15/06/2017 – 06h50 Belfast (Breizh-Info.com) –  Le Premier ministre britannique Theresa May s’est entretenue en ce début de semaine avec la principale dirigeante du parti unioniste d’Irlande du Nord DUP Arlène Foster. Aucun accord de gouvernement – indispensable pour que May possède une majorité parlementaire – n’a pour le moment été trouvé, mais les négociations seraient en bonne voie, notamment sur le Brexit. Des négociations reportées à dans quelques jours, suite à l’incendie qui s’est déclaré dans un immeuble de Londres.

Depuis le résultat des élections générales (voir notre article ici) la Première ministre est contrainte de faire du pied à un allié historique des conservateurs britanniques en fonction de la situation locale (ce qu’oublient de préciser la presse subventionnée française), le DUP. Ses dix élus permettraient aux Tories d’atteindre les 326 sièges, nombre requis pour avoir le contrôle du Parlement, le Parti conservateur ne disposant que de 318 députés.

Cette alliance possible suscite des craintes alors même que l’Irlande du Nord est en pleine crise entre les possibles conséquences du Brexit (remise en place d’une frontière physique séparant l’Irlande), mais aussi l’impossibilité de former un gouvernement local entre le Sinn Féin et le DUP comme le prévoient les accords du Vendredi Saint. L’Irlande elle même, par la voix d’Enda Kenny, Premier ministre qui laissera sa place au nouveau héros de la presse Française, « l’indien Gay et métis Varadkar » , a fait savoir son inquiétude sur cette alliance qui pourrait en effet déstabiliser l’Irlande du Nord.

Un journaliste du Point écrit que « Les contreparties qu’il (ndlr : le DUP) entend obtenir en échange de son soutien (remise en cause du droit à l’avortement et du mariage homosexuel, engagement de Londres à ne jamais permettre une réunification de l’Irlande, notamment) ne peuvent que braquer l’autre grand acteur de la scène politique nord-irlandaise, le Sinn Féin.».

Que ce soit sur le mariage homosexuel ou sur le droit à l’avortement, les deux sont déjà interdits en Irlande du Nord (l’avortement est toutefois autorisé lorsque la vie de la mère est en danger). Un accord passé entre le DUP et May consoliderait sans doute cette interdiction, mais dans les faits, rien ne changera. Et le journaliste semble oublier que le Sinn Féin n’est pas non plus pour l’avortement ( hormis dans les cas de malformation du foetus). Et d’oublier par ailleurs qu’Arlene Foster a clairement déclaré que ces sujets sociétaux ne seraient pas mis dans la balance des négociations.

France 24, chaîne d’Etat, explique que le DUP « Parti démocrate unioniste (DUP), est une petite formation ultra-conservatrice et pro-Brexit.». . Une « petite formation » si petite qu’elle dirige la politique d’1,8 millions d’habitants depuis 2003 (depuis 1998 dans l’exécutif). Avec 292 000 voix récoltés lors des dernières élections générales cette année, le DUP, présent seulement dans une des provinces irlandaises (l’Ulster) est le 4ème parti politique sur toute l’île, derrière le Fine Gaël, le Fianna Faïl et le Sinn Féin.

Pour Dieu et l’Ulster, histoire des protestants d’Irlande du Nord

Pour vraiment comprendre les enjeux pour l’Irlande du Nord, pour toute l’Irlande, mais aussi pour le Royaume-Uni, il est un livre indispensable à lire actuellement, un livre paru au lendemain des accords du vendredi Saint:

« Pour Dieu et l’Ulster, histoire des protestants d’Irlande du Nord », de Dominique Foulon, préfacé par Roger Faligot (Terres de Brume). Un ouvrage de référence (parmi les ouvrages sur la question en Français) qui permet de se plonger au sein de l’histoire d’une communauté systématiquement présentée négativement, notamment en France (il y a des raisons historiques à cela) et finalement très méconnue. En voici la présentation de l’auteur.

Les protestants restent souvent les oubliés du conflit nord-irlandais. Cette communauté, d’abord difficile, allie l’austérité des puritains d’Écosse à la morgue britannique. Elle est associée à l’image de l’Ordre d’Orange et à ses défilés traditionnels, aux pasteurs fanatiques et aux paramilitaires les plus cruels.

Or, son histoire révèle bien des aspects méconnus.

Envoyés coloniser l’Irlande, et plus particulièrement l’Ulster, les protestants seront à l’origine du républicanisme dont se réclame aujourd’hui l’IRA. L’industrialisation particulière du nord-est de l’île contribua à intégrer cette région dans l’économie britannique.

Plus tard, les conservateurs britanniques utiliseront les craintes de cette communauté pour combattre les velléités d’indépendance de la majorité des Irlandais. Les protestants seront alors étroitement liés au maintien de l’union entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne. Bien que se revendiquant de la “glorieuse révolution” qui défendit les libertés civiles et religieuses, les unionistes, à la tête de leur mini-état mèneront une politique sectaire qui aboutira à l’insurrection nationaliste de 1969. Loyaux sujets de la couronne, les protestants n’hésiteront pas, parfois, à se rebeller contre elle.

À l’heure où, plus que jamais, les possibilités de voir évoluer la situation nord-irlandaise sont réelles, il nous semblait important de faire connaître l’histoire de ceux qui ont placé, sous le signe de la Main Rouge, leur combat pour Dieu et l’Ulster.

Interviews de Roger Faligot et de Dominique Foulon

Nous avions réalisé, par le passé, les interviews de Roger Faligot et de Dominique Foulon à l’approche du centenaire de l’indépendance irlandaise. Cet article sera l’occasion pour nos lecteurs de les découvrir ou de les relire, tant ils semblent d’actualité encore aujourd’hui. En n’oubliant jamais que, pour comprendre la question de l’Irlande, de l’Irlande du Nord et des relations avec la couronne britannique, il faut impérativement se rendre sur place et rencontrer les différentes acteurs…et éviter de reprendre à l’aveugle des dépêches AFP rédigées à la va vite.

Pâques 1916. Dominique Foulon : « Je ne pense pas que l’insurrection ait été conçue comme un sacrifice par ses responsables » [interview]

Pâques 1916. James Connolly, une figure déterminante de la révolution irlandaise [interview]

Belfast. Une virée dans les enclaves chargées d’histoire de la ville [photos]

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine