L’association VigiBretagne organise son assemblée générale à Guérande le 30 mars prochain et en appelle aux bonnes volontés. Regard sur ces sentinelles de l’intégrité territoriale de la Bretagne historique. Un travail de tous les instants !

VigiBretagne : pas de Bretagne sans Loire-Atlantique

C’est en juin 2016 que l’histoire de l’association VigiBretagne-EvezhBreizh a commencé. L’entité est alors venu combler un vide dans le paysage breton : médias, institutions, entreprises… ils sont nombreux les acteurs à ne pas respecter l’intégrité du territoire de la Bretagne historique (à cinq départements donc) dans leurs communications diverses. Ces oublis, motivés ou par simple ignorance parfois, du département de Loire-Atlantique dans l’évocation de la Bretagne, devaient être signalés. Surtout lorsque les entités en question utilisent l’imagerie bretonne, toujours très positive, pour se positionner.

VigiBretagne se présente ainsi comme le « Réseau de vigilance pour l’intégrité du territoire breton ». Fin 2018, deux ans et demi après son lancement, l’association compte 148 adhérents dont 9 associations : Bretagne Réunie, Galv Karaez, Glenmor An Distro, Gourenez, Kendalc’h, Skoazell Vreizh, Skol Uhel ar Vro (Institut Culturel de Bretagne), le « Réseau des Bretons de l’Etranger » et Breizh Impacte.

Par ailleurs, cinq entreprises sont également devenues membres du réseau : le magasin « Cavavin » à Guérande (44), le restaurant « Da Etto », également à Guérande (44), l’entreprise « Chéneau et Fils », vignerons à Mouzillon (44), l’entreprise « Philippe Chon », vigneron au Loroux Bottereau (44) et l’entreprise « Biographies de Bretagne / Skridoù-Buhez Breizh de Guipavas (29).

Réunification et identité bretonne : des combats d’actualité

Enfin, VigiBretagne est aussi présent sur les réseaux sociaux. Si l’association dispose d’une page Facebook, c’est principalement via son compte Twitter, outil plus efficace pour l’interaction, que son activité se fait remarquer.

Ces derniers mois, le sujet de la réunification de la Bretagne est revenu au coeur de l’actualité par l’intermédiaire de la pétition de Bretagne Réunie, réunissant plus de 100 000 signatures afin de faire valoir le droit d’option pour le rattachement du département de Loire-Atlantique à son territoire historique. Un travail de longue haleine qui s’est heurté à la (très) mauvaise foi du président socialiste du Conseil départemental, Philippe Grosvalet.

Mais cet épisode, s’il n’a pas connu le dénouement politique escompté, a remis sous les projecteurs ces questions de l’intégrité territoriale et de l’identité. Dans ce contexte, VigiBretagne ne ménage pas ses efforts pour pointer du doigt les moutons noirs qui ne respectent pas cette dernière, y compris parfois en réécrivant l’Histoire de manière farfelue…

Assemblée générale le 30 mars : rejoindre le réseau

Dans l’optique de développer encore davantage cette activité de veille, VigiBretagne organise son assemblée générale à Guérande le samedi 30 mars 2019 à 10 h30 (salle de Kerbiniou), suivie d’un déjeuner par la suite. Une assemblée à laquelle les responsables de VigiBretagne convient toutes les personnes motivées à se joindre à eux dans leur travail de veille : « En rejoignant le réseau VigiBretagne, vous pourrez dans votre environnement, détecter et répertorier les déclarations et écrits de personnes, d’élus, d’artistes, d’entrepreneurs, de journalistes, de sportifs, d’associations, etc. concernant l’intégrité de notre Bretagne ».

Ces manquements font ensuite l’objet de diverses actions de communication pour inciter les auteurs à corriger le tir. Il s’agit notamment de réagir  par courrier,  mail, commentaires sur les réseaux sociaux pour soutenir  et remercier celles et ceux qui défendent l’intégrité du territoire historique… mais aussi pour dénoncer toute tentative de désinformation sur la Bretagne.

Un aperçu des dernières actions réalisées par VigiBretagne ainsi que l’actualité de l’association est disponible sur CE LIEN.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine