Il était temps ! Cela devenait  désespérant de constater l’incapacité de la  grande commune de Rezé, située au sud de l’agglomération nantaise à susciter   l’implantation d’une table digne de ce nom. L’incompréhension était d’autant plus grande que la ville s’est considérablement transformée à la fois  sur le front sociologique et économique. De nombreux quartiers se sont gentryfiés, notamment le vieil îlot urbain du quartier Saint-Paul ou la moindre petite bicoque des années 30 se vend dorénavant à prix d’or. Qui plus est, Rezé la ville-dortoir s’est muée depuis peu en un pôle économique majeur, rééquilibrant par ses nombreuses zones d’activité le vieil antagonisme nord-sud dans la répartition de l’emploi au sein de l’agglomération nantaise. De fait, pas besoin d’être un expert de l’étude de marché pour comprendre qu’il y avait forcément une belle place à prendre pour une cuisine de maître-restaurateur, capable de  se mettre à portée de bourse d’une clientèle d’affaire et de résidents pourvus d’un bon niveau de vie.

Depuis son ouverture, il y a près d’un an, le Coraly ne cesse de gagner en réputation, le bouche à oreille produit ses effets, le maire de la ville y a ses habitudes et la fréquentation est en constante augmentation. Cerise sur le gâteau, le guide des tables de Nantes a reconnu les qualités de la  cuisine fraîche et consciencieuse conduite par le  jeune chef Damien Garcia. D’où notre grande curiosité à  vouloir découvrir cette table prometteuse qui vient combler un vide culinaire creusé depuis plus de 30 ans !

Une salle un peu dans son jus…

Bon la salle ne représente pas l’atout majeur du Coraly. À leur décharge les propriétaires ont repris un restaurant en l’état ; le vieux carrelage  marron est en concurrence avec les murs en fausses pierres apparentes dans cette survivance  d’une décoration aux accents passéistes. Mais l’essentiel est préservé avec le dressage appliqué des tables et l’impression qui s’en dégage est que le  Coraly parvient à sauvegarder le standing d’un restaurant bien entretenu.

Mais le jus est dans l’assiette !

Tout se passe dans l’assiette et ça démarre plutôt fort avec une proposition de menu du jour entrée, plat et dessert  à 18€  avec le choix de deux options,  sauf pour le dessert. Difficile de ne pas résister à l’appel de l’œuf parfait pris dans une émulsion fumée aux œufs d’esturgeon. Absolument divin, avec un petit loupé sur les croutons… privés  du  croustillant beurré de rigueur. Apothéose sur un travers de porc charnu, dont l’origine  fermière est   aisément reconnaissable à la qualité de son gras gouteux et nullement écœurant. Le jus réduit à la sauge parachève l’excellence de l’assiette. Dessert ménager avec le clafouti aux cerises du jardin présenté dans un caquelon  qui a au moins le mérite d’être une proposition 100%  maison.

Avec une salle pleine aux  trois quarts, le service assuré par la maitresse de maison reste  attentif et fluide et une parfaite synchronisation semble distinguer le travail de ce jeune couple de restaurateurs. Concernant la carte des vins, de bonnes références (muscadet de Jérémie Huchet, le saumur blanc délicieusement tendu  de la Pierre frite et le très gourmand pur fruit du Causse de Combel la serre côtoient un  vieux  vestige  du vignoble de Mareuil (domaine de Rosnay). Une invitation à aller aux devants des nouvelles valeurs vendéennes à l’image du  brillant  Eric Sage à Brem sur Mer… À signaler également le judicieux  partenariat noué avec l’un des meilleurs fromagers de Nantes, la fromagerie Saint-Paul.

Raphno

Restaurant le Coraly, 31 Rue Aristide Briand, 44400 Rezé , Tel : 02 40 05 15 37

Crédit photos : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine