Islamofascisme. Daesh, les islamistes, l’État islamique sont-ils « fascistes » ?

islamistes

21/08/2017 – 05h30 Rome (Breizh-Info.com) – Sur BFMTV vendredi soir. Alain Marsaud a quitté le plateau de la chaîne après une altercation avec le journaliste Anthony Bellanger concernant les termes d’« islamisme » et d’« islamofascisme » qui n’étaient selon lui pas assez utilisés par les médias et par les politiques concernant les attentats islamistes qui frappent l’Europe.

Pourtant, le terme « islamofascisme » pourrait paraitre totalement inapproprié comme le souligne notre correspondant à Rome, Adriano Scianca. Explications.

L’expression « islamofasciste»n’est pas nouvelle: on se souviendra de son utilisation par Manuel Valls, par le ministre de la Défense italien, Roberta Pinotti, par George W Bush et aussi par Marine Le Pen, qui a parlé de “fascisme vert”.

Selon ces personnalités, il y aurait donc un lien historique ou culturel entre le mouvement fondé par Benito Mussolini et l’extrémisme jihadiste…

Pourtant, si on étudie vraiment l’histoire, la réponse semble être négative.

C’est tout d’abord Daesh qui affirme clairement qu’il n’est pas fasciste en réalité …

Le Califat, dans ses vidéos de propagande, n’hésite pas à se présenter comme un bastion contre le fascisme et le nationalisme, à se vanter de la nature multiraciale et cosmopolite du nouvel “État”.

Dans une vidéo de propagande, “No respite”, Daesh explique que dans son “État”, “Arabes et non-Arabes, Blancs et Noirs, unis par une foi détruiraient les idoles du nationalisme”.

Dans le message vidéo, le califat condamne le “fascisme qui fait vibrer les faux drapeaux qui changent de direction en fonction de la politique américaine. Nous sommes les soldats qui allons arrêter les idoles du nationalisme. Tandis que nous marchions sur Palmyre, nous devions détruire les limites des accords Sykes Picott (division du Moyen-Orient NDLR). Il n’y a pas d’honneur à défendre le repli sur soi et le nationalisme ».

Après une mobilisation anti État Islamique émanant de certaines autorités libyennes, une image de Benito Mussolini accueilli en Libye par les chefs religieux locaux a été publiée sur certains profils de twitter liés aux partisans du Daech, avec la légende: “L’histoire se répète: voici les ulema du mal, qui ont juré la fidélité à leur gardien fasciste Mussolini. Ils changent les visages et les masques, mais pas les habitudes”.

L’État islamique va donc stigmatiser comme “fasciste” quiconque ose le critiquer.

Sur le plan de la vision du monde, l’idéologie de Daesh est radicalement hostile à l’enracinement.

Le 2 juillet 2014, Abu Bakr al-Baghdadi, chef de l’État islamique, a déclaré : “Ceux qui peuvent immigrer dans l’Etat islamique devraient le faire parce que l’immigration dans la maison de l’islam est un devoir. […] Dépêchez-vous, musulmans, de venir dans notre Etat. C’est votre Etat. La Syrie n’est pas pour les Syriens, et l’Irak n’est pas pour les Irakiens. Cette terre est pour les musulmans, tous les musulmans”.

Dans l’idéologie de Daesh, les nations ne sont pas construites pour ceux qui la peuplent, mais pour une masse musulmane multiculturelle et multiraciale venue du monde entier. C’est en quelque sorte le discours que tiennent aussi certains dirigeants occidentaux, qui expliquent à qui veut l’entendre que la France est une nation refuge pour tous ceux qui veulent la construire et y apporter leur contribution …

Abu Rumaysah, un djihadiste “anglais” d’origine indienne, a déclaré à une journaliste britannique qu’il ne se sentait pas britannique:Mon identité, c’est d’être musulman. Si je suis né dans une écurie, je ne dirais pas pour autant que je suis un cheval. C’est juste une île où je suis né” .

Il n’y a pas de lien avec la terre, il n’y a pas d’identité ethnique, il y a seulement la foi universelle qui définit l’homme. Si on revient aux origines historiques du fondamentalisme islamique, le discours ne change pas.

Le sanctuaire de l’hérésie wahhabite, l’Arabie Saoudite, est né sous l’aile de la Grande-Bretagne, le premier Etat à reconnaître le royaume des Al Saoud.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Arabie est restée dans une position de neutralité formelle, avant se se tourner petit à petit vers les puissances alliées.

Le 28 février 1945, sous la pression des britanniques, le roi saoudien a abandonné sa position de neutralité et a officiellement déclaré la guerre à l’Allemagne et au Japon. Pas mal, pour des “islamofascistes”!

En 1943, le président Franklin D. Roosevelt déclare que la défense de l’Arabie saoudite est un intérêt vital des États-Unis : c’est une alliance qui dure encore aujourd’hui.

En général, l’extrémisme islamique est depuis sa naissance, soutenu par des puissances occidentales.

Aux origines du mouvement salafiste, par exemple, il y a les théories de Jamal ad-Din al-Afghani, qui en 1883, a fondé l’Association des Salafiyya et qui, en 1878, a été initié à la franc-maçonnerie dans une Scottish Rite Lodge au Caire.

Lord Cromer, l’un des principaux architectes de l’impérialisme britannique dans le monde musulman, a par ailleurs déclarés que les salafistes étaient “les alliés naturels du réformateur occidental, qui méritent tous les encouragements et tout le soutien qui peut leur être donné”.

Ce n’est donc pas vers les fascismes qu’il faut regarder, si l’on veut connaitre l’origine historique et idéologique de la folie de Daech.

Adriano Scianca

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

10 réponses

  1. Evidemment que Daesh n’est pas fasciste au sens que ce mot avait à l’origine. Il est “fasciste” au sens qu’il a pris tardivement, c’est à dire partisan d’un régime autoritaire (plus qu’autoritaire en ce qui concerne Daesh).
    De même, on ne peut pas être “islamo-gauchiste”. Ceux qui prennent fait et cause pour une “religion” archaïque et barbare après avoir vu dans la religion l’opium du peuple et rejeté dieux et maîtres avec dégout, ont complètement retourné leur veste. Ils ne sont plus gauchistes, ni même vaguement démocrates ou progressistes.

    1. Mussolini, le créateur du fascisme, était aussi un ”socialiste” ainsi que les nazis: c’étaient des Nationaux-Socialistes … Si on fait un rejet des terroristes islamistes et de leurs méthodes, on est traité de ”Facho” par les gauchistes!

  2. Daesh est plus probablement inspiré de la République française de l’époque de la Terreur. Concept de “dépopulation” dans les territoires réfractaires, jugements sommaires, exécutions industrialisées, destruction des monuments rappelant l’histoire des cultures passées, concept intégriste d’un “citoyen” universel et sans racines culturelles identitaires régionales (pour Daesh l’islam radical effaçant et remplaçant toutes les autres références culturelles)

  3. L’islamo-fascisme.
    Les islamistes se comportent comme les fascistes. Les musulmans s’en prennent toujours à des plus faibles qu’eux: à des Chrétiens ”désarmés” et ”innocents”,etc..Après le 19 mars 1962:l’Etat français a fait revenir, en Métropole, nos soldats qui étaient en Algérie, pour respecter les ”Accords d’Evian” mais les musulmans ont profité que les non-musulmans n’étaient plus ”protégés” et les harkis ”désarmés” pour augmenter les massacres sur des ”civils innocents” et ne pas respecter ”la parole donnée”

  4. Opo-pop comme aurait dit mon grand-père. Ne nous égarons pas. Le national-socialisme ou autre fascisme n’ont plus de mise dans ce grand mouvement mondialisé actuel même si Hitler a fait rêver et continue de faire rêver imams, mollahs et autres muezzins. La dynamique actuelle a son modèle par excellence en Boumédiène, formé à l’institut islamique de Constantine, il avait gouverné avec un gauchisme renforcé de son administration sous Droit musulman (charia). Il est le symptôme d’une conjugaison activiste opérante d’arabisme, africanisme avec une politique coranique intrusive, tiers-mondialiste , socialiste, totalitariste. Un cocktail explosif qui a repris du service en mettant le monde à feu et à sang et qui séduit le gauchisme amoral, mondialiste, en retard de pouvoir despotique, jamais regardant jusqu’au dénie dans les modalités.

  5. Les fascistes.
    Comme les fascistes (Les Chemises Rouges) les islamistes utilisent la violence et ils sont anti-démocratiques!.. Les Antifas qui se disent ”anti-fascistes” utilisent la violence… comme les fascistes et ils n’admettent pas que l’on ne partage pas leurs idées… ainsi les gauchistes ”cagoulés” ont détruit un hôpital pour enfants que pour ”le plaisir” de tout saccager comme le font les islamistes!..

  6. Daech ressemble plus effectivement à l’internationale communiste, le kommintern qu’aux puissances de l’Axe.
    Le communisme était aussi une religion. Les 10 commandements se trouvent dans le petit livre rouge des pensées de Mao dzé dong. Sauf que les 4 premiers qui se rapporte normalement à Dieu, là, se rapportent au parti communiste.

  7. Alain Marsaud, en acceptant une invitation sur BFMTV, n’a pas pensé qu’il allait se trouver sur le plateau d’une chaîne collabo en présence de journaleux bobo-gauchos dont l’excité Anthony Bellanger est une caricature. Il est vrai qu’en matière de vrai journalisme, les émissions sont rares! Il a eu bien raison de claquer la porte au nez de ces gens avec qui tout échange objectif est impossible…………..

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS