Après l’opération contre Interloire, le groupe « frelon » des Bonnets rouges s’explique

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

24/10/2017 – 17h35 Rennes (Breizh-info.com) – Des « frelons » appartenant aux Bonnets rouges ont mené une action, que nous avions relatée, il y a quelques jours devant et dans le siège d’Interloire, l’interprofession des vins de Loire. Le but ? Dénoncer « l’annexion » du Vignoble nantais et la négation de l’identité bretonne des vins de Loire-Atlantique.

Par voie d’un communiqué adressé à la presse, les militants bretons se sont expliqués sur les finalités de leur action :

« Prévue de longue date, les frelons ont lancé une opération contre Interloire à Tours. Il s’agissait de défendre une catégorie socio-professionnelle, les vignerons nantais et par là-même de remettre sur le devant de la scène la question de la réunification car, il est évident que, si la Loire-Atlantique était dans la région  » Bretagne « , Interloire n’aurait jamais pu annexer le Vignoble nantais dans les vins du Val de Loire.» expliquent-t-ils.

Ils dénoncent par ailleurs, concernant Interloire, le fait de taire l’appartenance bretonne des vins nantais, de diluer son image dans un Val de Loire étranger, de recommander l’application de la mention  » vin du Val de Loire  » sur les étiquettes ou encore d’utiliser la fleur de Lys des rois de France sur les bouteilles en lieu et place de l’hermine bretonne, ce qui peut créer la confusion chez le consommateur.

Par ailleurs, Interloire a, selon les Bonnets rouges,« coupé le muscadet de ses racines maritimes et bretonnes pour une identité  » ligérienne  » qui n’est pas la sienne.».

Enfin, si l’opération ne s’est pas totalement déroulée comme prévue (occupation écourtée des locaux notamment), ces derniers expliquent cela par une faible mobilisation de dernière minute , mais entendent poursuivre ce type d’action, déjà plusieurs fois menée par le passé :

« Les opérations  » frelons  » que nous avons menées jusqu’ici (œufs & farine contre la maison de J-Marc Ayrault, enlèvement des panneaux d’agglomération de la ville de Tulle) nous ont montré que notre organisation est bien rodée car, dans tous les cas : surprise totale, aucune fuite (faut dire que nous ne sommes que 4 à connaître la date et la cible, la cible n’est connue que le jour J, au lieu de rendez-vous). »

Avec toutefois le regret que ce type d’action ne mobilise pas suffisamment les troupes : « il n’y a pas en Bretagne, en ce début de XXI ème siècle assez de Bretons courageux pour mener ce style d’actions, même des amis de longue date, avec qui nous avons fait les  » 400 coups  » militants dans les années 70 et 80, au prétexte qu’ils ont la cinquantaine, trouvent que ce n’est plus de leur âge ce  » style de connerie « . S’il y avait autant de volontaires que de  » va-t’en-guerre « , nous serions 300. Et tous les causeux ? ceux pour qui le militantisme consiste à passer leur temps sur les réseaux sociaux, à dénigrer ceux qui font quelque chose, à dire ce qu’il faudrait faire mais qui, eux, ne feront jamais rien, ceux qui passent des heures à se chamailler sur Facebook ou Twiter, si tous ces causeux devenaient des faiseux, c’est pas 300 qu’on serait, ce serait 3000 !

We want you for the cause of free Brittany !»

La faiblesse du militantisme politique de terrain (parfois compensée – pour ceux qui en possèdent le savoir faire – par d’excellentes stratégies de communication) semble bien être un mal du XXIème siècle.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ?

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ? Débat du 31/07/2021 avec Rémi...

« Vous êtes rationnel, pourquoi nier l’efficacité des vaccins ». Laurent Ozon répond à un journaliste

Le journalisme mainstream se fait de plus en plus militant en faveur des mesures gouvernementales. Il suffit d'ailleurs de...

Articles liés

Bientôt le retour des Bonnets rouges ?

Que ce soit dans le nord de la Bretagne (Trégor et Léon) ou bien dans la Basse-Loire (Nantes et Saint-Nazaire), les difficultés sociales s’accumulent...

Le frelon asiatique géant menace les États-Unis

En novembre, des frelons géants ont été découverts dans l’Etat de Washington. Ils sont les premiers à être aperçus aux États-Unis. Avec l’arrivée de...

Pendant que les banlieues subventionnées brûlent, les campagnes délaissées crèvent [L’Agora]

Il y a des matins où j'aimerais attraper un chargé de communication de l'Élysée par le col, lui mettre quelques claques, et le traîner...

Histoire de Bretagne. De Nominoë au FLB, quelques dates pour « briller en société » [Vidéos]

La Bretagne, sujet souvent abordé en famille, entre collègues ou entre amis. Sujet passionnel, souvent. Mais (trop ?) vaste sujet, toujours. Breizh-info.com vous propose...