19/03/2016 – 08h15 Notre Dame des Landes (Breizh-info.com) – Le référendum sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes aura lieu au mois de juin, et ne concernera que les électeurs de Loire-Atlantique, a décidé Manuel Valls, Premier ministre, sans aucune concertation avec les élus locaux. Sur RMC, il a justifié ce choix de la Loire-Atlantique uniquement, ce qui exclut les autres départements des pays de la Loire et la Bretagne : « c’est le département qui est le plus concerné par l’impact, l’impact écologique notamment, en partie économique également, de ce projet. Il faut faire simple » .

En Bretagne et en Pays de la Loire, plusieurs groupes ou personnalités ont dénoncé l’exclusion de la Bretagne de la décision, une région qui financera pourtant en partie l’aéroport : Bertrand Plouvier, soutien d’Alain Juppé aux primaires des Républicaines et chef de l’opposition à la mairie de Rennes déclare : « Le choix du Premier Ministre exclut arbitrairement notre territoire qui est pourtant concerné directement par ce projet. Le rayonnement et le développement de notre métropole en dépendent. Plutôt que de simplement prendre acte, nous attendions que la Maire de Rennes et le Président de Rennes Métropole défendent plus vigoureusement leur territoire. L’impact du projet d’Etat de l’aéroport Grand Ouest ne concerne pas uniquement la métropole nantaise mais aussi notre métropole. Il mérite donc que la consultation sur sa réalisation porte sur un périmètre plus large : la Bretagne ou les départements limitrophes impactés, dont l’Ille-et-Vilaine.»

Le groupe Front national à la région Bretagne, emmené par Gilles Pennelle, dénonce « un détournement de la démocratie ». « Il y a un vrai détournement de la démocratie en ne faisant voter que les habitants de la Loire-Atlantique alors que tous les habitants des régions Bretagne et Pays de Loire sont concernés et seront appelés à payer par leurs impôts les infrastructures coûteuses reliant cet aéroport au réseau existant » déclare le groupe parlementaire. Gilles Pennelle annonce par ailleurs le dépôt, à la région, d’un voeu afin de réclamer que le périmètre du référendum soit fixé aux deux régions Bretagne et Pays de la Loire (la session se tiendra le 24, 25 et 26 mars, il sera intéressant d’observer si ce voeu est suivi, notamment par les Républicains).
Pour le Parti Breton, qui dénonce également ce référendum dans un communiqué intitulé « l’idiotie n’a pas de limite », « La question des transports aériens comme l’ensemble des questions concernant l’aménagement du territoire doivent être du ressort d’un gouvernement breton. Pour dépasser le nombrilisme français, nous avons besoin de récupérer nos budgets sacrifiés à Paris, et c’est criant en matière de transport.»
Selon toute vraisemblance – et cela a été parfaitement calculé par Manuel Valls pour choisir le périmètre du référendum – le « oui à l’aéroport » devrait l’emporter en juin, les sondages montrant la population de Loire-Atlantique favorable au projet. Les Bretons eux, ne pourront que subir en silence cette décision, ou rejoindre massivement la ZAD …
Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

13 Commentaires

  1. « Les sondages montrent la population de Loire-Atlantique favorable au projet », dites-vous. Bien entendu, on peut être sûr que si Manuel Valls veut un référendum en Loire-Atlantique, c’est qu’il pense que la réponse y serait « oui », et s’il ne veut pas que le référendum ait lieu ailleurs, c’est qu’il pense que la réponse y serait « non ».
    Cela pose un problème fondamental de démocratie. Les consultations du peuple s’exercent normalement dans des conditions préfixes, déterminées à l’avance par la Constitution et par des lois organiques. Manuel Valls prétend au contraire organiser une consultation en fonction d’une réponse préfixe ! Rarement la manipulation de la démocratie était allée aussi loin. Mais Manuel Valls est-il vraiment un démocrate, dans le fond ?

    • Qu’en est-il du minimum de 50% de participation requis pour valider le résultat ? Les dispositions du référendum local l’exige (comme celui en Alsace). Ce qui n’est pas le cas pour les élections, évidemment.
      Encore un autre loup. Quand bien même les partisans seraient majoritaires dans l’absolu, à part quelques huluberlus, qui pensent que l’économie c’est comme les sciences physiques ou que l’on peut prédire l’avenir, les membres de la CCI, les encartés des gros partis (ou petit comme le PCF) et quelques travailleurs du BTP, il y a peu de chance qu’ils se mobilisent, surtout si le dimanche est ensoleillé. Les opposants sont susceptibles d’être plus motivés, ayant un esprit critique et d’initiative plus développé, les 58% de « non » sont très possible, contrairement aux annonces de sondages manipulés. Mais y aura-t-il 50% de participants ?
      Valls a dit que dans le cas contraire, le projet sera validé.
      Les idiots utiles à l’esprit étroit et ayant tellement peur de l’avenir qu’ils s’inventent des lendemains qui chantent, incapable d’innover et d’appréhender le futur plus loin que l’heure de la débauche, sont les fossoyeurs de la démocratie. Mais bon, ils ne savent même pas ce que c’est. Ils pensent que c’est un acquis et que c’est magique. Comme disait Desproges, les adultes votent avec autant de conscience que les enfants qui croient au père Noël.
      En plus de détruire la Nature, de congestionner Nantes, de céder au racket des grandes entreprises et de creuser les dettes dans des investissements au retour nul, les partisans fragilisent encore un peu plus le peu de démocratie dont est capable ce pays.
      Ni les Suisses, ni les Allemands ne font pas de référendum après des années de blocages. Ils ne fantasment pas la réalité. Économiquement et intellectuellement, ils sont plus brillants que les Français. Coïncidence ? Certainement pas.

      • Ni les suisses n’ont les allemands?! En effet avec eux l’aéroport existerait déjà, quand à la ZAD, elle n’aurait jamais existé!!
        De mon point de vue, en France, notre pays est bloqué car il a donné trop d’acquis et de privilèges. C’est comme la loi travail: 99% de Cdd et un taux de chômage record, surtout chez les jeunes. Un contrat unique? Mais bien sûr que oui, mais bon courage en France! Qui plus est ils est constellé d’oligarques (=politique française) qui ne pensent qu’à eux et leurs membres, qui n’ont aucun courage: ce n’est pour autant qu’il ne faut plus rien faire!

        • Chez les Suisses ou les Allemands, l’aéroport aurait déjà été construit ou annulé, sans psychodrame (que de temps et d’énergie perdus !) mais par voie démocratique. C’est-à-dire demandé par le peuple, informé et après un vrai débat.
          Content de voir que vous ayez l’air de comprendre que NDDL n’est pas qu’un aéroport. C’est un symbole (et l’humain ne vit pas que de moyens) mais aussi un cas concret de ce qu’il ne faut plus faire: laisser l’oligarchie décider de tout, pour tout. D’autant plus quand cette oligarchie est celle en place depuis la régression sensible et continue du pays.
          Sauf si on place la démocratie après l’économie, on se doit d’être contre ce projet.
          Ensuite, on peut parler économie (et il y en a à dire, ce projet est loin d’être convaincant).
          La question n’est pas de « ne rien faire » contre « faire quelque chose pour faire quelque chose ». Mais de voir à long terme, d’être honnête avec les citoyens et les faire participer.
          On peut faire une LGV Rennes-Nantes. On peut investir dans les énergies vertes. Se concentrer sur le maritime et non l’aéronautique (la mondialisation passe par la mer, pas par l’air où il n’y a plus vraiment que le tourisme: pour le business, les NTIC se substituent à de nombreux déplacements; de plus, pour NDDL, rien de clair sur le fret, que des  » peut-être « , et jusqu’à preuve du contraire, le fleuron technologique et économique nantais est à Saint-Naz). Il y a pleins de possibilités ! Là, nous sommes en face d’un modèle périmé, soutenu par les élus par facilité (ils n’ont pas non plus envie de revoir leur planification, annuler le projet, c’est les renvoyer au boulot sur tout le reste de l’aménagement du territoire). Il faudrait s’enthousiasmer pour, au mieux et objectivement, quelques centaines d’emplois pérennes (qui pourraient exister dans d’autres projets) ?
          Vous pensez que la France doit changer, aller de l’avant ? Alors pourquoi soutenir un projet issu de la mentalité de cette France rabougrie ? Ce n’est pas cohérent. Un rejet du projet, et là, les élus se prendront une certaine claque qui pourrait leur remettre quelques idées en place. Une acceptation, jamais ils ne se remettront en cause.
          Ce qu’il faut, c’est plus de démocratie pour avancer. Et responsabiliser. Oui ou non, le peuple ne pourra pas se cacher en grognant sur les élus. Ça aussi, c’est important pour faire avancer un pays.
          On fait du surplace (je rappelle que dans le cas qui nous concerne, nous sommes dans un simple transfert).
          Mais pas dans les conditions de ce référendum. La situation est trop pourrie. Pour une fois qu’un référendum est proposé sur un sujet pratique et concret (pas perdu dans un programme socio-économico-géopoliticard), c’est dans une manipulation grossière.
          La vie, le réel ne se compartimentent pas.
          Être pour NDDL, c’est être conservateur.

          • Être pour NDDL, c’est être réaliste, et faire avec pour rester dans le train (l’avion?!), au prix de qques sacrifices, autant environnementaux que morau. Je vais vous dire An: sur le fond nous sommes d’accord. Je ne suis déjà pas enchanté -c’est le moins qu’on puisse dire – que ce soit Vinci en charge du projet (les autoroutes entre autres me restent en travers de la gorge).
            En plus, Si il y a des études farfelues ou obsolètes, il en manque également de bien plus pertinentes sur des arguments économiques et structurels bien plus récents, en faveur du projet. Enfin, je reproche le manque historique de courage (pour rester poli) et la connivence affairiste de nos politiques, qui auraient pu exiger bien des choses pour magnifier ce projet.
            C’est à ce stade où nous divergeons: personnellement, malgré ces faits je suis pour, car on en a besoin, car c’est une opportunité pou tot le grand Ouest, car comme vous dites il est plus logique qu’il se retrouve côte Saint Nazaire et son industrie aéro navale, car il apportera du tourisme et de l’économie, car les aéroports parisiens sont saturés, car le modèle aéroportuaire n’a d’autre choix que de muer, car cet aeroport sera extensible, aura 2 pistes, accueillera des A380, car il sera un modèle d’aéroport vert, car cela coûterait près d’un milliard d’euros, car on n’a jamais vendu autant d’avions, car vous n’empêcherez pas les citoyens de prendre l’avion…..
            Vous parlez de migrer vers un transport maritime? Vraiment?!! Pour des marchandises, oui, mais des passagers ?? Quelle utopie! Je rectifie, donc: être pour NDDL c’est être vivre avec son temps, en 2016, c’est être réaliste, en depit des opportunistes et incompétents.
            Vous parlez de la participation du référendum? Même si elle ne mobilisera pas – ce dont je doute car les citoyens sont plus impliqués sur des événements exceptionnels et locaux car plus concernés (encore une fois prenez soin de relever TOUS les paramètres!). Si elle était inférieure à 50%, que ce soit oui ou non, les absents ont toujours tort.

          • Il y a pleins d’aéroports qui peuvent évoluer pas besoin d’en faire un neuf.
            J’ai dit que la mondialisation NDDL, ce sont des retraités en goguette vers la Méditerranée. Pour le business, il y a l’Internet. Nous sommes en 2016. Voyez l’évolution du monde !
            Vous croyez que des armateurs vont choisir STX plutôt qu’un autre sous prétexte d’une ou deux heures gagnées pour signer un contrat (alors que le gros des négociations n’a pas besoin de face à face).
            Je ne parle pas de passager en bateau… Pitié… C’est vous qui projetez votre vision sur tout. Je dis que les passagers en avion sont aujourd’hui majoritairement des touristes. Et que pour le business, les déplacements n’ont pas suivi la même tendance grâce au NTIC. Mais que la mondialisation a commencé par la mer et continue par la mer. Comparé au train, la voiture et le bateau, l’avion est le mode de transport qui a le moins changé notre quotidien. Supprimer le: à part pour les vacances, le système actuel tiendra debout. Supprimer un seul des autres, tout s’écroule.
            Nous sommes en 2016.
            Comme pour vos absents qui ont toujours tort. Donc même si les partisans ne se déplacent pas, ils n’ont pas tort eux ?
            Désolé, j’ai fait l’effort mais je perds vraiment mon temps. J’ai l’impression de parler à un croyant. Je ne retrouve pas de logique et de rationalité dans vos propos. Vous vous êtes arrêté sur votre opinion, vous déformez ou esquivez tout ce qui va à son encontre.

          • Je dis tout à fait que les partisans qui ne se s’deplaceront pas auront tort, en effet. Pas facile de toujours vous suivre, et remarquez bien mon effort également pour débattre avec vous, An.
            Nous déformons mutuellement nos propos, comme vous venez de le faire avec les armateur STX ou comme je l’ai fait avec le transport maritime. Pas facile pour notre défense de s’exprimer ici, avec des parasites qui ne cherchent que la provo! Je travaille dans le domaine IT (pour info en 2016 ce n’est plus NTIC, mais bon on s’en fout…). Les teknos vont simplifier énormément les fonctionnements d’aéroports, (il y a d’ailleurs un article des échos datant de qques jours à ce sujet, pas complet mais intéressant, mais j’e. Lis tellement que je n’ai pas le courage de vous le retrouver, pardonnez moi!)
            Il n’empêche que la vraie problématique c’est le modèle en pleine mutation et, au risque de vous énerver davantage, il va falloir agrandir ou déplacer d’autres aéroports! Vous parlez de touristes? C’est aussi du business! Business pour les TO, business pour les agence de voyage, business pour toutes les structures et confiés du tourisme de la région! Comme vous le dites si bien, nous sommes en 2016. Ce que vous ne dites pas, c’est que tout va très vite!
            Supprimer les vols de tourisme?! Savez vous que des entreprises, et pas seulement aéronautiques, (emplois directs et indirects) s’endettent z long terme pour ca?! Si vous le supprimez, vous les tuez!!! Tellement élémentaire… Les TIC contribuent aussi à muer le tourisme! De manière ultra rapide!!! Demain les étrangers voudront de plu en plus découvrir nos régions !!!! Tout comme on le veut déjà, ne serait ce que vers de nouveaux pays qui vont exploser! Islande, Birmanie, moyen orient…. On en est déjà plus à Paris New York Maroc, pour caricaturer !!! La fréquentation augmente et impose des changements, dès agrandissement (NNDDL présente l’avantage d’être extensible aussi!). Le tourisme aussi change!!! Et encore la fréquentation est altérée par l’actu internationale, mais voyez un peu l’horizon !!!

          • Pour se limiter au tourisme…
            Déjà, je serais curieux que vous m’expliquiez en quoi mon commentaire fait penser une seconde que j’appelle à supprimer le tourisme ???
            Voyez la réalité. La France n’est pas immense et a encore de bonnes infrastructures. Combien de touristes partent de Nantes comparés à ceux qui y viennent… en avion ? En mettant de côté la Côte d’Azur (et Disneyland), que cherchent l’immense majorité des touristes en France, susceptibles de pousser jusqu’à la Bretagne ? Les châteaux de la Loire et le Mont-Saint-Michel, parfaitement accessible par Paris. Pourquoi se priveraient-ils de Paris ? Première ville touristique au monde ?
            Développer le tourisme en Bretagne, soit, mais ça peut toujours se faire sans NDDL. Et il faut arrêter de rêver. La clientèle pour la région est avant tout européenne, âgée et d’Europe du nord. Intéressante parce que financièrement aisée mais quel avantage de NDDL pour eux ?
            La seule cible potentielle est celle du tourisme urbain, de court séjour et au budget limité. Voyez les efforts considérables fait par Nantes pour des résultats très mitigés, contrairement à ce que veulent faire croire les autocongratulations (sans subventions, les Machines de l’île mettent la clef sous la porte, elles n’atteignent toujours pas l’équilibre promis depuis des années, elle est là la France qui vous insupporte). Le tourisme en Bretagne n’est pas extensible à l’infini (et doit beaucoup aux ferries, ne vous en déplaise, cette clientèle est bien plus intéressante que celle du low-cost aérien). Dans la région nantaise encore moins.
            Et pour revenir à STX (je ne vois pas en quoi je déforme quoi que ce soit, je remets en perspective ce que vous déformez), ils investissent dans les équipements d’énergies renouvelables. Là est l’avenir ! Ils devraient être soutenu beaucoup plus qu’ils ne le sont. St-Nazaire a beau être leader mondial, cela reste très, très, très fragile (la Chine arrive à grandes encablures). Pardon de me désoler de ne pas constater un investissement conséquent de la part des acteurs locaux, qui préfèrent se crisper autour d’un aéroport, sur ce point. La région nantaise laisse trop de côté la mer avec pourtant des ressources humaines et naturelles conséquentes. Si vous préférez soutenir un modèle économique de rente à la Vinci, ou de muséufication de la France, bravo l’ambition ! En suivant le modèle de Copenhague, Nantes pourrait gagner en notoriété et en image, et ensuite, bénéficier de retombées, entre autres, touristiques. Malgré son potentiel, Nantes prend un retard pharamineux. On crée d’abord de la demande par le produit, le réseau de distribution vient après. Là, on fait tout l’inverse. La charrue avant les boeufs. À moins de croire que le parc d’attractions du pauvre sur l’île suffira. Le Puy du Fou, je veux bien. NDDL l’éloignera pourtant de visiteurs internationaux potentiels.
            Nantes s’est largement faite rattraper par Rennes et Angers, niveau dynamisme. Suite à la politique des promoteurs de NDDL. Et son dynamisme des 90-00 vient du tram, du périf, du TGV, de la friche industrielle, bref, d’une planification maîtrisée par la génération précédente, certainement pas par l’actuelle qui vit sur la bête ! Qui n’a pas eu la sagesse de laisser mourir ce projet que leurs aînés laissaient mollement vivoter ? Que de temps et d’énergie perdu ! Il n’est pourtant pas trop tard pour remettre les choses à plat.
            À trop regarder l’horizon, on ne voit plus le bord de la falaise.
            Le monde n’est pas simple comme un encart publicitaire.
            Sinon les technos améliorent la sécurité et réduisent les nuisances sonores des avions chaque jour.
            Marrant comment les pros ont de gros problèmes à globaliser. Ça s’est d’ailleurs vérifié par la médiocrité de la génération post-Chénard. Avec une illustration brillante à Matignon.

  2. « Les Bretons eux, ne pourront que subir en silence cette décision, ou rejoindre massivement la ZAD … »: c’est dommage, le reste de l’article était bon pourtant! Oui c’est ridicule de ne pas faire voter les bretons, mais dans tous les cas le référendum lui meme est ridicule! Bretagne ou pas, ca ne changera pas le résultat, bien au contraire, ce sera oui, certainement plus d’ailleurs en Bretagne qu’en pays de Loire! Sans même parler sondages, Il suffit de voir les résultats imposants de Le Drian, ps, qui a refusé farouchement toute alliance avec les verts car à 200% pour l’aéroport! Alors je ne vois pas en quoi ils rejoindraient la ZAD, ces propos sont ridicules! Quoiqu’il arrive, ca be changera pas le résultat: au moins ça coûtera moins cher!

  3. De toute façon, même en Loire-Atlantique, il n’y aura pas 50% des inscrits qui iront voter. Sauf peut-être à Notre-Dame des Landes, Vigneux-de-Bretagne, Le Temple-de-Bretagne, Treillières, Grandchamp-des-Fontaines… bref les cinq communes directement impactées.
    Ce réferendum ne changera rien. S’il montre un « non » massif, le pouvoir et ses soutiens affairistes (la droite locale) passeront outre, s’il montre un « oui » massif ou relativement majoritaire, ce sont les opposants qui dénonceront (à bon droit du reste) une parodie de démocratie et n’en tiendront pas compte.

    • La gauche locale est tout autant phagocytée par les milieux d’affaires.
      Si le « non » l’emportait, ça ne passera pas. Qu’on viole la parole des citoyens sur un projet de constitution incompréhensible (même par VGE), c’est une chose. C’est assez éthérée.
      Là, on parle de « dur », de concret. Les gens ont beau être des veaux, ça s’énerve aussi. Et pour le coup, les Zadistes, qui ne partiront pas comme ça, se sentiront pleinement légitimes.
      Reste que je partage l’essentiel de votre message, je doute fort que la mobilisation soit forte. Les responsables ont trop désorienté les citoyens pour que la majorité souhaite s’investir. Il n’y aura que les pros et antis les plus acharnés pour se mobiliser. Est-ce que ça fera 50% du corps électoral ? J’en doute. Les responsables doivent autant, si ce n’est plus, tabler là-dessus, que sur les 58% de sondage.

Comments are closed.