12/05/2017 –07H30 Paris (Breizh-info.com) – Depuis plusieurs semaines, on peut lire un peu tout et son contraire sur les réseaux sociaux, blogs et médias de la toile, concernant l’accès prochain des « migrants », c’est à dire des immigrés entrés illégalement en France, au RSA (le Revenu de Solidarité Active). Il n’en sera rien, et pas plus le 1er septembre prochain – avec la fin de l’Allocation temporaire d’attente – qu’aujourd’hui.  Explications.

Depuis la vague migratoire importante qui a frappé la France ces dernières années – l’État se montrant totalement impuissant à maîtriser ses frontières ou à faire maîtriser celles de l’Europe (seule la Hongrie a pris le problème à bras le corps) – l’État français a lancé l’allocation pour demandeur d’asile.

En effet, avant la réforme fixée par la loi du 29 juillet 2015, les immigrés pouvaient se trouver dans deux situations et percevoir :

– l’allocation mensuelle de subsistance (AMS), s’ils étaient hébergés en Centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA).
– l’allocation temporaire d’attente (ATA), s’ils ne bénéficiaient pas d’un hébergement d’urgence.

Au 1er novembre 2015, elles ont été supprimées et remplacées par une allocation unique : l’allocation pour demandeur d’asile. Voici ce que dit le site du service public à ce sujet :

En tant que demandeur d’asile, vous n’êtes pas autorisé à travailler avant un délai de 9 mois. Toutefois, si vous êtes majeur, une allocation pour demandeur d’asile (Ada) peut vous être versée. Le versement de cette aide est conditionné par le respect de certaines règles et son montant dépend notamment de votre situation familiale.

En tant que demandeur d’asile, vous pouvez bénéficier de l’allocation pour demandeur d’asile (Ada) si vous remplissez les conditions cumulatives suivantes :

  • avoir accepté les conditions matérielles d’accueil qui vous ont été proposées par l’Office français de l’immigration et de l’intégration 
  • avoir au moins 18 ans,
  • être en possession de l’attestation de demandeur d’asile,
  • avoir des ressources mensuelles inférieures au montant du revenu de solidarité active (RSA).

L’allocation, versée en fin de chaque mois, débute à 6,80 euros par jour pour un homme seul (11,20 si il n’a pas eu de place d’hébergement proposée) et monte à 20,8 pour une famille de 5 personnes. Soit 204 euros minimum par mois pour une personne seule (336 si elle n’a pas d’hébergement proposé) et 624 euros pour une famille de 5 personnes. Elle est versée durant tout le temps du traitement des dossiers – ce qui est particulièrement long vu l’état de l’administration française.

Le RSA lui, se chiffre à 536 euros par mois pour une personne seule, et à 1341,95 euros pour un couple avec trois enfants.

En réalité, ce qui a pu faire dire que les migrants toucheraient le RSA au 1er septembre en lieu et place de l’allocation temporaire d’Attente (ATA) c’est justement la non prise en compte de la création de cette allocation spécifique pour demandeurs d’asile, qui ne touchent donc plus l’Ata pae ailleurs supprimée au premier septembre 2017. « Car effectivement, le décret n°2017-826 du 5 mai 2017 prévoit que seules les personnes percevant l’Ata au 1er septembre 2017 pourront continuer à en bénéficier (jusqu’à l’achèvement de leurs droits). À partir du 1er septembre 2017, il n’est plus possible de demander à bénéficier de l’Ata. L’accès au revenu de solidarité active (RSA), à la garantie jeune ou au parcours d’accompagnement contractualisé vers l’emploi et vers l’autonomie restent possible.» explique le site du service public.

Sont donc en réalité concernés par cette mesure au 1er septembre :

  • les apatrides,
  • les anciens détenus libérés,
  • les salariés expatriés non couverts par le régime d’assurance chômage.

Pour les immigrés entrés clandestinement en France et obtenant le statut de demandeur d’asile, l’obtention de l’Ada sonne toutefois comme un jackpot, incomparable avec le RSA comme nous l’avons vu plus haut, mais incomparable non plus avec le salaire moyen dans les pays d’origine (même s’il faut prendre aussi en compte le coût de la vie) : ainsi, un Erythréen a un revenu moyen au pays de 38 dollars par mois – et peut passer, en Europe, à 204 euros (avec un hébergement en plus). Un Afghan a un salaire moyen de 48 dollars par mois.  Une somme dérisoire en France, mais absolument pas dans ces pays, où ces montants sont connus.

Ainsi de facto, par  les allocations proposées en France aux immigrés clandestins qui entament des démarches (demande d’asile) pour y rester, un appel d’air continu a été fabriqué. Appel d’air qui, en plus de fabriquer des tensions sociétales de plus en plus lourdes, déracine des peuples, et leur permet simplement d’être une armée de pauvres un peu plus riches que chez eux, en concurrence toutefois par la suite sur le marché du travail avec les autochtones, lorsqu’ils obtiennent le précieux sésame …

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

16 Commentaires

  1. Ceux qui pondent des décrets et des lois scélérates visant au « bien-être » de ceux qui violent nos lois (et parfois nos filles !) sont des criminels : ils savent qu’en agissant ainsi ils mettent en péril notre système social… Les clandestins n’ont qu’un droit : être reconduit dignement d’où ils viennent. Les honnêtes citoyens ne peuvent accepter de subir cette inégalité de traitement, eux qui travaillent dur, ou ont travaillé pendant toute une vie pour jouir enfin d’une retraite bien méritée… Comment concevoir qu’un étranger puisse s’imposer de force dans notre pays et que nos dirigeants lui déroulent le tapis rouge ?… Cet incroyable « appel d’air » ne peut évidemment qu’amplifier le problème ! Sommes-nous tombés sur la tête ou nos dirigeants sont-ils des traitres ? La gestion mérite d’être posée !

    • Jean-Claude Maureau – Kikounache tu n’as rien compris? Nos dirigeants sous les ordres de l’UE nous ont trahi. Ils ont programmé l’arrivée des Migrants, le vote de Macron et la mort fiscale des foyers.Il faut savoir que les migrants ne sont pas de passage et ne repartiront JAMAIS. Ils resteront pendant plusieurs siècles. Adieu la France car si un jour quelqu’un revient au pays, il le le reconnaîtra pas, se croyant au Magreb ou un pays musulmans, aussi pauvre.

  2. Pour une fois je vais commencer par une critique positive : vous n’avez pas suivi la ligne de vos confrères qui se sont précipités sur cette info sur le remplacement de l’ATA par le RSA, pour en déduire faussement que les migrants allaient percevoir ce dernier. Bon en même temps j’imagine que vous saviez bien que si vous le faisiez aussi, nous aurions été quelque uns à venir rétablir la vérité… :)

    Par contre, la fin de votre article retombe dans le biais habituel des approximations.

    Non, l’ADA n’est pas un « jackpot » pour les demandeurs d’asile, et comparer les salaires moyens entre les pays n’a aucun sens. Comme vous le précisez, ne pas relier ce chiffre au cout de la vie fausse totalement la perception. Un salaire de 38 dollars en France et en Erythrée, ça n’est pas du tout la même chose.

    Qui plus est, vous oubliez un élément important : les personnes qui migrent ne sont pas les plus pauvres : ces dernières n’en ont tout simplement pas les moyens. Les personnes qui peuvent se payer le voyage (et celui-ci coute extrement cher à cause des barrières mises en place par l’Europe) sont généralement celles qui ont un niveau de vie relativement élevé.

    Vivre en France avec 204 euros par mois et un hébergement, ca n’est absolument pas un « jackpot » comparé à leur vie d’avant. Et seulement 40% des personnes en exil accedent à un logement, pour les 60 autres % ils doivent se débrouiller avec à peu près 340 euros/mois.
    En France aujourd’hui, avec 340 euros par mois, interdiction de travailler, impossibilité de financer un loyer vu que pas de cautionnaire, ni compte en banque, etc. c’est tout sauf un « jackpot ».

    Si vous aviez discuté avec des demandeurs d’asile, vous auriez constaté que non, leur venue en France n’est pas synonyme de «  »jackpot » luxueux. La plupart ont un niveau de vie inférieur à celui qu’ils avaient dans leur pays.

    Et s’ils ont malgré tout quitté leur pays, c’est parce qu’ils n’en avaient pas le choix.
    On ne quitte pas son pays, sa culture, ses proches, pour gagner quelques euros de plus ou de moins.
    Oui, il y a des personnes qui partent à l’étranger pour un meilleur salaire, comme par exemple les 2 millions et demi de français expatriés, donc 25% en Afrique et au Moyen-orient.

    Quand un crépier ou un avocat emigrent de Bretagne pour s’installer au Japon, c’est pour fuire la guerre ?

    Et une fois pour toutes, cessez d’utiliser ce terme indigne d' »appel d’air ». Il est question de personnes humaines, pas d’une quelconque matière.

    Je doute que beaucoup de vos lecteurs soient abonnés à la revue Politis, mais si jamais c’est le cas je leur conseille le très bon dossier sur ce sujet : « le mythe de l’appel d’air », avec entre autres un entretien avec François Gemenne. Au nom de la pluralité d’opinion que vous défendez, bien sûr…

    • Et… Zorro de gauche est arrivé, encourageant l’ appel d’ air des immigrés avec son grand fouet d’ inquisiteur :-D
      Sûr qu’ il va nous faire changer d’ avis sur la question des « refugees » bac + 5 à qui il nous faut donner plus pour nous montrer humains.
      Si si, récompenser une entrée illégale sur le territoire, ça mérite beaucoup plus que 340 €. Nous sommes pingres et devons exiger du « gouvernement » une hausse d’ impôts immédiate ou une nouvelle taxe: ADA2: Aide Démentielle à l’ Arnaque V2.0

    • Une personne qui travaille dans le secteur social concerné disait qu’ils attribuaient 250 € / mois aux migrants. C’est de l’argent de poche et nombreux travailleurs sociaux ne peuvent pas en dire autant !
      Bien souvent nourris et logés, quelque peu habillé par des associations, 250 € pour ne pas travailler, c’est plutôt cool sinon ils ne seraient pas si nombreux !
      Et d’ailleurs combien revendiquent qu’ils ne sont pas venu pour travailler …
      Ceux qui le ferons finirons dans les zones de non-droits où leurs enfants suivront le même chemin de la délinquance qui augmente mais dont il faudrait se taire. Au final, un migrants, tous services de l’État confondus, nous coûterait plus de 2800 € mensuel et c’est pire lors de familles nombreuses…

      • Non,ils n’ont pas d' »argent de poche », ils perçoivent une allocation, l’ADA, point barre. Mais si vous pouvez apporter une preuve de ce que vous aurais dit ce travailleur social, faites-le.
        « Bien souvent nourris et logés » : c’est faux. Les faits sont là : seuls 40% environ des demandeurs d’asile ont un logement. Pour les autres, c’est le 115 pour un éventuel hébergement d’urgence de quelques jours, comme pour tout le monde. Et je peux vous citer plusieurs familles de demandeurs d’asile avec des enfants qui ont dormi dans la rue hier soir, faute de place au 115. Concernant la nourriture, ils ont droit aux restos du coeur, secours populaire, etc. comme n’importe quel autre personne. Et là aussi, pour en avoir accompagné certains, je peux vous dire que c’est largement insuffisant pour se nourrir, pour qui que ce soit.

        • Ils sont entrés illégalement en France, le plus souvent déboutés du droit d’ asile en Allemagne. Tout ce à quoi ils ont droit c’ est une reconduite outre Rhin.
          Chaque euro qui leur est distribué en récompense d’ avoir bafoué nos lois est un euro volé aux contribuables français.
          Alors vos batailles de chiffres sont nulles et malvenues. Dehors !

    • Ce n’est peut-être pas un jackpot. Il n’empêche que ces gens sont des clandestins, donc des délinquants. Ils vivent avec notre argent, et pour autant que je sache on ne nous a pas demandé notre avis. De plus, chacun sait qu’une immense partie d’entre eux ne viennent pas de pays en guerre. Et puis quand on les voit se battre entre eux, brûler les abris que nous leur avons offerts, on se demande s’il s’agit vraiment de médecins, ingénieurs, architectes… Quant à leurs femmes et enfants, les ont-ils laissés sous les bombes ?

    • Vous êtes vraiment persuadé d’être un humanste ? L’humanisme n’est pas une politique et nos dirigeants ne le sont pas. Vous êtes un idiot utile sans conscience.
      Que vous accordiez votre aide à l’être humain qui fuit la misère, c’est d’une grande noblesse.
      Mais à partir du moment où vous militez, ce n’est plus du tout la même chose, et vous êtes complices des pays anglo-saxons d’outre-mer qui sélectionnent drastiquement les réfugiés (les classes supérieures sont aux US ou en Australie depuis un moment déjà), les régimes autoritaires turques, saoudes, qataris, les dirigeants des pays d’origines qui s’occupent des oppositions potentiels par le vide, les medefs européens.
      Et puis, vous semblez tirer une certaine gloire de votre activisme.
      Vous voulez que les gens considèrent que vous êtes l’Auvergnat de Brassens alors que vous êtes humaniste comme dans une chanson de Goldman pour les Restos du coeur. Vous êtes un rouage indispensable à l’institutionalisation de la misère.

      • Votre message est assez intéressant, autant d’affirmations péremptoires dans un seul, c’est assez fort… je manque de temps pour répondre, mais rapidement : vous me reprochez de me considérer comme « humaniste », ce que je n’ai jamais fait. Je ne répondrais donc pas sur ce point, que vous avez inventé. Je « milite », selon vous… j’ai du mal à voir ce que vous entendez par là ? Si vous voulez dire que je défends mes convictions, oui, ok, je milite. Comme vous. Mais vous semblez mettre derrière ce terme une sorte de « complicité », je serais en fait un agent qui favorise la migration, c’est cela que vous voulez dire ? Si oui, là encore j’aimerais que vous me trouviez un seul endroit ou je dit être pour une extension des migrations… je me suis déjà exprimé sur le sujet, c’est l’inverse. Je ne suis pas pour une immigration massive, je préfèrerais que ces personnes puissent rester chez elles en paix. Mais à partir du moment ou elles sont là, il me semble normal de les aider et tenter de faciliter leur intégration. Selon vous, je « semble tirer une certaine gloire de mon activisme ». Là encore, trouvez moi une seule phrase de ma part qui vous donne cette impression ? Je ne cherche à m’attirer aucune considération… d’ailleurs, si j’étais dans ce type de recherche, vous pensez vraiment que je viendrais ici, ou je sais pertinemment être à contre-courant d’une majorité de lecteurs, et ou certains grossiers continuent à éructer à mes messages, alors même que je les voient pas ? Non, si je viens ici commenter quand j’en ai le temps, c’est uniquement pour exposer mes arguments, tout comme vous, afin que les lecteurs n’aient pas un seul point de vue exprimé ici. Au nom de la pluralité, qui a été prôné encore récemment par ce média.

        • « Votre message est assez intéressant »
          Yes ! Voilà An rassuré(e) :-D L’ aval de Toto, ça vaut de l’ or :-D

          Ben moi je vais noter le sien:
          Bon, dis donc Toto, t’ es pas humaniste, pas militant, t’ es pas immigrationniste, t’ es pas glorieux, tu ne recherches aucune considération, tu viens donc larguer ta pêche juste pour faire chier le monde si j’ ai bien compris.
          Ben fallait le dire tout de suite. Tu perds ton temps, retourne aider tes protégés musulmans à bien s’ installer chez nous mieux que chez eux. Encourage l’ immigration par l’ appel d’ air que tu crées volontairement en leur fournissant toutes les ficelles du métier d’ envahisseur. Laisse toi bourrer le mou au sujet de cette idéologie infâme de l’ islam que tu appelles religion et aide à l’ islamisation de ton propre pays.
          Chez moi, des types comme toi, on ne les appelle pas humanistes, mais collaborateurs.

  3. Et revoilà Toto la rondelle qui vient pleurer la cause des « refugees » auprès de ceux qui payent une immigration dont ils ne veulent plus.

    L’ ADA n’ est pas un jackpot, non, mais à la place du coup de pied au cul qui devrait les renvoyer vers le pays qui les a aidé à entrer illégalement en Europe puis en France je trouve que c’ est trop cher payé.

    Les « refugees » ne sont pas les plus pauvres: normal ce sont des médecins, des architectes, des enseignants, tout le mode sait cela voyons. Ou si quelqu’ un en doute c’ est qu’ il n’ a pas suivi les JT de Frange Télévision. D’ ailleurs le voyages de la côte libyenne au bateau des passeurs européens qui les attendent à quelques encablures est encore trop cher à cause de nos lois scélérates. Le passage devrait être entièrement financé par les cons de payeurs: nous.

    Cerise sur le gâteau, le Breton émigré au Japon, le pauvre, comparé à l’ envahisseur aidé par les collabos du grand remplacement.
    Combien le Japon lui donne-t-il pour s’ installer et faire sa pelote ?
    Notre crêpier breton a-t-il tenter d’ entrer et de s’ imposer illégalement au Japon ?

    Ce gauchiste participant à l’ appel d’ air que le laxisme gouvernemental entretient me met la larme à l’ œil. Pauvres petits illégaux qui ne pètent pas dans la soie dès le premier jour et doivent attendre 9 mois avant de rejoindre, qui le travail au noir, qui le marché de la drogue, qui la masse des chômeurs qu’ ils contribuent à grossir.

    Que c’ est beau la charité mal placée avec l’ argent des autres…

  4. Ainsi, pour les gens qui pensent que les étrangers sont opportunistes, que les français qui les aident sont forcément des bobos aisés, je les invite à se faire connaître aux assos de solidarité afin d’aller aux contact des bénévoles et des personnes qu’ils aident, français ou étrangers. Pas pour aider, hein, juste pour discuter avec eux et être confronté à la réalité, et ne pas parler juste par idéologie. Faites-le, et ensuite seulement vous aurez un peu de légitimité dans vos affirmations.

    • Notre légitimité c’ est celle des 70% de Français qui disent « stop à l’ immigration légale comme illégale ». Rétablissement des frontières. Amandes dissuasives pour les collabos à l’ envahissement de la France.
      Alors, m. le gauchiste collabo, inutile de faire de la retape ici.

    • La réalité des autres pays d’Afrique, d’Asie, Moyen Orient … est plus enrichissante que ces associations subventionnées. Quand je rapporte ce genre d’opinion à la middle class d’Afrique, d’Asie … ils restent bouche bé. Ensuite je leur fait une liste des aides sociales en France, réponse : no futur.

      La France est le pays le plus gauchiste que je connaisse et Rennes la pire ville que je connaisse. Je fréquente une minorité dans les milieux scientifiques, ceux qui sont peu au chomage, ceux qui peuvent partent à l’étranger, d’autres se planquent pour ne plus se fatiguer.

      D’ici 20 ans vous serez tous viré par une crise de l’état. Et aussi le grand classique des travailleurs ONG : la dépression quand ils vieillissent et en se rendant compte que leur boulot est contre la nature de l’humanité.

Comments are closed.