27/11/2013 – 15H55 Nantes (Breizh-info.com)  – Le Canard enchaîné publie aujourd’hui un article détaillé de Christophe Nobili sur les relations très chaleureuses du député socialiste Jean-Pierre Fougerat avec le groupe SPIE. Fougerat est fougerataussi maire de Couëron et vice-président délégué de Nantes Métropole chargé de la voirie et des espaces publics, des lycées et collèges et des grands équipements. C’est donc un interlocuteur privilégié des groupes du BTP et de la construction.

Avec SPIE, un groupe international qui réalise plus de 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires avec plus de 30.000 collaborateurs, l’ambiance est bonne : Fougerat a été invité à plusieurs reprises à de joyeuses escapades à l’étranger, notamment à l’occasion du tournoi des Six-Nations. Et Le Canard enchaîné a dénombré pas moins de 33 appels d’offres remportés par SPIE auprès de Nantes Métropole. Voici peu, l’entreprise a ainsi remporté le contrat des installations de chauffage-ventilation du nouveau complexe sportif de la Trocardière, à Rezé. Sans trop de mal : une seule offre, la sienne, avait été présentée. SPIE est aussi partenaire du festival de musique La Folle journée de Nantes.

Chez SPIE Ouest-Centre, Fougerat a affaire à un interlocuteur qu’il connaît bien : Fabrice Michot, chargé des relations avec les collectivités locales. Avant d’être embauché par SPIE en 2005, Michot, ancien secrétaire de section du Parti socialiste, avait été pendant neuf ans directeur de cabinet de Fougerat à la mairie de Couëron ! Peu après son arrivée, la droite couëronnaise avait évoqué une utilisation « douteuse » des fonds d’un plan d’investissement. Jean-Pierre Fougerat avait riposté par une plainte en diffamation. On verra si les imputations du Canard enchaîné provoquent la même réaction.

Circonstance aggravante, les deux personnages clés du dossier sont ou ont été très proches de Jean-Marc Ayrault. Fougerat siège à l’Assemblée nationale en tant que suppléant du Premier ministre et Michot a été son assistant parlementaire puis, à la mairie de Nantes, son conseiller chargé des « relations économiques ».

D’autres révélations sont-elles à venir ? Christophe Nobili avait également révélé avec force détails, dans Le Canard enchaîné du 20 novembre, les soupçons d’entente anti-concurrentielle pesant sur SPIE Ouest-Centre, et dont la victime aurait été l’usine Batscap construite par Vincent Bolloré à Ergué-Gabéric. Il n’est donc pas impossible qu’une « taupe » soit à l’œuvre chez SPIE. On attend la suite.

Crédit photo Jean-Pierre Fougerat : Flickr-CC/Parti Socialiste
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.