Il ne reste plus qu’une poignée de radars intacts et en service sur les routes de Loire-Atlantique. Mais alors que la plupart sont hors-service depuis mi-novembre, il n’y a jamais eu aussi peu de morts sur les routes du département. Le lien entre multiplication des radars et baisse de la mortalité routière apparaîtrait chaque jour moins évident.

Effet Gilet jaunes ?

En effet, selon le bilan officiel de la sécurité routière, il y a eu, en 2017, 57 morts, et, en 2018, 52, soit cinq de moins. La thèse officielle est que la baisse de la mortalité est liée à l’entrée en vigueur de la limitation à 80km/h sur le réseau secondaire, mais pourtant septembre et octobre comptent 5 morts chacun, autant qu’en juin avant l’entrée en vigueur de la loi. En revanche l’effet Gilets jaunes est lui visible et immédiat : deux morts en novembre, deux en décembre – contre 3 et 3 l’année précédente. Ce qui confirme aussi la tendance nationale observée en novembre sur les routes de la France entière : moins de radars, mais aussi moins de morts et de blessés.

Quatre radars fonctionneraient encore en Loire-Atlantique

Pourtant, il n’y a jamais eu aussi peu de radars en service en Loire-Atlantique : si une douzaine ont été réparés pour Noël, quatre ont depuis été brûlés (Saint-Herblain radar de chantier, Vallet, Drefféac, Sainte-Anne sur Brivet) et trois repeints (Saint-Herblain, Blain, Saint-Vincent des Landes). Lundi soir, ce sont les radars du périphérique nantais qui ont été bâchés par des motards. Ne restent intacts et en fonctionnement selon nos informations que les radars de Trignac, Port-sant-Père, Vigneux (RN165), Treillières (RN137), soit quatre, ainsi que les radars feux rouges et de passage à niveau installés dans le département.

La Loire-Atlantique n’est pas le seul département où les destructions de radars se sont multipliées : il ne reste qu’un radar en fonction sur les 49 du Lot-et-Garonne (dont 6 ont été brûlés), 3 sur les 27 du Vaucluse, tous situés sur l’A7, 30% des radars du Tarn, deux tiers dans le Loir-et-Cher – un des rares départements épargnés – 10% en Sarthe, et 1 sur l’ensemble des radars de la Loire.

En Savoie, les radars sont tous hors-service sauf trois. Tous ont été détruits, bâchés ou repeints dans le Territoire de Belfort (sur 9), l’Indre (sur 17), la Charente (dont 6 incendiés sur 21) et dans le Lot. En Vienne c’est le cas de 18 radars sur 32 (dont 6 brûlés). Trois quarts des radars ont été mis hors service sur les 160 de l’Occitanie. La plupart des radars du Cher sont hors service et au moins la moitié en Haute-Loire.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine