Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Corse : que font Philippe et Macron ?

23/08/2017 – 07h30 Bastia (Breizh-info.com) – Les choses bougent en Corse. Les dernières élections territoriales (décembre 2015) ont donné les clés de l’île à la coalition indépendantiste – régionaliste, ce qui s’est traduit par l’installation de Gilles Siméoni à la tête de l’exécutif de la collectivité territoriale de Corse (mini gouvernement composé de neuf membres) et de Jean-Guy Talamoni à la présidence de l’assemblée de Corse (24 nationalistes sur 51 membres). Confirmation de cette évolution a été donnée lors des élections législatives de juin 2017 où les candidats présentés par « Pé a Corsica » ont raflé trois circonscriptions

 (Sartène, Bastia et Corte – Calvi) sur quatre. Prochain rendez vous électoral en décembre 2017 où les électeurs auront à élire une nouvelle assemblée territoriale qui précédera l’installation en janvier d’une future collectivité unique de Corse (fusion de l’actuelle et des deux départements).

Il paraît que les nationalistes partent favoris des élections territoriales car les idées autonomistes ont largement infusé dans la société corse. A la question : « Que veut dire être nationaliste corse en 2017 ? », Gilles Siméoni répond : « La quasi-totalité des Corses sont nationalistes, même s’ils ne revendiquent pas cette étiquette. Pour eux, la certitude qu’il existe un peuple avec sa langue, ses intérêts, sa capacité à maîtriser son destin est une évidence. Nos idées ont gagné, en partie parce que nous avons réaffirmé que le seul chemin qui vaille pour nous est celui de la démocratie, du respect de toutes les opinions, même quand ce ne sont pas les nôtres. Le tout en réaffirmant que ce sont les Corses et eux seuls qui décident de ce que doivent être leur présent et leur avenir. » (Libération, 03/08/2017).

Le « modéré » Siméoni ne fait que confirmer ce qu’écrivait dans une tribune le «dur» Talamoni au lendemain de la victoire de décembre 2015 : «La Corse n’est pas une simple circonscription administrative française, mais une nation, avec sa langue, sa culture, sa tradition politique propre, sa manière de participer au monde.» (Le Monde, 19/12/2015). Un gars sympa ce Talamoni, sur qui l’Elysée et Matignon peuvent compter, puisqu’un mois plus tard il déclarait : «La France est un pays ami de la Corse» (France-Info, 18/01/2016).

Pourtant, on sent un certain agacement chez Gilles Siméoni : « La situation d’attente dans laquelle nous nous trouvons commence à devenir inquiétante. Plus de deux mois se sont écoulés depuis la présidentielle. Nous comprenons que d’autres questions, françaises, internationales, soient essentielles, mais le silence ne peut tenir lieu de politique dans les rapports entre l’État et la Corse. IL est inenvisageable – cela a portant été dit de façon officieuse – que le dialogue ne débute qu’après les prochaines élections territoriales. Nous ne pouvons pas prendre encore quatre ou six mois de retard, c’est maintenant qu’il faut un geste fort ! » (Libération, 03/08/2017).

Erreur du tandem Siméoni – Talamoni : avoir oublié d’inviter Emmanuel Macron et madame à venir en vacances dans l’île. Sur le plan touristique, la Corse est mieux que Marseille ! Et c’était un moyen efficace pour créer ce fameux « dialogue ».

B. Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Corse : que font Philippe et Macron ?”

  1. Gwendal Pennanech dit :

    Je ne partage pas l’opinion exprimée dans le dernier paragraphe. Inviter le chef de l’Etat colonisateur en vacances, que ce soit en Corse ou en Bretagne renforce le cliché d’une île parc à touriste pour Français. Et s’il s’agit de négocier, des discussions, un ”terrain neutre” (ni en Corse ni à Paris) seraient bien plus logiques. Mettre les petits plats dans les grands pour le président des Français donne un mauvais signal, celui d’une France ”chez elle” dans les territoires conquis. Tout comme se rendre à Paris donne l’impression que les peuples occupés courbent l’échine.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, Sociétal

Nicolas Battini : « le nationalisme corse doit opérer un redéploiement en termes de priorité revendicative » [Interview]

Découvrir l'article

Politique

Le nationalisme corse au 21ème siècle et son actualité

Découvrir l'article

A La Une, Culture & Patrimoine, Histoire, Patrimoine

Michel Verge-Franceschi : « La tête de Maure n’est pas une spécificité corse » [Interview]

Découvrir l'article

International, Religion, Société

Corse : Un maire se bat pour la croix devant le tribunal administratif

Découvrir l'article

Sociétal

Autonomie des régions : la Corse avant l’Alsace..puis la Bretagne ?

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

La Corse, une autonomie en question. Entretien avec Michel Verge-Franceschi

Découvrir l'article

Politique

« Terra corsa a i Corsi ». La Terre corse aux Corses par Nicolas Battini

Découvrir l'article

A La Une, Education, Sociétal

Langues régionales. À Paris, 40 élèves bilingues tentent de se faire entendre

Découvrir l'article

Sociétal

Nationalisme Corse. Mossa Palatina, nouveau parti politique, est né

Découvrir l'article

Immigration, International, Politique, Sociétal

Corse et « communauté de destin ». A Chjama Patriotta : « Nous ne pouvons plus accepter personne. Quelle que soit l’origine » [Vidéo]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky