler le problème en 1 semaine c’est correct car rien, mais rien ne justifie une guerre. Seulement laissons les peuples s’exprimer et une Ukraine et des provinces pros russes et basta. On comprend l’inutilité de 400’000 morts soldats ukrainiens et un pays ruiné qui devra rembourser tous les prêts. Tout pour la gloriole de Zelenski pantin des USA pour le profit. Il est prétentieux pour rien et aller nul part. Alors que l’Ukraine est de toutes les façons pros russes à 70 %. les USA ont fait de bonnes ventes d’armes pour 200 milliards. Puis en garanties virtuelles de pacotille pour alimenter la masse monétaire du dollars. Ils ont saboté nord stream 1 et 2 à 12 milliards pour vendre leur gaz de schiste 5 fois plus cher. Une guerre qui coûte à l’Europe près de 120 milliards pour rien sinon mettre la panique agricole en Europe. La folie collective que la Russie veut envahir d’autres pays c’est de la peur pour faire vendre des armes et amener des pays dans l’OTAN en faillite comme les USA d’ailleurs. Essayer de noyer les dettes de l’occident de près de 290’000 milliards irremboursables n’ira nul part. La Russie et les BRICS refusant de souscrire à de nouvelles dettes insolvables de l’occident tout en refusant le dollars en perdition même avec des cours de bourse surfaits pour la galerie.

  8. nina dit :

    Selon l ex agent CIA Ray Mcgovern, navalny etait un agent du MI6 anglais qui l a fait liquider. Pour destabiliser poutine et a russie. Voir video Judge Napolitano/ Ray Macgovern sur youtube. (soustitres reglages youtube studio)

    Caroline Galacteros vient de publier ( mercredi dernier) une video sur son site “Paix et Guerre” aussi sur youtube. Elle y evoque la situation actuelle et les engagements insensés que Macron prend pour la France vis a vis de l Ukraine.
    Mais que font es deputés et à quand la destitution. Cet abruti va finir par nous entrainer dans une guerre dont aucun des europeens sains d esprit ne veulent !!!!
    Tous les mercredi a 19 heures caroline galacteros publie en direct sur son site “Paix et Guerre”.
    Grande dame.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Viktor Orbán : « Pas d’immigration, pas de théorie du genre, pas de guerre ! »

Découvrir l'article

International

Un pacte sur l’asile et l’immigration serait un “désastre” pour l’UE selon Pologne et Hongrie

Découvrir l'article

Politique

Rod Dreher après l’annulation d’une conférence patriote à Bruxelles : « Nous ne nous laisserons pas faire »

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine

Europe ou Occident ? Par Olivier Battistini

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

L’Europe, notre héritage commun, par Philippe Conrad

Découvrir l'article

Sociétal

Drogue, homicides, suicides…Les taux de mortalité chez les Américains en âge de travailler sont 2,5 fois plus élevés que la moyenne des autres pays à revenu élevé

Découvrir l'article

International

Aux USA, des professionnels vétérans du renseignement écrivent à Joe Biden au sujet d’une éventuelle intervention de la France en Ukraine

Découvrir l'article

Sociétal

Avez-vous peur d’un attentat islamiste en France ? Micro-trottoir signé Vincent Lapierre

Découvrir l'article

A La Une, International

La guerre en Ukraine, la douloureuse naissance d’un monde nouveau. Un Général français s’exprime

Découvrir l'article

International

Le Parlement européen en chute libre

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky