Rennes. Mobilisation contre le transport des animaux vivants ce lundi 29 août

A LA UNE

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

Covid-19. Second pic épidémique planétaire 2020 franchi en 2ème quinzaine de novembre : l’hémisphère nord est le plus touché

Résumé de la situation  Au niveau planétaire, la contamination poursuit sa progression principalement en Europe et en Amérique du...

29/08/2016 – 05H45 Rennes (Breizh-info.com) – Lundi 29 août de 12h à 14h une mobilisation contre le transport des animaux vivants sur de longues distances se tiendra place de la Mairie à Rennes. Un happening symbolique avec pour objectif de  sensibiliser les passants.

Cette action – qui sera reproduite dans 40 pays du monde et dans plusieurs villes de France – est organisé à l’appel de CIWF, une organisation dédiée au bien-être des animaux de ferme . Le mot d’ordre commun est : « Des animaux, pas des marchandises ».

CIWF – Compassion in World Farming – demande l’interdiction des transports d’animaux vivants hors de l’Union Européenne et une limitation à 8 heures de transports pour les bovins, ovins et caprins. (et 4 heures pour les volailles).

« Les transports  intra communautaires posent de nombreux problèmes, comme nous l’avions dévoilé la semaine passée avec l’enquête sur le transport des veaux non sevrés.   Mais c’est quand les animaux sont exportés au-delà des frontières de l’UE que l’on trouve les plus mauvais standards de bien-être animal durant le transport, la manipulation et l’abattage des animaux. Chaque année, plus de trois millions d’animaux sont exportés des pays membres de l’UE vers des pays tiers. Et ce chiffre est en augmentation. Une partie de ces animaux n’atteignent jamais leur destination – ils meurent en route. » expliquent les organisateurs de cette mobilisation.

La France ne respecte pas la réglementation européenne

Les exportations françaises de bovins vers la Turquie ont dramatiquement augmenté, passant de 2 367 en 2014 à 81 113 en 2015. Sur la même période, le nombre de bovins français exportés vers le Liban a doublé, de 12 383 à 23 355. En Juillet 2015, le ministre de l’agriculture français Stéphane Le Foll a publié son plan de soutien à l’élevage français.

Un des volets de ce plan porte clairement des objectifs d’expansion des exportations, avec une augmentation de 10 M€ des fonds dédiés à  la promotion à la fois des exportations d’animaux vivants et de la viande, et la création d’une plate-forme « France Viande Export » pour faciliter des partenariats économiques durables avec les pays importateurs. La Turquie a clairement été identifiée comme l’un des axes de développement.

Pour Aurélia Greff, porte-parole de CIWF France « Nous sommes à un moment charnière, avec la France qui se prépare à promouvoir et intensifier ses exportations : nous devons redoubler nos efforts contre les transports sur de longues distances. ».

Une vidéo, publiée par CIWF le 17 août et réalisée à partir d’extraits filmés par deux associations allemandes (AWF et TSB), s’inscrit dans le cadre d’une campagne plus globale sur l’acheminement des animaux de ferme.

CIWF a dévoilé récemment qu’en 2015, plus d’1.3 million de veaux âgés de seulement quelques jours ont transité en Europe, souvent en provenance de France, 2eme exportateur de veaux en Europe. Ceci, en conformité avec la loi française, qui impose que les veaux soient âgés de plus de 10 jours pour être transportés, mais pas avec la réglementation européenne.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Les éditions Auda Isarn. Notre sélection de 5 livres à offrir pour Noël

Nous débutons en cette fin novembre un tour d'horizon des éditeurs, des librairies, des initiatives qui méritent d'être soutenues...

Diego Maradona, un gamin en or

Âgé de 60 ans, Diego Armando Maradona est décédé le 25 novembre 2020. ARTE diffuse un portrait de la...

2 Commentaires

  1. C’est le vingtième anniversaire du cargo UNICEB dans l’Océan Indien, entraînant la mort de plus de 67.000 moutons, brûlés vifs ou noyés. CIWF a aussi dénoncé les exportations de bovins, dont de nombreux veaux non-sevrés, vers la Turquie, la France étant le premier exportateur d’Europe, bloqués sans eau, ni nourriture à la frontière. La réglementation européenne n’est que théorique, comme pour la vivisection, et d’autres associations sont spécialisées dans la défense de cette multitude de victimes innocentes du productivisme agro-industriel:
    AFAAD, L214, OABA, PMAF-WELFARM, VIGILANCE-HALLAL. Soutenons leurs actions et signons leurs pétitions en ligne, c’est le minimum que l’on puisse faire face à ces atrocités, car c’est un cortège d’horreurs en continu.

Comments are closed.