3,3 % de croissance pour l’économie américaine au 3e trimestre

A LA UNE

Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant...

Quartiers prioritaires : la Cour des comptes révèle un échec massif et coûteux

Il est dommage que la Cour des comptes ait ignoré la Bretagne en rédigeant son rapport sur L’Évaluation de l’attractivité...

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d'Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils...

Terrorisme d’Etat, crime contre l’humanité. Une avocate dénonce les mesures sanitaires et la manipulation autour du Covid-19 [Interview]

Virginie de Araujo-Recchia est avocate depuis 2006. Suite à notre article s'interrogeant sur la possibilité de faire reconnaitre les...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette...

30/11/2017 – 12h00 Washington (Breizh-Info.com) – C’est un chiffre qui donne le tournis lorsqu’on le compare à la croissance française qui atteint péniblement 0,5 % sur la même période. Aux Etats-Unis, le troisième trimestre a été marqué par une croissance à 3,3 %.

La meilleure performance depuis 2014

Grâce notamment à une augmentation des investissements des entreprises de plus de 7,3 %, l’économie américaine a le vent en poupe ! De juillet à septembre 2017, elle a ainsi cru de 3,3 %, un chiffre décoiffant qui n’avait pas été atteint depuis 3 ans.
C’est une performance d’autant plus appréciable que ce chiffre a été atteint malgré le passage de deux ouragans dévastateurs sur cette période.

En 2017, les Etats-Unis ont connu une croissance de 1,2 % au premier semestre puis 3,1 % au second semestre. Encore mieux, selon AP, la Réserve fédérale de la banque d’Atlanta prévoierait une hausse de 3,4 % au quatrième trimestre de l’année 2017. De quoi porter la hausse annuelle à près de 2,8 % !

Une hausse considérable comparée à la croissance de 2016 qui n’avait été « que » de 1,5 %. En France, l’année 2016 avait été marquée par une croissance à 1,2 % qui devrait, selon l’hypothèse du gouvernement, s’établir à 1,8 % cette année.

Outre la part des investissement des entreprises privées, la hausse des dépenses réalisées par le ministère de la Défense ont également joué un rôle selon les analystes.

Le rôle de Donald Trump minoré par certains médias américains

Chez les médias dominants, l’analyse est évidemment tournée de telle manière que les efforts de Donald Trump pour revivifier le marché de l’emploi soient le moins possible responsables de cette hausse.

Ainsi, CNBC assure-t-elle que cette hausse s’explique par l’action de Barak Obama et cite des économistes qui ne verraient qu’une « modeste » part de la hausse due aux efforts de Donald Trump.
Gageons que, si l’économie s’était écroulée, Donald Trump aurait, là, certainement vu son rôle épinglé.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Ces grands vins encore à portée de bourse

Notre série se propose de mettre en lumière des vins qui incarnent l’excellence dans leur appellation respective. Ces-derniers appartiennent...

La piste oubliée de Frison-Roche en bande dessinée.

Après l’adaptation en bande dessinée du « Cycle Chamonix » de Roger Frison-Roche, prônant les vertus des guides de...

1 COMMENTAIRE

  1. 3,3% c’est le taux de croissance trimestriel annualisé. Contrairement au taux de croissance trimestriel de 0.5% pour la France que vous donnez qui lui n’est pas annualisé. Annualisé ce taux serait de 2%, car pour rappel il y’a 4 trimestres dans une année ;-) 2% c’est certes moins que les 3,3% des Etats-Unis mais la différence entre la croissance française et la croissance américaine est quand même nettement moins importante que celle que vous semblez suggérer.

Comments are closed.