Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lutte contre la Prostitution. « Avec la pénalisation du client, on va vers des drames familiaux et de la violence »

08/04/2016 – 08H00 Rennes (Breizh-info.com) –Les ayatollahs du féminisme ont explosé de joie, à l’annonce de l’adoption définitive par l’Assemblée nationale, mercredi 6 avril 2016, de la proposition de loi renforçant la lutte contre la prostitution. Ou plutôt par une minorité de l’Assemblée nationale, car encore une fois, seuls 87 députés s’étaient déplacés dans l’hémicycle, ce qui en dit long sur la légitimité de cette loi. « Des siècles de violence pour les femmes.10 ans de combat pour moi. Très émue de l’adoption de la loi .Une grande loi. » écrira Laurence Rossignol sur son compte twitter, en pleine course à l’émotion.

 « La réalité de la prostitution en France souligne en effet que la prostitution n’est pas de la sexualité, mais de la domination. De la domination masculine et de la domination par l’argent qui s’exprime dans l’immense majorité des cas sur des femmes issues de l’immigration.» nous explique le Haut Conseil à l’Égalité qui justifie ainsi les 5 mesures chocs votées définitivement par l’Assemblée nationale et qui s’appliqueront prochainement aux Français.

  • Tout d’abord, la pénalisation du client. L’achat d’acte sexuel sera sanctionné d’une amende de 1500 euros (3750 en cas de récidive). Police de la pensée oblige, un stage de sensibilisation aux conditions de la prostitution, dont les contours devraient être définis par décret, est également créé pour aider les clients à prendre conscience de «l’envers du décor de la prostitution» (sic).
  • La fin du racolage passif. Les prostituées ne seront plus inquiétées par la police dans la rue, et sont désormais considérées « comme des victimes ».
  • Un titre de séjour accordé aux prostituées étrangères (minimum 6 mois) voulant sortir de la prostitution.
  • Mise en place d’un «parcours de sortie de la prostitution», et la création d’un fonds 4,8 millions d’euros annuels, sur le budget de l’État, pour la prévention de la prostitution et l’accompagnement social et professionnel des personnes prostituées
  • Création d’une nouvelle instance dans les conseils départementaux, chargée d’organiser et de coordonner l’action en faveur des victimes de la prostitution et de la traite des êtres humains.

marsault

« Il s’agit d’une véritable victoire des féministes et d’un pas de plus vers l’égalité, qui n’est pas réalisable tant que l’achat d’une personne humaine et l’impunité d’actes sexuels contraints est possible. La France rejoint ainsi la liste des pays qui ont fait le choix de l’abolition.» écrit Osez le féminisme, association cette fois-ci moins silencieuse que lors des viols et agressions sexuelles de Cologne au Nouvel an qui en appelle désormais à la police des moeurs et du sexe : « Osez le féminisme ! reste vigilante quant à son application, qui devra faire l’objet de moyens humains et financiers conséquents. Pour que cette loi ne reste pas symbolique, mais oeuvre à l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, nous sommes et resterons mobilisé-e-s !»

Du côté des clients, comme des prostituées ne faisant pas partie des réseaux de prostitution internationaux – réseaux qui subsistent en partie grâce au laxisme de l’Europe en matière d’immigration – c’est la consternation qui l’emporte largement. « C’est encore une fois une nouvelle loi idéologique , du féminisme à deux balles » nous écrit Roger, qui fréquente le forum Youppie que nous avions évoqué précédemment. « S’ils voulaient vraiment lutter contre la prostitution mafieuse, alors ils autoriseraient les maisons closes, avec des travailleuses déclarées, avec des lois, et un encadrement .».

C’est aussi l’avis de Cathy, une « escort-girl » que nous avions interrogée il y a de cela un an et demi, lors de notre enquête sur la prostitution et l’escorting en Bretagne. « Ils ne se rendent pas compte de ce qu’ils ont fait. C’est dramatique. Avec la pénalisation du client, on va vers des drames familiaux, de la violence même » nous explique-t-elle. « Non mais vous imaginez la mère de famille qui découvre qu’il manque subitement 1500 euros sur le compte bancaire ? C’est une incitation à la violence quasiment. Et vous imaginez les brigades de police chargées d’aller faire la chasse aux clients ? Vous croyez qu’ils se laisseront faire surtout si leur vie familial est en jeu ? ».

Cathy regrette elle aussi la généralisation et la confusion, entre la prostitution via les réseaux mafieux, et la prostitution « indépendante ». « Les réseaux d’immigration clandestine continueront à mettre les filles sur le trottoir et à les maltraiter. A Nantes, le week-end, dealers et proxénètes sont dans de jolies voitures à côté des filles qui sont sur les boulevards. Vous croyez qu’ils sont inquiétés par la police ? Nada. ».

La création d’un titre de séjour accordé aux prostituées étrangères – véritable rampe de lancement pour obtenir la nationalité française à terme – fait également polémique. N’est-ce pas là un appel d’air à l’immigration ? Les réseaux savent parfaitement s’adapter comme nous l’explique un policier marseillais qui connait parfaitement ces dossiers : « On s’arrange bien en Afrique. Ce qui va se passer, c’est que la nouvelle de cette loi va se répandre. Et on va clairement assister à des phénomènes d’immigration sexuelle ; avec des Africaines qui paieront très cher des passeurs et des mafieux pour pouvoir passer en France en tant que prostituée et se jeter ensuite dans les bras de l’État qui régale. Elles auront ainsi tout le temps, après l’obtention du titre de séjour, puis sans doute de la nationalité française par la suite – on connait le parcours parfaitement – de rembourser leurs dettes échelonnées. Mais cela, les féministes s’en moquent ». 

Parmi les députés bretons ayant voté pour cette loi dans ce qui s’apparente tout de même à une parodie de démocratie (87 députés présents et votants sur 577 censés le faire) Marie-Françoise Clergeau (PS), Corinne Erhel (PS), Jean-René Marsac (PS), Hervé Pellois (PS) et Marcel Rogemont (PS).

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Lutte contre la Prostitution. « Avec la pénalisation du client, on va vers des drames familiaux et de la violence »”

  1. Guy dit :

    du grand n’importe quoi, qui va certainement et même effectivement mal se finir, bande de sale hypocrite, au lieu d’arranger on empire les choses…

  2. Vidocq dit :

    Encore une connerie de plus ! Mais jusqu’où iront-ils ? Pauvre France, tu es foutue avec des cons et des incapables pareils !

  3. Jakez Gwillou dit :

    Vouloir éradiquer d’un coup de balai magique le plus vieux métier du monde relève une fois encore du délire idéologique.
    Mais il existe une prostitution encore plus blâmable : celle de nos politiciens “bretons” qui se vendent au Pouvoir central pour des maroquins, des sinécures, contre les intérêts légitimes de notre peuple. Et ce, au profit d’un système politique qu’un poète avait jadis dépeint en termes vigoureux : ” En finira-t-on avec les relents de pourriture parfumée qu’exhale encore la vielle péripatéticienne agonisante, la garce vérolée, fleurant le patchouli et la perte blanche, la République toujours debout sur son trottoir. Elle est là, la craquelée, la lézardée, sur le pas de sa porte, entourée de ses michés et de ses petits jeunots, aussi acharnées que les vieux. Elle les a tant servis, elle leur a tant rapporté de billets dans ses jarretelles ; Comment auraient-ils le cœur de l’abandonner, malgré les blennorragies et les chancres ? Ils en sont pourris jusqu’à l’os”.
    Or, notre 5éme république est un copier-coller de cette peinture de la 3éme république. Les numéros se succèdent, mais la nature malfaisante du régime demeure…

  4. Noelle C. dit :

    “”Avec la pénalisation du client, on va vers des drames familiaux, de la violence même”” A cause de 1500 euros en moins sur le compte …
    Un peu tiré par les cheveux quand même … Vous imaginez la mère de famille découvrant que sa fille (voire son fils) fait la pute ? (excusez, je ne parle que Français et surtout, les mots ne me font pas peur) … Et le père la rencontrant en allant faire son marché de viande fraiche ?
    C’est ça, la violence, pas les 1500 euros ! Parce que payer 1500 euros pour ça, en plus …
    Le plus vieux métier du monde, qu’ils disent … Tu parles …
    Allez, prenez mes paroles pour de l’humour noir :))

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Tribune libre

Refus de serrer la main à l’Assemblée nationale. Quand est-ce que le RN devient un peu viril ? [L’Agora]

Découvrir l'article

Politique, Tribune libre

Elections européennes 2024. Une élection pour rien et une dissolution piège

Découvrir l'article

Politique

Législatives 2024. Les députés détestent repartir en campagne

Découvrir l'article

International

Ecosse. La loi sur les « crimes de haine » détournée et bientôt abrogée ?

Découvrir l'article

International

En Espagne, les changements de sexe ont augmenté de 400%

Découvrir l'article

Sociétal

Vincent Bolloré : l’audition en intégralité de sa séance d’auto-critique devant la commission d’enquête soviétique de l’Assemblée nationale

Découvrir l'article

Sociétal

20 000 mineures se prostituent en France : Jennifer Pailhé lutte pour les sortir de l’horreur.

Découvrir l'article

Politique

Loi immigration. Pour Marion Maréchal (Reconquête), « Aucun projet de loi sur l’immigration ne doit permettre la régularisation »

Découvrir l'article

Sociétal

Saint-Brieuc. Deux condamnations pour proxénétisme vis à vis d’une jeune fille de 14 ans

Découvrir l'article

International

Irlande. Le gouvernement remet sur la table sa loi contre « contre la haine », la plus répressive d’Europe, à la suite des émeutes contre l’accueil de migrants

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky