Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Dans 100 ans, les Afrikaners seront toujours en Afrique du Sud ». Entretien avec Jaco Kleynhans

Jaco Kleynhans est responsable des liaisons internationales au sein du Solidarity Movement, une organisation regroupant plus de vingt organisations communautaires conservatrices et comptant plus d’un demi-million de membres dans toute l’Afrique du Sud. Kleynhans est responsable de l’engagement politique, économique, culturel, académique et linguistique avec les pays, les organisations, les partis politiques, les entreprises et les individus du monde entier. Il a travaillé sur des campagnes politiques aux États-Unis et en Europe et possède une connaissance approfondie de la politique internationale.

Notre confrère Álvaro Peñas l’a interviewé, traduction par nos soins.

Les meurtres de fermiers blancs en Afrique du Sud sont devenus monnaie courante. Quelle est la réponse du gouvernement sud-africain à cette liste interminable de crimes ?

Jaco Kleynhans : L’Afrique du Sud est un pays extrêmement violent. Le taux d’homicide pour 100 000 habitants est actuellement le deuxième plus élevé au monde. Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, la police, le ministère public et les tribunaux sud-africains ne parviennent pas à attraper les criminels et à les poursuivre avec succès. Deuxièmement, la violence, notamment dans le cadre de la lutte contre l’apartheid, a été tolérée pendant trop longtemps, et une ou deux générations de Sud-Africains ont grandi avec la violence, comme le vol avec violence, le viol, la torture et le meurtre, comme norme. L’énorme immigration clandestine en provenance du reste de l’Afrique au cours des dernières années a aggravé les problèmes de criminalité.

Les attaques contre les agriculteurs, et en particulier leurs meurtres brutaux, sont d’autant plus graves que la rhétorique politique et les messages de haine envers les agriculteurs et les Sud-Africains blancs en général sont de plus en plus fréquents. Des chansons sont chantées pour encourager les gens à tuer les fermiers. Depuis la fin de l’apartheid, 3 000 fermiers ont été tués en Afrique du Sud. La plupart du temps, ces assassinats s’accompagnent de tortures extrêmes et de meurtres brutaux. Le nombre de fermiers en Afrique du Sud est passé de 50 000 à moins de 30 000 au cours des trois dernières décennies, alors que la population du pays est passée de 40 millions à plus de 60 millions d’habitants. Le taux d’assassinat des agriculteurs est le plus élevé de toutes les catégories d’assassinat en Afrique du Sud. Il est plus dangereux d’être agriculteur en Afrique du Sud que de vivre à Bagdad, en Irak, ou à Damas, en Syrie. La haine envers les agriculteurs augmente en raison de l’échec du gouvernement. Les mouvements populistes font des agriculteurs, et plus particulièrement des Boers/Afrikaners, des boucs émissaires.

Le gouvernement de Nelson Mandela a fait l’objet d’un grand romantisme en Occident, mais la discrimination et tout ce que vous avez mentionné sont nés sous son règne.

Jaco Kleynhans : Oui, les problèmes avaient déjà commencé sous Mandela. Les pires lois raciales, comme la discrimination positive, ont vu le jour sous Mandela. Les meurtres dans les fermes ont commencé sous Mandela. Le problème, c’est que vous ne pouvez pas en parler. Nous devons prétendre que ces problèmes n’ont commencé qu’avec Jacob Zuma et Cyril Ramaphosa. L’ANC n’a jamais été un bon gouvernement. Peu après l’accession de Mandela à la présidence, de nouvelles discriminations raciales à l’encontre de la minorité blanche ont vu le jour.

Comment les agriculteurs font-ils face à cette situation ?

Jaco Kleynhans : La plupart des agriculteurs s’organisent de plus en plus pour créer leurs propres structures de sécurité bien formées. Le Mouvement de solidarité et AfriForum sont directement impliqués dans ce processus. Ces dernières années, nous avons formé 10 000 personnes au maniement des armes à feu, aux patrouilles par drones et à l’utilisation de technologies telles que les caméras. Lorsque les agriculteurs sont bien organisés et équipés pour sécuriser leurs maisons et leurs fermes, les attaques diminuent. Le problème, c’est que l’Afrique du Sud est très vaste et que ce sont souvent les agriculteurs les plus âgés des régions reculées qui sont la cible de bandes organisées d’agresseurs extrêmement bien armés et violents. L’amélioration de la sécurité des exploitations agricoles est également très coûteuse.

Et comment se fait-il que les médias, qui sont si conscients du racisme, restent silencieux face à ces crimes racistes ?

Jaco Kleynhans : Les médias continuent de croire que les Afrikaners, et plus particulièrement les fermiers blancs, sont responsables des péchés du passé. Bien que l’apartheid ait pris fin il y a trente ans, la violence à l’encontre des Afrikaners est toujours minimisée, et les meurtres de fermiers sont rejetés par les médias comme faisant partie d’un problème de criminalité plus large. Le racisme à l’égard des Noirs est toujours bien relayé, mais l’augmentation considérable du racisme à l’égard des Blancs, les crimes de haine et les meurtres de fermiers blancs sont considérés comme normaux et non comme du racisme.

Recevez-vous un soutien au niveau international ou, une fois de plus, les États et les organisations internationales restent-ils silencieux ?

Jaco Kleynhans : Il y a cinq ans, le Mouvement de solidarité a lancé une campagne pour informer le monde occidental sur ces questions. De grands progrès ont été réalisés, mais le soutien reste limité. Nous recevons beaucoup de sympathie, mais bien sûr il y a encore beaucoup de politiciens qui croient que l’Afrique du Sud idéalisée de Nelson Mandela existe. Ce pays n’existe pas. L’Afrique du Sud est dominée par des groupes corrompus et radicaux. Les États-Unis et certains pays européens sont de plus en plus conscients de tout ce qui ne va pas en Afrique du Sud. Nous bénéficions de plus en plus du soutien de particuliers, de petites organisations et de partis et groupes politiques plus conservateurs en Occident. Cependant, il est important de convaincre le gouvernement américain et les gouvernements européens d’adopter une position plus ferme sur les événements en Afrique du Sud et d’agir. En outre, il est urgent de trouver un plus grand soutien financier pour nos projets, ce qui a été difficile jusqu’à présent.

Il est paradoxal que le gouvernement sud-africain, qui autorise ces crimes, ait dénoncé Israël pour génocide devant la Cour internationale de justice.

Jaco Kleynhans : Le gouvernement de l’ANC en Afrique du Sud est de plus en plus anti-occidental. Il considère les Blancs d’Afrique du Sud comme un vestige indésirable du colonialisme occidental en Afrique, tout comme il considère, selon ses propres termes, Israël comme un vestige indésirable de l’Occident au Moyen-Orient. Au cours des deux dernières années, l’Afrique du Sud s’est rapprochée de la Russie, de l’Iran, de la Chine et de groupes terroristes tels que le Hamas. Alors que des groupes comme les Forces de soutien rapide au Soudan tuent des dizaines de milliers de personnes par nettoyage ethnique, le gouvernement sud-africain détourne le regard et décide de dénoncer Israël devant la CIJ. Le gouvernement sud-africain prétend détenir la morale, mais en réalité, il n’est qu’un pion du nouveau mouvement anti-occidental. Le fait que l’ANC en Afrique du Sud soit financé par la Chine, la Russie et/ou l’Iran n’est pour l’instant qu’une allégation, mais elle serait logique si l’on examinait la moralité sélective du gouvernement de l’ANC.

Les Combattants pour la liberté économique, troisième parti du pays, célèbrent leurs rassemblements en scandant “tuez le fermier”. Quelle est l’influence de ce parti sur ce qui se passe ?

Jaco Kleynhans : L’influence de l’EFF ne cesse de croître. Depuis plus de 15 ans, la pauvreté et le chômage augmentent en Afrique du Sud. Des millions de personnes cherchent désespérément des solutions faciles et populistes à leurs problèmes. L’EFF, qui est ouvertement communiste et raciste, n’offre aucune solution viable, mais ses promesses de fermes expropriées des fermiers blancs et données aux Noirs, de maisons gratuites, de soins de santé et autres semblent pouvoir fonctionner pour des personnes peu éduquées et désespérées. Il est donc à craindre que l’EFF connaisse la plus forte croissance de tous les partis politiques lors des prochaines élections nationales du 29 mai. Cela pourrait en faire un partenaire de coalition très dangereux pour l’ANC à l’avenir.

Les prochaines élections de mai prévoient que le Congrès national africain pourrait perdre sa majorité absolue. Qu’est-ce que cela pourrait signifier pour la communauté boer ? Les choses vont-elles empirer ou y a-t-il des raisons d’espérer ?

Jaco Kleynhans : Notre communauté est bien organisée. Au sein du Mouvement de solidarité, nous avons plus de vingt organisations avec près de 700 000 membres qui paient des cotisations chaque mois. Notre mouvement crée des solutions dans les communautés. Cela inclut notre propre éducation, notre formation postscolaire, nos propres structures de sécurité, etc. Nous ne pouvons donc pas nous contenter de trébucher d’une élection à l’autre. Les Afrikaners/Boers sont aujourd’hui à peine plus de 2 millions dans un pays qui compte plus de 60 millions d’habitants. Près de 500 000 d’entre eux ont quitté le pays au cours des trois dernières décennies. Malgré cela, nous continuons à construire et à nous battre. Nous construisons nos propres collèges, universités et écoles, tout en luttant devant les tribunaux et dans les communautés pour la préservation de notre langue, de notre culture et de nos espaces de vie, ainsi que de nos droits fondamentaux. Cela peut sembler être une bataille difficile, mais nous sommes convaincus que nous réussirons grâce à notre foi. Nous n’accepterons pas que notre existence soit annulée. Dans 100 ans, les Afrikaners seront toujours en Afrique du Sud.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “« Dans 100 ans, les Afrikaners seront toujours en Afrique du Sud ». Entretien avec Jaco Kleynhans”

  1. DAULIE Pascal dit :

    Beaucoup de boers ont émigré en Zambie pour préserver leur sécurité et recommencer une nouvelle vie tout en sauvegardant leur mode de vie.

  2. kaélig dit :

    Alors Fabius, toi qui fût un grand supporter anti-apartheid au point d’interdire à l’équipe de France de rugby d’aller jouer un match de rugby en Af du Sud…On en t’entend pas ?
    C’est celà, remplacer les fermiers blancs par les “fermiers” noirs comme le burlesque Mugabé au Zimbabwé, et bientôt la famine !

  3. patphil dit :

    quand je suis allé en afrique du sud il y a dix ans, aucun blanc à la police des frontières ni à la douane, ni dans la police, l’apartheid avait simplement changé de couleur

  4. Le Celte dit :

    Les Namibiens avec des échanges économiques avec l’Afrique du Sud maintenant les chauffeurs routiers hésitent à traverser la frontière.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, Sociétal

Frontières sort un numéro sur le sort des Blancs en Afrique du Sud. Jules Laurans : « Ce que vive les Boers sur place c’est un nouvel apartheid à l’envers » [Interview]

Découvrir l'article

International

Afrique du Sud : Orania, entre début de reconnaissance institutionnelle et tempête de haine

Découvrir l'article

International

Afrique-du-Sud : Deux fermiers blancs du Limpopo de 79 et 84 ans frappés à coup de barre de fer

Découvrir l'article

International

Afrique-du-Sud : l’ANC choisi le parti conservateur et nationaliste zoulou Inkhata pour former une coalition

Découvrir l'article

A La Une, International

Séisme politique après les élections en Afrique du Sud

Découvrir l'article

International

EN DIRECT : Elections en Afrique du Sud. Résultats et analyses

Découvrir l'article

International

Afrique du Sud : « Face à la décomposition du pays, il va bientôt falloir se décider à en rendre la direction aux Boers »

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire, International

Orania : collecte de fonds pour l’érection de la statue de “Oom Paul” Kruger

Découvrir l'article

International, Sport

Folie raciale en Afrique du Sud. L’équipe de Cricket sommée de justifier le fait qu’elle aligne trop de joueurs blancs

Découvrir l'article

International

Afrique du Sud : Bientôt un reportage de France 2 sur Orania

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky