26/11/2014 – 09H00 Rennes (Breizh-info.com) – Proviseur au collège Jean Moulin de Saint-Jacques de la Lande, à proximité de Rennes,  Eric Boisbluche, chantre de la très à la mode «mixité sociale et culturelle»,  n’est pas peu fier d’avoir accueilli cette semaine Laurent Béru, ancien guitariste du groupe punk «Les Béruriers noirs» et actuel membre du groupe «Les Ramoneurs de menhirs».Un groupe connu pour son engagement très à gauche.

«Sarkozy, Breizhistance, Sarkozy dehors !» proclament-ils dans «Breizhistans». Les titres comme «BellARB» – référence au chant des partisans italiens et à l’Armée révolutionnaire bretonne – «Pussy Riotal» ou encore «Makhnovtchina» – hommage aux anarchistes ukrainiens luttant contre les Soviétiques et les Partisans blancs – ne laissent planer aucun doute sur les aspirations de gauche, révolutionnaires, anarchistes, féministes, pro-palestinienne (voir la chanson «Ibrahim») du groupe.

Comment – partant d’un projet ayant pour thème principal « le rayonnement de la Bretagne» – les responsables du lycée public en sont-ils arrivés à inviter cet homme engagé et influent auprès d’une partie de la jeunesse – combat culturel oblige – dans un établissement normalement garant de neutralité ?

C’est la question que se posent des parents d’élèves ainsi que des lycéens « qui n’ont pas eu le choix » comme nous le confie un collégien de 3ème ayant souhaité gardé l’anonymat : « si on dit qu’on est pas d’accord ou qu’on aime pas, on passe pour un ringard y compris auprès des enseignants et on est mis de côté » nous avoue-t-il.  «Je ne vois vraiment pas ce qui peut choquer » nous confie le papa d’un élève. « Oui il est engagé, et alors ? C’est ça aussi l’ouverture et le vivre-ensemble et c’est très bien que cela soit enseigné à nos enfants dès le plus jeune âge ».

La classe de 3ème B – qui est priée de rédiger une chanson traduite en breton et chantée par les Ramoneurs de menhirs courant 2015 – travaillera également sur Eugène Guillevic, Xavier Grall, Anjela Duval et Anatole Le Braz. Difficile de trouver un point commun entre ces piliers de la poésie et de la littérature bretonne au 19ème et 20ème siècle et Laurent Béru, punk rocker engagé (mais aux cachets souvent élevés pour le genre musical – afin de ne pas devoir être intermittent du spectacle, comme nous l’a souligné un organisateur ayant accueilli le groupe)  et sans patrie, aujourd’hui en Bretagne comme il vécut jadis dans le sud des Alpes.

Sauf grogne des parents d’élèves soucieux de préserver la neutralité du service public d’éducation, les Ramoneurs de menhirs devraient à nouveau venir parler de la Bretagne à une classe de troisième du collège Jean-Moulin, en janvier cette fois-ci.

Avec une telle référence enseignée aux élèves – le milieu du punk alternatif n’étant de surcroît pas réputé pour être le plus fermé à une forte consommation d’alcool et de substances que la loi interdit –  la Bretagne du 21ème siècle est assurée de rayonner économiquement …

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

4 Commentaires

  1. Laurent est assurément un type sympathique, mais lorsque on l’entend parler,on a l’impression d’avoir à faire à un môme de 3e…la nostalgie fait qu’il y retourne, le niveau politique y est assurément le sien.

  2. Ha, le pauvre Glenmor doit se retourner dans sa tombe à Maël Carhaix de voir de pareils pignoufs galvauder la Bretagne ………….

  3. j’aime bien les Ramoneurs, ont passe des soirées Festives avec eux, çà nous change un peu de Fest Noz ou on s’emmerde.

Comments are closed.