« Islam pour mémoire ». Le journalisme militant de France 3 Bretagne

Vendredi 24 mars 2017. La chaîne de télévision France 3 proposait son journal quotidien dans sa déclinaison régionale qui ne traite que de l’actualité de la Bretagne administrative, faisant abstraction de la Loire-Atlantique tout en accordant, en revanche, du temps d’antenne à des sujets bien lointains de la vie quotidienne des bretons.

L’Islam et les préoccupations bretonnes

Ainsi, à la grande surprise des téléspectateurs, après avoir traité les principaux titres de l’actualité bretonne en cinq minutes, le présentateur Éric Pinault reçoit sur le plateau du journal la réalisatrice Bénédicte Pagnot pour son film documentaire « Islam pour mémoire », sorti en salle le 22 mars dernier. Le journal en question est visible en replay sur ce lien encore quelques jours.

Les premières questions qui se posent : qui est Bénédicte Pagnot ? Quelle est la trame de son documentaire ? Mais surtout, quel est donc le lien avec la Bretagne ?

Éric Pinault présente donc son invitée par ces mots : « Vous avez réalisé ce documentaire pour nous aider à comprendre l’Islam à travers l’analyse du poète Abdelwahab Meddeb, loin des clichés et de l’amalgame avec l’islamisme ». Et n’hésite pas à surenchérir en adoptant clairement un parti pris politique lorsqu’il poursuit : « Vous nous dites aussi que l’islamisme nourrit le nationalisme, et c’est quelque chose qu’il est bon d’entendre en ces périodes où nous avons tous à réfléchir au geste électoral pour la présidentielle ».

Des propos qui ne retiendraient l’attention de personne s’ils n’étaient pas tenus sur une chaîne de télévision du service public.

Mais la réponse de la cinéaste rennaise ne manque pas de sel non plus quand elle dénonce le climat de la période actuelle et « une tendance à se recroqueviller sur des identités nationales ou des identités religieuses ». Une absence de clarté dommageable quant aux dites identités, puisque l’on ne sait finalement pas de quelles nations ni de quelles religions il est question, pas plus que du sens de causalité entre les deux recroquevillements.

Quand Ouest-France met sa pierre à l’édifice

France Télévisions n’est pas le seul média à faire la promotion du film. Ainsi, un article paru dans le quotidien Ouest-France le 1er décembre 2016 vante les mérites du long métrage « Islam pour mémoire » qui, selon le journaliste Éric Chopin, « apporte sa pierre à la lutte contre l’obscurantisme et la méconnaissance, sources de tant de conflits ».

Un article où Bénédicte Pagnot explique être partie « à la rencontre des merveilles de l’Islam ».

Elle rapporte un peu plus loin les propos d’une jeune musulmane qui, en Tunisie, à Sidi Bouzid, lui déclare : « Nous aimons tout le monde, nous voulons vivre avec tout le monde ». La sincérité de la jeune femme n’est sans doute pas à remettre en cause, mais, contrairement à ce qu’essaye de distiller Ouest-France, sa déclaration ne peut être considérée comme le sentiment général du monde musulman…Et serait même une réponse bien légère aux questions de ceux qui, justement, s’inquiètent de la montée en puissance des conflits dénoncés auparavant.  

Ne pas confondre Islam et islamisme ?

C’est en substance le propos du documentaire de Bénédicte Pagnot. Un propos que l’on entend ou que l’on lit fréquemment de la part des « spécialistes » de l’Islam évoquant les interprétations multiples du livre qui fait autorité en la matière, le Coran.

Afin d’aller plus loin, prenons quelques versets du livre sacré des musulmans et interrogeons-nous sur les lectures possibles de ces textes. Au sujet des femmes, comment donc interpréter la Sourate 2, Verset 282 :

« […] Faites-en témoigner par deux témoins d’entre vos hommes ; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d’entre ceux que vous agréez comme témoins, en sorte que si l’une d’elles s’égare, l’autre puisse lui rappeler. […] »

La réalisatrice Bénédicte Pagnot se présentant comme athée dans l’article de Ouest-France, intéressons-nous au cas des mécréants dans le Coran. La Sourate 4, Verset 56 explique : 

« Certes, ceux qui ne croient pas à Nos Versets, (le Coran) Nous les brûlerons bientôt dans le Feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d’autres peaux en échange afin qu’ils goûtent au châtiment. Allah est certes Puissant et Sage ! » 

Des athées qui ne sont décidemment pas gâtés puisque la Sourate 3, Versets 10-11 ne semble pas plus disposée à leur accorder la grâce :

« Ceux qui ne croient pas, ni leurs biens ni leurs enfants ne les mettront aucunement à l’abri de la punition d’Allah. Ils seront du combustible pour le Feu, comme les gens de Pharaon et ceux qui vécurent avant eux. Ils avaient traité de mensonges Nos preuves. Allah les saisit donc, pour leurs péchés. Et Allah est dur en punition. » 

Mais, plus que du mépris, c’est une hostilité marquée envers les mécréants qui transparaît, notamment dans la Sourate 3, Verset 141 :

« Et afin qu’Allah purifie ceux qui ont cru, et anéantisse les mécréants. »

Malgré ces écrits pour le moins troublants quant à leur violence et leur radicalité, il faudrait donc éviter tout amalgame entre la pratique de l’Islam selon les textes originels et l’interprétation qui en est faîte par les tenants du djihadisme et de l’islamisme politique.

Un exercice qui, au bas mot, risque de s’avérer périlleux à la lecture des extraits précédents.

La région Bretagne et les Côtes d’Armor comme mécènes

En visitant le site de la société de production Mille et Une Films, un détail retient notre attention. Il s’avère que le documentaire « Islam pour mémoire » est soutenu financièrement par le Conseil régional de Bretagne et le département des Côtes d’Armor.

Les contribuables bretons seront ravis d’apprendre que ces deux collectivités trouvent les fonds nécessaires pour promouvoir ce genre de projets quand, dans le même temps, il faut parfois trois heures pour voyager entre Rennes et Nantes en train, voire une demi-journée entre Nantes et Quimper.

Dans un tout autre registre, les défenseurs de la langue bretonne à qui la région octroie des crédits ridicules, notamment en comparaison des dotations de la Collectivité territoriale de Corse pour la langue corse, en tireront les conclusions nécessaires.

Bénédicte Pagnot et l’extrême gauche rennaise

La cinéaste, normande d’origine, a réalisé son premier long métrage en 2012. Intitulé « Les lendemains », ce dernier mettait en scène une jeune étudiante sans histoire arrivant à Rennes pour ces études. Mais qui, rattrapée par les traditions locales, se rapproche petit à petit de la mouvance d’ultra gauche et d’une bande de squatters. Il semblerait donc que Bénédicte Pagnot ait quelques thèmes de prédilections pour ses films.

Et les lycéens de Concarneau ?

L’ironie de cette histoire est que le journal télévisé en question avait débuté sur un sujet très grave mais finalement pas si éloigné : le retour à Concarneau des lycéens bretons présents à Londres au moment de l’attentat revendiqué par l’Etat islamique.

Leurs trois camarades, blessés par la voiture du terroriste, vont avoir le temps de méditer, pendant leur convalescence,  sur la subtile différence entre Islam et islamisme .

Mordiern Drezen

Crédit photo : Wikipedia (cc) (©Nitin Madhav 2003)
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Ludo22

    Plutôt que d’ aller regarder les justifications manipulées d’ une gauchiste Bénédicte, écoutons ce que des musulmans eux-mêmes en pensent:

    Pensées musulmanes

    « On changera définitivement le système laïc. La République vit ses derniers temps. »
    Abdullah Gül, actuel président de la République turque.

    « On ne peut pas être musulman et laïque en même temps (…). Le milliard et demi de musulmans attend que le peuple turc se soulève. Nous allons nous soulever. Avec la permission d’Allah, la rébellion va commencer »
    Recep Tayyip Erdogan , actuel Premier ministre turc et ex-président, devant une caméra de télévision en 1992.

    « La démocratie et ses fondements jusqu’à aujourd’hui peuvent être perçue à la fois comme une fin en soi ou un moyen. Selon nous la démocratie est seulement un moyen. Si vous voulez entrer dans n’importe quel système, l’élection est un moyen. La démocratie est comme un tramway, il va jusqu’où vous voulez aller, et là vous descendez ».
    R.T Erdogan

    « On ne peut pas être musulman et laïque en même temps (…). Le milliard et demi de musulmans attend que le peuple turc se soulève. Nous allons nous soulever. Avec la permission d’Allah, la rébellion va commencer »
    Recep Tayyip Erdogan , actuel Premier ministre turc et ex-président, devant une caméra de télévision en 1992.

    ”L’expression ‘islam modéré’ est laide et offensante, il n’y a pas d’islam modéré. L’Islam est l’Islam.”
    Erdogan, Kanal D TV, août 2007

    Et enfin, votez Macron:

    « La mondialisation en constituants de grands
    ensembles régionaux entraîne partout la diminution de l’État-Nation.
    Plus la mondialisation s’accroit, plus l’Islam se propage ».
    Ömer Dinçer, un proche conseiller politique de Tayip Erdogan

  • Ludo22

    Le modèle Abdelwahhab pris par la gauchiste Bénédicte Pagnot est loin de faire l’ unanimité dans l’ islam en France:

    Si Abdelwahad Medded fait l’unanimité dans le milieu intellectuel
    français, il n’en est pas de même au sein de la communauté musulmane,
    dont une partie lui reproche les raccourcis qu’il emprunte dès lors
    qu’il évoque l’islamisme, assimilé au fascisme. L’homme, qui déclarait
    ne pas supporter le voile dans les colonnes de Libération en 2009, s’était attiré les foudres d’une communauté en 2007 en défendant à la barre Charlie Hebdo lors du procès des caricatures
    du Prophète Muhammad. Au procès qui opposait le journal satirique à la
    Grande Mosquée de Paris et l’Union des organisations islamiques de
    France (UOIF), l’écrivain estimait alors « important qu’un musulman dénonce l’islamisme radical », « au nom de la liberté d’expression »

    Source: http://www.saphirnews.com/La-voix-controversee-d-Abdelwahab-Meddeb-s-est-eteinte-retour-sur-son-parcours_a19947.html

  • Scoobidou

    L’islam vient des pays chauds, donc il pue. Il n’y a rien d’autre à en dire.

  • Ligom

    Je me souviens d’un ancien ancien collègue gauchiste parisien qui m’avait répondu “Tu dis n’importe quoi” quand je disais que cette religion n’avait rien à faire en Bretagne (Je suis Breton pur beurre).
    La Bretagne étant donc une terre fortement catholique, même si je suis athée, au bout d’un moment hein… Suffit de voir les croix en BZH…

    Venant d’un parisien, admettons son ignorance… Mais quand je vois les gauchos bretons qui ne comprennent rien à rien, là…

  • Alain

    Il y a 2 sujets je pense :

    1) Le fait de nous faire du prosélytisme Islamique souvent par des personnes ayant perdu leur ancienne religion qui était le Communisme. Dans les 2 cas, Communismes et Islam sont présentés comme des idéaux de paix dont toutes remises en cause est par principe inacceptable (ne pouvant être le fait que de “méchant” généralement qualifier de : “fascistes”) et cela peu importe la réalité des faits. Je viens de découvrir que les “communistes” rejettent aujourd’hui l’héritage Soviétique de l’Union-Soviétique… qui ne serait pas vraiment du “communisme”, pas plus que les “attentats islamiques” ne sont l’Islam… Étrange cette similitude de recherche fanatisé d’un idéal et de négation du réel de cet “idéal”.

    2) La faiblesse de l’information (prétendument “régionale”) en Bretagne, un pays de 4,6 millions d’habitants. En effet, l’information sur FR3 ou de TEBEO (et autres TV microscopique) est traité de manière “artisanale” pour ne pas dire “plouc” tant par la qualité/pertinence des informations que par le professionnalisme des journalistes. En effet, imagine t-on l’information au Danemark ou en Irlande (même population qu’en Bretagne) résumée à ce qu’est l’information en Bretagne? On peut se poser la question jusqu’à quand les Bretons accepteront le “plouc” comme aspect incontournable du “politiquement correct” de leur identité?