L’évêque de Saint-Brieuc et Tréguier, Mgr Moutel, n’a pas apprécié du tout les propos tenus sur l’islam le 11 février dernier par le président du Parti chrétien démocrate, Jean-Frédéric Poisson, dans une émission de la radio catholique RCF Côtes-d’Armor. Fait sans précédent, il a fait déprogrammer l’interview.

À l’occasion d’un déplacement dans les Côtes-d’Armor, le 11 février dernier, pour faire la promotion de son dernier livre L’islam à la conquête de l’Occident, Jean-Frédéric Poisson a donné une interview à RCF Côtes-d’Armor, une radio locale catholique. Le président du Parti chrétien démocrate (PCD) n’a jamais caché son inquiétude face à l’expansion de l’islam en terre d’Europe depuis quelques décennies.

L’interview de Jean-Frédéric Poisson sur l’islam déprogrammée à la demande de l’évêque

Mais les propos tenus par Jean-Frédéric Poisson n’ont pas eu l’heur de plaire à l’évêque de Saint-Brieuc. Mgr Moutel a donc fait déprogrammer l’interview qui devait être rediffusée. L’émission a été carrément supprimée du site de la station. Motif invoqué ? L’interview « est complètement à charge… (…) Il ne faut pas être naïf et nier l’existence d’un islam politisé. Mais on ne peut pas réduire la foi des musulmans à cette seule lecture. Certains ont pu être choqués par une telle émission. » (Ouest France, 15 mars 2019).

Furieux de cette censure, le président du conseil d’administration de RCF, Yves Giraud, démissionne trois jours plus tard ; suivi début mars par quatre autres membres du CA. Pour l’ex-président, cette affaire démontre que « la liberté d’expression n’est plus respectée ». Selon lui, « RCF n’est pas l’organe officiel de l’évêché. Sa grille des programmes n’est pas validée par l’évêque. En cinq ans, il n’y a jamais eu de problème. Alors pourquoi cette intervention violente ? Ne peut-on plus débattre de manière calme et posée ? » (Ouest France, 15 mars 2019).

Contre Marine Le Pen, « l’espérance »  Macron

Droit dans ses sandales, Mgr Moutel – qui est chevalier de la Légion d’honneur -, s’il regrette la tournure prise par cette affaire, assume totalement sa décision. On se souvient que lors de la dernière élection présidentielle, en 2017, il avait pris publiquement position contre Marine Le Pen. « Affaiblir l’Europe et diviser les Français ? Non à Mme Le Pen. Je choisis plus que jamais l’espérance », avait écrit le prélat sur son compte Twitter.

Le 25 mars, RCF Côtes-d’Armor tiendra une assemblée générale extraordinaire pour élire un nouveau président.

L’interview litigieuse peut être écoutée sur le site Riposte catholique.

YLM

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V