brest

Trois individus soupçonnés d’appartenir à la « filière guyanaise » ont été condamnés pour trafic de cocaïne à Brest le 9 septembre. De quoi dégrader encore un peu plus l’image de la ville.

De Vannes à Brest, la drogue inonde la Bretagne

Si les habitants de certains quartiers de Vannes se sont récemment plaints de l’important trafic de drogue qui y est opéré, la préfecture morbihannaise n’est pas la seule ville bretonne concernée. Se démarquant ces dernières semaines par la guerre des gangs entre Pontanézen et Kerourien, Brest n’est pas non plus en reste en ce qui concerne la criminalité liée aux stupéfiants.

Le 9 septembre dernier, trois hommes ont ainsi été condamnés à de la prison ferme pour un trafic de cocaïne. L’affaire débute en septembre 2017 lorsque les gendarmes s’intéressent à un certain Eliakim Pierre, trentenaire originaire du Suriname. Lequel loge alors à Lampaul-Guimiliau. À partir de là, l’enquête fait état de nombreux rendez-vous et téléphones prépayés qui laissent fortement à croire que cet homme se livrait à la vente de stupéfiants.

L’individu poursuit son manège durant près de deux ans avant de créer une « synergie » à partir d’avril 2019 avec un autre malfaiteur, Hébron Dinan. Lequel sort alors tout juste de prison… Les affaires reprennent de plus belle depuis l’appartement brestois de l’ancien détenu et l’équipe va même s’agrandir une nouvelle fois : Quincy Cole, déjà condamné dix fois à Brest pour trafic, prend également part au commerce de cocaïne. La police procédera à l’interpellation des trois individus le 17 juin 2019. Ils passeront l’été en prison.

Cocaïne : la « filière guyanaise » de Brest ?

Au terme de leur procès, les condamnations sont tombées : 42 mois de prison ferme pour Eliakim Pierre (considéré comme le chef de file de la « filière guyanaise » de cocaïne), 18 mois pour Hébron Dinan, 24 mois de prison dont 6 avec sursis et mise à l’épreuve pour Quincy Cole. Eliakim Pierre était par ailleurs déjà poursuivi pour de multiples trafics de stupéfiants en Guyane.
Lors de l’opération du 17 juin qui verra la saisie de 55 g de cocaïne, ce seront initialement cinq personnes (dont deux femmes) soupçonnées d’être des trafiquants qui seront interpellées. Les enquêteurs indiquaient alors que, parmi elles, deux personnes étaient d’origine guyanaise, une de l’Ile Maurice, une d’Afrique du Sud et une de Bretagne.

Crédit photos : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. […] Les ravages de la drogue sont tels aujourd’hui que la question de savoir s’il faut « terroriser les réseaux de trafiquants de drogue » peut pourtant légitimement se poser. En France, on recense 900 000 consommateurs quotidiens de cannabis, 5 millions d’usagers dans l’année, mais aussi 2,1 millions de consommateurs de cocaïne (600 000 dans l’année), 1,9 million de consommateurs de MDMA (400 000 dans l’année) ou encore 500 000 consommateurs réguliers ou ponctuels d’héroïne. Les chiffres font froid dans le dos. »  : https://www.breizh-info.com/2019/09/11/126594/vannes-trafic-drogue-bretagne et https://www.breizh-info.com/2019/09/11/126722/brest-filiere-guyanaise-cocaine […]

Comments are closed.