Alimentation. Même le poisson devient dangereux ?

A LA UNE

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Voici une nouvelle étude alimentaire qui ne va pas rassurer les amateurs de poisson. Alors que nous vantons régulièrement ses vertus ou les menaces qui pèsent sur lui, ce dernier est lui aussi victime de la pollution.

12 métaux dans l’organisme

À l’origine de ces révélations, un programme national de surveillance mené par l’Agence de Santé publique France. Des résultats divulgués au cours du mois de décembre dernier motivent ainsi les inquiétudes. Une étude a porté sur 4 145 femmes enceintes ayant donné la vie au cours de l’année 2011.

Lors de l’accouchement, ce sont 13 métaux et métalloïdes qui ont été mesurés via des prélèvements. Parmi ceux-ci, se trouvent aluminium, arsenic total, césium, chrome, antimoine, cobalt, étain, plomb, nickel, vanadium, cadmium, uranium et mercure.

Les résultats sont sans équivoque puisque seul l’uranium n’était pas présent dans les analyses.

Le poisson mis en cause

Un élément interpelle les chercheurs : les femmes enceintes françaises ont des quantités de métaux dans leur organisme supérieurs par rapport aux femmes européennes, américaines ou canadiennes. Les françaises ont répondu positivement à la présence de mercure pour 91 % d’entre elles. Tandis que toutes avaient aussi de l’arsenic dans leurs prélèvements.

À quoi serait due cette surreprésentation chez les femmes de l’Hexagone ? Pour la responsable de la surveillance biologique à l’Agence de Santé publique France, Clémence Fillol, « la consommation de poissons et de crustacés » pourrait en être l’origine, selon ses propos rapportés par l’AFP. Les Françaises consomment effectivement davantage de ces produits que leurs voisines.

Une consommation raisonnable

Malgré la mise en garde, principalement pour les femmes enceintes, le poisson ne doit pas disparaître de nos menus.

Selon les experts de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire), les futures mères peuvent consommer du poisson jusqu’à deux fois par semaine.

Parmi les poissons les plus contaminés, il faut mentionner l’espadon et la lamproie. Mais dorades, thons et brochets n’échappent pas à de fortes teneurs en mercure, malheureusement.

Idéalement, les deux repas hebdomadaires se composeront d’un poisson maigre (cabillaud notamment) et d’un poisson gras. Sardines et saumons feront l’affaire.

Croissance freinée et cancers

Les risques de répercussions physiques pour le nouveau-né ne sont pas à négliger. L’enfant exposé au méthylmercure en grande quantité peut connaître des problèmes de croissance. Le système nerveux du fœtus pouvant ainsi subir des dommages.

D’autre part, les polychlorobiphényles et autres dioxines sont sources de cancers. Là, encore, plusieurs poissons en contiennent, notamment l’anguille.

N’oublions pas que les poissons sont les premiers témoins de la qualité des eaux dans lesquelles ils évoluent. De quoi sérieusement alerter sur la gravité de la situation. Encore faut-il qu’une prise de conscience globale advienne. Mais plus tard pourrait bien être trop tard !

Crédit photo : Wikimedia Commons (CCO/Adam Jones)
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Homos ou hétéros, on porte tous le même maillot ». Le nouveau clip de propagande de la Ligue de Football Professionnel

Après les clips gouvernementaux ou d'associations subventionnées contre le harcèlement de rue mettant en scène uniquement d'horribles harceleurs blancs,...

Bruno Attal : « Si mon collègue avait tué cette ordure, il serait où, là, Eric Masson ? En garde à vue, mis en...

Pour le syndicaliste policier Bruno Attal (Touche pas à mon flic) : « Si mon collègue avait tué cette...

3 Commentaires

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Santé. Consommer des champignons pour réduire de près de moitié le risque de cancer ?

La consommation de champignons pourrait assurer une certaine protection contre le cancer. Une étude menée par des chercheurs américains est en tout cas parvenue...

Alimentation. Trop gras, ultratransformés : des steaks végétaux pas si recommandables…

Tandis que la consommation de viande est de plus en plus criminalisée de notre société, les steaks végétaux, régulièrement présentés comme une alternative, n'ont...

Fichage des Français selon leurs opinions. La cour européenne des droits de l’homme saisie

Suite au rejet par le Conseil d’État, mardi 5 janvier 2021, du référé-liberté déposé par VIA | la voie du peuple, son président Jean-Frédéric...

Jean Frédéric Poisson virtuellement en Bretagne le 19 novembre à 20h30

Au moment où on parle de report des élections départementales et régionales de 2021, que doit-on imaginer pour l’élection présidentielle de 2022 ? La crise...