Nantes. Johanna Rolland n’est pas socialiste

A LA UNE

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

15/02/2014 ‑ 10H00 Nantes (Breizh-info.com) – Il ne faut pas compter sur Johanna Rolland pour critiquer le « ralliement aujourd’hui universel de la gauche moderne au culte de la croissance, de la compétitivité et de la mondialisation ». Elle n’aurait non plus rien à redire quant à la « dissolution progressive de l’idéal socialiste d’une société sans classe (concept qui a aujourd’hui disparu de tous les programmes politiques de la gauche) dans la nuit libérale où toutes les vaches sont grises. » Ce que Jean-Claude Michéa décrit dans « les mystères de la gauche » correspond parfaitement à l’univers intellectuel de Johanna Rolland : libéralisme économique et libéralisme culturel se combinent parfaitement, d’autant plus que ces deux notions « sont – d’un point de vue philosophique – logiquement indissociables« .
Dans un prochain ouvrage, M. Michea pourrait faire une petite place à Mme Rolland ; ce bon petit soldat su social-libéralisme le mérite.

Il parait que la dauphine de Jean-Marc Ayrault à la mairie de Nantes revendique une espèce de « pragmatisme de proximité », expérimenté lors de son passage au Creusot en 2005. Elle y a mis en place les instances de démocratie participative avant de prendre la responsabilité des politiques de la ville.
Mme Rolland parle d’une volonté de « transformation sociale avec au cœur de cette question, celle de l’égalité au plus près des gens ». « La politique nationale sera chargée par les territoires. Nous sommes des laboratoires d’innovation. La politique n’est pas une fin en soi. Les incantations, ce n’est pas mon truc. » (libération, 29 janvier 2014).

Avec ses « laboratoires d’innovation », Mme Rolland s’inscrit dans le courant de la « gauche moderne », davantage préoccupée par le sociétal que par le social. Ce qui correspond parfaitement aux attentes d’une bourgeoisie urbaine « de gauche » mais pas « socialiste ».
Elle-même ne s’est encartée que tardivement au PS, en 2004, avant de devenir assistante parlementaire du député Ayrault. Autant dire que Mme Rolland n’a jamais eu la tripe « socialiste ».

L’actualité veut qu’elle ait à prendre position rapidement sur deux dossiers brûlants. Sur Notre-Dame-des-Landes, elle devra trancher. Ronan Dantec (EELV), sénateur de Loire-Atlantique, a sa petite idée sur la question  « pour le moment, elle ne peut pas ne pas construire ce projet initié par Jean-Marc Ayrault. Mais c’est un caillou dans sa chaussure. » (Libération, 29 janvier 2014).
Sur la Bretagne, sur la remise en question des limites régionales : « La question ne l’enthousiasme pas« , peut-on lire dans le magazine « Bretons » (février 2014) à propos de cette femme originaire de Vertou.

Deux affaires sensibles qui l’obligent à beaucoup de prudence ; il lui faut en effet tenir compte de son coach (M. Ayrault) et de la réalité politique et électorale (quel rapport de force pourra-t-elle créer ?). D’où la nécessité de la jouer modeste ; « je n’ai pas de plan de carrière. Demain, je peux arrêter et faire autre chose. » (Bretons, février 2014).
Chiche !

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Auray. Douze circuits thématiques pour découvrir la ville

Cet été, la mairie d'Auray organise douze circuits thématiques permettant la découverte des lieux emblématiques de la ville, ouvrant...

Metallica. Retour sur la genèse de « The Black Album »

Metallica raconte la genèse de son album phare "The Black Album", qui a fait la une des journaux et...

Articles liés

Rennes. Cacher les dealers avec une bâche plutôt que de les arrêter : le « paradis socialiste » à Cleunay [Vidéo]

Face au fléau que représentent les dealers, la mairie de Rennes, plutôt que de résoudre le problème, a littéralement préféré le cacher : en...

Paris. La tiers-mondisation de la ville d’Anne Hidalgo exposée sur Twitter

La propreté de la ville de Paris est au cœur d'une polémique depuis plusieurs jours suite au lancement d'un hashtag #saccageParis (pour « saccage...

À Nantes, une nouvelle gare SNCF sans poste de police

Sans tambour ni trompette, la nouvelle gare de Nantes a ouvert ses portes hier. Le covid-19 n’est peut-être pas la seule cause de cette...

Jean-Marc Ayrault découvre Colbert et ne l’aime pas

Pour une fois, Richard Ferrand a eu le mot juste. Quand son ancien camarade du parti socialiste Jean-Marc Ayrault a réclamé que soient déboulonnées...