Saint-Cyr Coëtquidan. Retour sur la cérémonie du Triomphe 2016

st_cyr_triomphe

31/07/2016 – 06H15 Saint-Cyr Coëtquidan  (Breizh-info.com) – Samedi dernier, comme chaque fin juillet, les écoles militaires de St-Cyr Coëtquidan ont organisé leur grande cérémonie annuelle. Cette journée clôt traditionnellement l’année de scolarité pour ces écoles recevant en formation la totalité des futurs officiers de l’armée de terre.

Plusieurs milliers de visiteurs ont arpenté les différents sites du camp militaire leur permettant ainsi de mieux comprendre le quotidien de ces jeunes officiers présents, pour certains, pendant trois ans sur le « campus » morbihannais.

En effet, la journée permet d’aller à la rencontre des multiples unités de l’armée de terre  à travers différents stands ou sont présentés et expliqués les matériels utilisés par nos armées. Troupes de marine, forces spéciales, chasseurs alpins, sécurité civile ou encore gendarmerie présentaient à travers des ateliers les différents facettes de leur métier de soldat. De nombreux enfants ont pu ainsi se mettre aux commandes de véhicules blindées ou encore voir de près les armes de nos fantassins. Souvenirs garanties !

Une tente recevait le salon des écrivains militaires. A noter la présence de l’africaniste Bernard Lugan, ce dernier enseignant aux écoles de Coëtquidan.

L’après-midi, le Marchfeld a accueilli différents tableaux évoquant la vie des parrains de promotion ou permettant de voir évoluer en simulation opérationnelle devant les yeux de nombreux spectateurs hélicoptères Tigre et Puma, VBCCI, char Leclerc.

Traditionnellement ces spectacles se terminent par le « Triomphe du Tonneau », reprenant le triomphe de l’élève Laffitte exécutant un tir au but sur un tonneau au polygone d’artillerie lors d’une visite du duc d’Orléans le 27 juillet 1834. Ce dernier félicitera le pointeur et lui offrira une paire de pistolet. C’est cette exploit qui donnera le nom de Triomphe à la cérémonie de fin d’année de l’Ecole Spéciale Militaire de St-Cyr. Une surprise fut aussi rendez-vous pour cette dernière partie, une perche comme disent les Cyrards. La perche, c’est la blague traditionnelle du cyrard, pratiquée lors des répétitions ou lors d’autres évènements.

Un faux « Black M »

Ce sont donc plusieurs dizaines d’élèves que nous avons vu débarquer sur la Marchfeld habillés de tee-shirts colorés et accompagnant un faux  « Black M » rappelant ainsi les polémiques du centenaire de la bataille de Verdun.

A partir de 22h45, ce sont les cérémonies officielles qui ont débuté. Après une allocution de Jean-Yves Le  Drian,  ministre de la Défense, rappelant aux jeunes officiers les devoirs qui incomberont à leur charge, les différentes formations se sont mises en place dans la pénombre pour recevoir galons et nom de promotion.

Ainsi les officiers sous-contrats du 4° bataillon se sont vu remettre leurs galons d’officier. Cette promotion pour parrain le Capitaine Erwan Bergot du nom de l’ancien officier de légion devenu écrivain à succès. Son premier ouvrage, Deuxième classe à Dien-Bién-Phu fut couronné de succès. On lui doit plusieurs romans dont certains mises en scène pour la télévision comme sa saga indochinoise Sud Lointain ou encore une biographie du célèbre général Bigeard sous les ordres duquel il servi en Indochine.

Ensuite c’est au tour de la deuxième brigade de l’Ecole Militaire Interarmes, les Dolos dans l’argot militaire (du nom d’une marque célèbre de viande de bœuf en conserve composant les anciennes rations militaires), d’être baptisée. Ces jeunes officiers, semi-direct, intègrent cette formation pour deux ans après avoir passé un concours interne, la plupart sont d’anciens sous-officiers. Le général leur donnera comme nom de promotion celle du colonel Michel Vallette d’Osia. Fils du général Vallette d’Osia, ancien du bataillon des Glières, il servira en Indochine au sein du bataillon thaï commandé par un certain Marcel Bigeard. Après 20 ans d’une vie militaire bien remplie, il quittera l’institution mais continuera à servir, essentiellement au sein des Scouts d’Europe (FSE) dont il créera la branche Lorraine. Il cofondera le pèlerinage de Domremy.

Puis ce furent les St-Cyriens. Numéro un à l’applaudimètre, à égalité avec les sapeurs de la Légion Etrangère, lorsqu’ils descendent les Champs-Elysées lors du  traditionnel défilé du 14 juillet, leurs casoars à plumets rouges et blancs les ont rendu célèbres dans le monde entier.

« A genoux les hommes, debout les officiers !« . Cette phrase du père-système, tant attendue par des générations de St-Cyriens a résonné dans la nuit bretonne. C’est par ces mots que ces jeunes hommes et femmes entrent définitivement dans la grande famille St-Cyrienne.

C’est la figure du général Bernard Saint Hillier qui sera l’exemple et donc le parrain de nos jeunes officiers pour cette 202 ème promotion. Officier au sein de la célèbre 13° demi-brigade de la Légion étrangère, il participera à l’expédition de Narvik et à toutes les campagnes de la 13° DBLE. Il commandera la 10° division de parachutiste en Algérie. Il sera arrêté par les hommes du  1er REP lors du putsch des généraux le 21 avril 1961 .Il terminera sa carrière comme commandant de la III° région militaire de Rennes.

Après un feu d’artifice et le traditionnel défilé sous les applaudissements de la foule, les formations ont quitté le Marchfeld pour rejoindre les différents lieux des bals de promotion, fêtant ensemble cette fin d’année jusque tard dans la nuit.

« Dans la période difficile que nous vivons, bien que sans comparaison avec celle que nous allons vivre d’ici quelques mois, il est rassurant de voir encore des hommes et des  femmes s’engager pour suivre un idéal de vie » nous explique un participant. « Ils sont peu considérés par la population et nos élites, maigrement payés pour des jeunes qui auront tout de même suivis une formation supérieure dans une de nos plus prestigieuses écoles » poursuit-il.

Comme le chante Jean Pax Méfret : « choisir le métier des armes demande une vraie grandeur d’âme chez tous ces jeunes officiers ».

Crédit photo : DR et breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

ARTICLES LIÉS

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !