Des espions iraniens sur le sol européen pour menacer les dissidents ? [L’Agora]

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Des espions iraniens sur le sol européen pour menacer les dissidents ? C’est ce qu’affirme Hamid Enayat, journaliste mais aussi analyste iranien basé en Europe. Militant des droits de l’homme et opposant au régime de son pays, il écrit sur les questions iraniennes. Il nous envoie son analyse, que nous reproduisons ci-dessous, Breizh-info étant un média attaché à la liberté d’expression, d’opinion, et de débat, sans que cela n’engage par ailleurs la rédaction.

La résistance iranienne appelle les nations européennes à fermer les ambassades de Téhéran en réponse à l’utilisation des ambassades iraniennes par le régime pour fomenter des attaques terroristes contre ses opposants politiques à travers le continent.

L’Iran est reconnu depuis des décennies comme un acteur malveillant et un État qui parraine le terrorisme au Moyen Orient. Ce qu’on sait moins c’est que le terrorisme des mollahs est aussi très présent dans les pays occidentaux.

Les résistants iraniens dénoncent depuis des mois les complots terroristes en Europe et aux États-Unis contre des opposants au régime iranien. Il est vrai que ces dernières années ont été marquée par une forte augmentation des complots terroristes et des opérations d’espionnage de Téhéran sur le sol occidental, des États-Unis à la France en passant par l’Albanie. Heureusement, tous ont été neutralisés, mais jusqu’à ce jour ils n’ont servi de signal d’alarme qu’aux États-Unis. L’Europe pour sa part continue sa politique jusqu’au bouliste de complaisance envers l’Iran sans se soucier des conséquences violentes que cela engendrent sur son territoire.

Le régime des mollahs tente de réprimer l’activisme en Europe et aux Etats Unis par tout moyen. Faire taire l’opposition et les critiques à l’égard du régime s’inscrit clairement dans le cadre de sa politique extérieure.

Le Conseil national de la Résistance iranienne a évoqué huit complots terroristes aux États-Unis et en Europe en 2018. Cela témoigne de l’inquiétude grandissante du régime face au rôle croissant de l’OMPI (La force principale de l’opposition devant le régime iranien). Par ailleurs, toutes les affirmations des résistants ont depuis été corroborées par les services secrets de différents pays européens comme le MI5 en Angleterre ou la DST en France.

Le régime iranien est en proie à de fortes tensions en interne. L’année dernière, selon Amnesty International, les autorités iraniennes ont arrêté plus de 7 000 dissidents et 26 manifestants ont été tués. Les soulèvements populaires, depuis fin 2017, ont montrés que malgré la répression généralisée, la République islamique d’Iran n’a pas réussi à supprimer la dissidence. Même les plus hauts responsables de la dictature théocratique confessent leur impuissance face à ces manifestations et à l’influence croissante de la résistance iranienne.

Khamenei, le guide suprême, a identifié la principale force d’opposition iranienne “les Moudjahidine du peuple Khalq”  comme étant le principal acteur de ces soulèvements. “Les émeutes, c’est l’OMPI qui l’a initiée”, a admis Khamenei, tout en essayant de minimiser l’attrait populaire de l’OMPI, en associant l’organisation au «triangle ennemis», comprendre les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite.

Comme souvent, une grande partie des gouvernements et médias occidentaux ont oublié de faire état ses propos, comme de la véritable raison des soulèvements populaire indiquant que celles-ci étaient dues à la situation économique catastrophique de l’Iran.

Tous sont dans la continuation d’un politique d’apaisement et pensent naïvement que le régime théocratique iranien est leur allié. Ils ne cherchent pas à comprendre, ni même à exposer pourquoi des millions d’iraniens se rassemblent quotidiennement pour demander un changement de régime, et encore moins à condamner les exactions quotidiennes du régime.

A l’exception des différents rapports des ONG et des militants, aucun média européen n’a soutenu le peuple iranien face à la crise qu’il traverse actuellement. On parle ici de la véritable crise que connaît le pays. Pas celle due aux sanctions américaines mais bien celle relative à la gestion désastreuse et à la politique expansionniste meurtrière du régime. Ne nous y trompons pas les sanctions américaines ne sont que les conséquences directe de la politique violentes des mollahs.

L’accord sur le nucléaire a permis de libérer 150 milliards de dollars. Quels ont été les bienfaits de libération de ces capitaux sur le population iranienne. Aucun. Cette somme colossale a permis aux mollahs de financer la guerre civile de Bachar al-Assad en Syrie, la guerre en Irak pour exterminer les sunnites, d’armer le rebelles houthis au Yémen ou encore de financer les terroristes du Hezbollah au Liban. Les gouvernements et les médias européens sont dans la négation concernant le rôle de l’Iran comme principal sponsor mondial de la terreur et restent totalement aveugles sur la démarche du régime ayant pour but l’exportation de la révolution islamique dans le monde entier par tous les moyens possibles.

L’absence de sanctions européennes équivaut à donner l’autorisation aux mollahs de réprimer et de terroriser a tout va. Les dirigeants iraniens l’ont compris et ont interprété la politique occidentale comme un signe de faiblesse qu’ils ont exploité sans vergogne comme on a pu le constater avec les toutes actions terroristes qui ont eu lieu dernièrement.

Donald Trump l’a parfaitement compris et a pris acte. Le régime iranien et les gardiens de la révolution, sont les principaux sponsors et exportateurs des conflits au Moyen-Orient, il a donc placé ceux-ci sur la liste des entités terroristes et sanctionné directement le guide suprême cette semaine .

Le régime des mollahs est au bord de l’implosion. Le CNRI possède un programme qui indique les étapes nécessaires pour rétablir la paix, la démocratie, les droits humains et les droits des femmes en Iran. Les gouvernement et médias européen feraient bien de s’y intéresser pour ne pas être accusés d’être complices du régime par leur silence.

Hamid Enayat

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Photos d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Louis de Raguenel (Europe 1) : « Le vaccin que l’on se fait injecter […] ne sera sans doute plus efficace face aux nouveaux...

Sur le plateau de LCI lundi 26 juillet, Louis de Raguenel, chef du service politique adjoint à Europe 1,...

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

Articles liés

Iran-Arabie saoudite : une (im)possible réconciliation ?

Une nouvelle configuration géopolitique se dessine au Moyen-Orient : deux rivaux historiques dans la région, l’Iran et l’Arabie saoudite, démarrent actuellement un dialogue pour...

Siria : an Iran a glask astenn he levezon dre he yezh

Klask a ra Teheran astenn he levezon e biz Bro-Siria. « Kreizennoù Sevenadurel Iranian » a zo bet savet e kêrioù zo da skouer ma glask...

Général Soleimani, le stratège de l’Iran

En janvier 2020, les drones de Trump éliminaient un des personnages les plus craints du Moyen-Orient, le général iranien Qassem Soleimani. Retour sur celui qui fut l’homme de l’ombre des mollahs et le héros de tout un peuple, à...

Les sanctions américaines contre l’Iran ont permis à la Chine d’être plus influente en Asie centrale

Les sanctions sont devenues une arme redoutable utilisée par Washington pour maintenir la pression sur la Chine et étouffer l'Iran. Les États-Unis, qui détestent...