Contre Trump et pour l’immigration : programme du féminisme américain en 2018

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Les mouvements féministes américains ont organisé des marches à travers tout le pays samedi 20 janvier. La défense des immigrés ainsi que les futures élections de mi-mandat afin de contrer Donald Trump étaient également au programme.

« Women’s March », un an après

C’était il y a tout juste un an. Donald Trump prenait alors officiellement ses fonctions de président des États-Unis à la Maison-Blanche. Dès le lendemain de son investiture, un grand rassemblement de féministes s’était tenu à Washington pour protester contre l’arrivée au pouvoir du successeur de Barack Obama.

Alors baptisée « Women’s March » pour désigner cette « marche des femmes », la manifestation avait connu un certain succès. Un an plus tard, un nouveau rendez-vous était donc donné le 20 janvier dans plusieurs villes du territoire américain, réunissant au total plusieurs centaines de milliers de personnes. Elles étaient notamment 200 000 à New York.

2018, année de l’offensive

Dans les rangs féministes, tout le monde est sur le pied de guerre. 2018 va être l’année de la grande offensive. En ligne de mire, il s’agira pour les féministes d’envoyer un signal fort à Donald Trump lors des élections de mi-mandat. Elles auront lieu au mois de novembre prochain.

Une perspective électorale sur laquelle reposent les espoirs des organisateurs de la « Women’s March » puisque, lors de la convention du mouvement qui se tenait le 21 janvier à Las Vegas, c’était « le pouvoir des urnes » (« Power to the polls ») qui était à l’honneur. Et les candidates féministes pour cette échéance ne manquent pas.

Cependant, les affaires Weinstein et consorts, le hastag #MeToo ainsi que le prétendu sexisme de Donald Trump ne sont pas les uniques chevaux de batailles des féministes en ce début d’année 2018.

Du féminisme à l’immigration

Ainsi, le féminisme américain ne défend pas que les femmes. Afin d’être inclusif, il a rapidement revu ses priorités en s’emparant de la question des immigrés et des minorités. De quoi répondre aux critiques de l’année dernière, lorsque la première édition de la « marche des femmes » avait été jugée trop centrée sur les problèmes des femmes blanches et plutôt aisées.

C’est dans cette optique que, dans le New Jersey, une association de défense des migrants (dénommée Wind of the spirit) a rejoint l’équipe d’organisation du rassemblement du 20 janvier. Une drôle de convergence qui pourrait même jouer un mauvais tour à ces femmes blanches américaines en faisant passer leurs revendications originelles (IVG notamment) au second plan.

Alors que de nombreuses célébrités telles que Whoopi Goldberg ou Natalie Portman ont pris part aux manifestations, l’actrice et réalisatrice mexico-kenyanne Lupita Nyong’o s’est démarquée avec un tweet ambigu accompagné du hastag #BlackPower. De quoi poser question sur ses motivations féministes initiales.

L’ironie de Donald Trump

Tandis qu’il était la cible principale de ces mobilisations à travers les États-Unis le weekend dernier, Donald Trump n’a pas manqué de réagir. Sur Twitter et en usant d’ironie comme souvent.


« Une belle météo partout dans le pays, une journée parfaite pour que toutes les femmes puissent marcher. Sortez pour célébrer les étapes historiques, le succès économique sans précédent et la création de richesses qui ont lieu ces douze derniers mois. Le taux de chômage chez les femmes est au plus bas depuis 18 ans ! »

Alors qu’elle apparaît profondément divisée, la société américaine ne semble pas disposée à se réconcilier en 2018.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Bonzo McGrue)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Louis de Raguenel (Europe 1) : « Le vaccin que l’on se fait injecter […] ne sera sans doute plus efficace face aux nouveaux...

Sur le plateau de LCI lundi 26 juillet, Louis de Raguenel, chef du service politique adjoint à Europe 1,...

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

Articles liés

Aïd Al-Adha. « Vous les femmes musulmanes, tâchez d’obéir au doigt de vos maris »

Les lecteurs de Breizh Info ne le savent peut-être pas mais en ce moment le monde musulman fête L'Aïd Al-Adha ou la "fête du...

Les Femmes Russes Et Le Néo-Féminisme – avec Yannick Jaffré

Zone Libre reçoit Yannick Jaffré, auteur de "Paris-Moscou - Aller Simple Contre le Néo-Féminisme" dans lequel il sonde la psychologie de la femme russe,...

Twitter evit an « arabeg benel »

Biskoazh kement-all ! Bez ez eus eus ur skritur « arabeg benel » ! En arabeg, e vez implijet ar furmoù gourel pa vez...

La femme est-elle l’avenir de la droite ?

On observe depuis maintenant plusieurs années une émergence exponentielle de figures médiatiques féminines à droite aux profils très variés. De l'autre côté, on assiste...