7,8% de prénoms musulmans donnés en 2018 en Bretagne administrative et 12,1% en Loire Atlantique. Tels sont les chiffres établis par Fdesouche via le baromètre 2019 du prénom musulman.

Le chiffre, pour la Bretagne administrative, était de 4,7% en 2008, et de 0,2% en 1968, mais il se trouvera encore des observateurs pour dire que rien ne change. Pour la Loire-Atlantique, 0,5% en 1968, 6,7% en 2008 et donc 12,1% en 2018.

Une étude lancée pour la première fois en 2017, et validée par Jérôme Fourquet (directeur de l’IFOP), dans son essai L’Archipel français (Seuil,2019). Le 6 janvier 2017, fdesouche publiait en effet cette étude : L’octroi de prénoms musulmans par département, basée sur les chiffres annuels de l’INSEE des prénoms donnés aux enfants nés en France de 1900 à 2015, croisée avec un référentiel des prénoms arabo-musulmans, conçu en interne à partir de plusieurs sources.

L’analyse de l’octroi de prénoms musulmans pour les naissances en France en 2018 révèle :

• Un taux national qui atteint les 21,6%
• Un taux de croissance qui parait ralentir : une augmentation de 0,3% au regard de 2017, cette croissance était en moyenne de 0,7% depuis 2000.
• A noter cependant la nette augmentation des « prénoms rares », c’est à dire ayant enregistré moins de 3 naissances au niveau national sur l’année, qui complexifient la mesure
• Les statistiques indiquent un taux de prénom musulman estimé à 1/3 des prénoms rares (essentiellement des variations orthographiques de prénoms ou des prénoms composés), représentés en rouge sur le graphe.
• Sur cette base, l’estimation du taux national d’octroi de prénom musulman en France corrigé serait à 24,2% mais en raison de son caractère incertain, nous en restons au chiffre ci-dessus.

A noter que le taux dépasse les 50% en Seine St Denis.

Les chiffres parlent plus justes que n’importe quelle analyse de sociologue ou de chercheur réfugié dans un bureau.

L‘intégralité du baromètre est à retrouver ici

Rappelons qu’au Royaume-Uni, le prénom Mohammed est le prénom le plus donné depuis le début de l’année 2019. Répétez après eux : « Le grand remplacement est un fantasme, le grand remplacement est un fantasme, le grand remplacement est un complot d’extrême droite, le grand remplacement n’existe pas, parler du grand remplacement peut être passible des tribunaux, le grand remplacement est un fantasme, le grand remplacement est un fantasme…»

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine