Shane MacGowan : « La musique m’a empêché de rejoindre l’IRA »

A LA UNE

22/06/2015 – 8H30 Dublin (Breizh-info.com) – Shane MacGowan, chanteur culte du groupe irlandais The Pogues – en proie à de nombreux problèmes liés à la drogue et à l’alcoolisme ces dernières années – a récemment confié avoir des remords de ne pas avoir rejoint l’IRA, l’armée républicaine irlandaise, durant les troubles en Irlande du Nord, dans les années 70.

Celui qui a écrit de multiples chansons légendaires a expliqué à un journal de New-York – propos rapportés ensuite par l’Irish Central – avoir grandi à Londres dans les années 60-70 et avoir senti monter en lui la haine vis à vis de l’Angleterre, qui était alors son  pays d’adoption où il vivait avec ses parents, qui étaient de fervents républicains.

Le chanteur de 57 ans reconnait néanmoins n’avoir jamais eu le courage de rejoindre les Provisionals (membres de l’IRA provisoire) et a préféré canaliser sa colère à travers sa musique.  « Je me suis toujours senti coupable de ne pas avoir donné ma vie pour l’Irlande Je me sentais honteux parce que je n’ai pas eu le courage de rejoindre l’IRA. Les Pogues ont été une façon de surmonter cette culpabilité. » confie-t-il.

Le chanteur s’est récemment longuement confié à la presse, revenant sur ses interviews les plus mémorables, mais également sur son parcours, ce qui lui a permis de rappeler sa petite enfance, avant son déménagement à Londres, dans sa très catholique et très militante famille habitant dans le comte de Tipperary.

« Ma famille aurait préféré avoir un prêtre dans la famille plutôt qu’un alcoolique » confie-t-il. «Je fus élevé principalement par la famille de ma mère à Tipperary. La maison de famille était un refuge pour l’ancienne IRA, pendant la guerre contre les Blacks and Tans .  Mon oncle Mick était un chef local de la résistance aux anglais.  Ca a toujours été une maison ouverte, les gens y venaient à toute heure, pour boire de l’alcool, chanter et jouer aux cartes. C’était comme vivre dans un Pub. J’ai fumer, bu et jouer avant même d’être en âge de parler. Voilà comment je suis devenu un intégriste religieux et un hédoniste dans le même temps. ». explique celui dont la haine contre l’Angleterre s’est forgée notamment en voyant les pancartes , à Londres, indiquant « no blacks, no dogs, no Irish » (pas de noirs, pas de chiens, pas d’irlandais) à l’entrée de certains commerces ou pubs.

Shane MacGowan a également déclaré se sentir chanceux d’être encore envie compte tenu de son mode de vie délabré. « Vous allez mourir dans 6 mois m’a t’-on répété pendant les 35 dernières années; Mais quand ces bâtards te répètent ça à longueur de journée, c’est une véritable incitation à rester en vie. Je suis un bâtard chanceux, tu vois ce que je veux dire ? » explique-t-il en toute simplicité .

Crédit photo : wikimedia commons (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Pajenn gentañ « L’Avenir » e waloneg da geñver gouelioù ar Waloni

Pegoulz e vo graet kement-all evit hor yezhoù eta ? E Beljia eo L'Avenir ur gazetenn pemdeziek anavezet mat. Nav...

Brest. Disparition en mer d’un plongeur démineur du groupe de plongeurs démineurs de l’Atlantique

Le vendredi 17 septembre 2021, à 13h12, une équipe de plongeurs démineurs du groupe de plongeurs démineurs de l’Atlantique...

Articles liés