Les Gilets jaunes 3 mois après : De l’enfumage ou de l’espoir ? [L’Agora]

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Ce matin, en allant à la pompe à essence, j’avais une étrange impression. Celle de me retrouver trois mois en arrière. Le gasoil dépasse les 1,40€/L, talonnant le prix de l’essence. Trois mois de mobilisation des Gilets Jaunes pour ça ? Revenir à un prix aussi haut ? Retour sur ce mouvement qui malgré tout, perdure dans le temps, sans organisation, sans véritable leader et avec plusieurs courants de pensée.

Trois mois se sont passés depuis la première journée de mobilisation des Gilets Jaunes. Pour la première fois en France, un mouvement d’ampleur s’est créé sur les réseaux sociaux. Le 17 Novembre 2018 a vu nos ronds-points, nos centre-commerciaux, nos villes, bloqués par des citoyens.

Et ceci malgré les sanctions promises par le gouvernement (suspension du permis, fortes amendes). Devant la mobilisation massive et les actions « coup de poing », l’Etat n’a pu rien faire sur cette première journée.

Pour beaucoup, la raison de la colère relevait du pouvoir d’achat, avec l’augmentation du carburant à la pompe. Environ 1,55€/L pour l’essence et 1,50€/L pour le gasoil, L’Etat a finalement baissé les taxes pour calmer le peuple.

Nous nous sommes alors retrouvés avec deux types de Gilets Jaunes :

  • Ceux qui avaient juste la motivation économique (pouvoir d’achat, prix du carburant), ayant obtenu la prime d’activité, l’augmentation du SMIC et la baisse du carburant. Ils ont en partie arrêté la mobilisation, surtout après l’arrivée des casseurs.
  • Ceux qui ont pris conscience de la situation, ceux qui se sont politisés, qui veulent changer plus profondément la société. En plus de l’aspect économique, ils demandent en plus le Référendum d’Initiative Citoyenne. Ils demandent également plus de considération pour la France périphérique, celle qui est oubliée de la politique de la ville.

Le gouvernement a mis du temps à réagir. D’abord il a promis une baisse des taxes, puis suite au maintien des manifestations hebdomadaires et de la présence dans les médias, il a instauré un grand débat national. Parallèlement s’est déroulée une répression violente lors des rassemblements. Combien de blessés ? De garde à vue ? De manifestants éborgnés ?

L’extrême-gauche, absente aux premiers actes des Giles Jaunes (Pas intéressé au départ par le peuple, le franchouillard, le petit blanc…), a joué encore une fois son rôle de larbin du système. En arrivant avec ses gros sabots, en essayant de récupérer ce mouvement, en installant un climat de peur, et en cassant tout ce qui représente le « système financier ». Cette mouvance politique a fait fuir encore une fois certains gaulois réfractaires. L’extrême gauche empêche donc l’alliance du peuple de gauche avec le peuple nationaliste.

Au final, que retenir de tout ceci ? Puisque comme dit en introduction, le carburant revient au même prix qu’en novembre. Tout le monde voit bien que les mesures promises par le gouvernement ne changeront rien.

Le gros point positif reste la mobilisation permis notamment grâce et via les réseaux sociaux. Qui aurait pu croire que la caissière du Leclerc serait allée bloquer un rond point le samedi matin avec l’électricien du village et la retraitée ? Cette mobilisation, forte, inattendue, multiform, montre que tout n’est donc pas perdu pour notre peuple.

Daniou Christophe

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Les crises d’hystérie de Solveig Halloin : top 10

Solveig Halloin, féministe animaliste et antispéciste, lutte pour la protection des animaux. Elle était invitée dans "Touche pas à...

Royaume-Uni : 29 prédateurs sexuels inculpés pour avoir violé et exploité sexuellement une jeune fille de 13 ans durant 7 années

Le journal Skynews rapport qu'au Royaume-Uni, 29 prédateurs sexuels ont été inculpés pour avoir violé et exploité sexuellement une...

Articles liés

Affaire Jérôme Rodrigues : « On veut faire payer un petit flic des multiples erreurs des décideurs de l’administration »

Affaire Jérôme Rodrigues : « On veut faire payer un petit flic des multiples erreurs des décideurs de l’administration ». Nouvelle vidéo réalisée par le...

Les Gilets Jaunes, les déclencheurs d’un Grand Reset démocratique ?

Dans cet édito politique, Nicolas Vidal revient sur la genèse des Gilets Jaunes, l'état des lieux du mouvement et ses perspectives sous le prisme...

Les Gilets jaunes, deux ans plus tard, par Vincent Lapierre (Pris à partie par des antifas une nouvelle fois)

Ce 12 septembre 2020 devait être le grand retour des Gilets Jaunes. Première mobilisation nationale depuis le confinement, plusieurs point de rassemblement étaient donnés...

Gilets jaunes. Un retour raté, à Nantes comme à Paris

Est-ce que le beau temps et les vide-greniers du Petit Port et de Graslin ont donné d’autres priorités aux manifestants, ou les Nantais –...