Leroy Merlin et Frizbiz : vers un Uber du bricolage ? Les artisans en colère

12/08/2015 – 07H00 ‑ Bretagne (Breizh-info.com) ‑ « Besoin d’un coup de main ? Le bricolage entre particuliers » annoncent les panneaux publicitaires des enseignes Leroy Merlin. Le groupe vient en effet de rentrer dans le capital de Frizbiz, société qui se définit comme « un service de proximité entre particuliers ».

Ainsi, les clients d’une des plus grosses enseignes de bricolage en France sont ainsi sollicités pour contourner les artisans dont ils auraient éventuellement besoin pour réaliser de petits travaux de bricolage. « J’adore la décoration et surtout le DIY. Le projet que j’ai préféré faire avec une cliente Frizbiz c’est la décoration de la chambre d’un nouveau né. », explique Louise, de Lorient, sur le site de l’enseigne. Paul, de Nanterre, propose également ses services : « Retraité du bâtiment depuis quelques années j’aime rester actif, proposer mes services est pour moi avant tout une belle aventure humaine ».

L’initiative est loin de plaire aux artisans, dont beaucoup se fournissent par ailleurs chez Leroy Merlin et font vivre cette très prospère société : « Je suis totalement écoeuré, dégoûté » nous confie un électricien costarmoricain. « C’est directement cette fausse tendance écolo bobo, organisée dans les médias et par les grands groupes mondialisés. Nos charges sociales qui nous asphyxient payent le système mais rendent ensuite inaccessibles nos services à de plus en plus de ménages et ces sociétés en profitent. ».

Un autre artisan nous confie : « Les artisans subissent une concurrence hallucinante alors qu’ils doivent supporter la charge du RSI, une sécurité sociale quasi inexistante pour eux, les travailleurs détachés, le tout validé par nos élites corrompues du « parti de l’autre ». On ponctionne les forces vives, on spolie les Français qui bossent et ce, jusqu’à la moelle. Et on est obligé de subir cela puisque les référendums ou les manifestations ne servent plus à rien. (on se remémore le dernier en date, en 2005…) et encore une fois, c’est une enseigne qui produit de la chinoiserie en masse qui vient faire l’apologie du travail au noir. Le prochain panneau : « faites travailler un migrant » ? ».

Quelques minutes passées dans une enseigne Leroy Merlin permettent en effet de constater qu’une large partie des produits sont fabriqués en Chine, les rares outils produits en Europe étant particulièrement chers et donc peu accessibles.

Dominique Marcand, secrétaire général de la CAPEB Bretagne (syndicat des artisans du bâtiment) explique : « c’est au niveau national que des demandes d’explications et des pressions doivent être faites , comme lors de l’épisode de l’auto-entrepreneur et des nuisances vis à vis des artisans ». Expliquant que « nos collègues taxis ou hôteliers rencontrent les mêmes soucis avec le développement de nouvelles offres qui les concurrencent, pourtant, ces concurrences ne sont ni créatrices d’emplois, ni formatrices, comme peuvent l’être nos nombreuses entreprises qui embauchent, qui forment des jeunes qui seront les artisans de demain. »

La colère amènera-t-elle des réactions lors du scandale « Uber » ? Certains artisans interrogés l’évoquent ouvertement. D’autres semblent plus fatalistes. « Nous inciterons nos clients à boycotter cette enseigne et toutes celles qui la suivraient » explique Richard, carreleur dans le Morbihan.

Contactée, une porte-parole de la société Frizbiz se défend de toute concurrence déloyale avec les artisans : « le ticket moyen des échanges sur Frizbiz est de 100 €.  Il s’agit essentiellement de tâches pour lesquelles justement les artisans – et on les comprend vu le coût du déplacement – ne se déplacent pas, qui va d’installer une tringle de rideau à mettre en place une porte , refaire une peinture, un coup de plomberie…». A la question de savoir si ces échanges sont contrôlés et éviteront les dérives, cette dernière nous répond : « nous approuvons et validons tous les échanges entre particuliers ». Affaire à suivre.

Des meubles vasques, de plusieurs tailles et couleurs avec des options standardisées, tiroir ou porte ou miroir. Tout made in china.
Des meubles vasques, de plusieurs tailles et couleurs avec des options standardisées, tiroir ou porte ou miroir. Tout made in china.

bricolage leroymerlin2

Crédit photo  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

ARTICLES LIÉS

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

Une réponse

  1. il est vrai que depuis quelques années , tous ce qui est « bricole », coute extrêmement cher a un artisan (en gros le déplacement, les charges, l’abandon d’un chantier pour une urgence (qui peu reporté d’un jour une facture et peut mettre en peril la tresorerie, sans compté les charge qui elles ne se reportent pas), ect… toutes les petites réparations ne sont que du bénévolat!
    Par contre , il faut juste prevenir que les artisans, ont l’impression tous de même d’etre prit un peu pour des c…
    On les appelle souvent pour des travaux difficiles qui ne peuvent pas etre réalisé au black par le soi disant cousin!
    Ce qui, aussi, fait mal c’est que ce genre d’enseigne de grande distribution abusent sur leurs prix (par exemple pour une rénovation, ne faut il pas mieux appelé un artisan en ayant une TVA reduite a 10%, le tous posé, que de payer 3x le prix d’un article a 20% de tva??? d’ou le silence de l’état! ca rapporte un max de genre de commerce, mme si ca crée du chomage!

Les commentaires sont fermés.

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !