Londres : un gang dépouille des passants en ciblant les Blancs

A LA UNE

À Londres, un gang de voleurs s’en est pris à un groupe de jeunes sportifs. En choisissant leurs victimes en fonction de leur couleur de peau.

Londres : les Noirs épargnés, les Blancs attaqués

Qu’il est loin le temps du Swinging London. Londres, jadis capitale de la pop culture et de la mode en Europe, a désormais des allures de capitale du crime. Et quand il ne s’agit pas d’attaques au couteau ou à l’acide, ce sont les agressions ciblant clairement les Blancs qui sont à déplorer. Des faits sur lesquels la presse britannique est bien peu diserte.

La dernière en date a eu lieu le 17 septembre au soir dans le parc de Finsbury. Un gang de 16 individus s’en est alors pris à un groupe de six jeunes sportifs âgés de 17 à 22 ans qui regagnaient leur domicile.

Selon le récit d’Adrian Klemens, entraîneur à la Dynamic Sports Academy, les athlètes se sont aperçus qu’ils étaient suivis par une personne à vélo. Il s’avérera par la suite que le cycliste en question était un membre de la bande d’assaillants envoyé en repérage. Ces derniers, armés de couteaux, vont alors encercler les six victimes. Mais seuls les trois Blancs vont être menacés, les agresseurs disant aux trois Noirs du groupe : « Vous êtes bons ».

Menaces de mort pour un téléphone

Avec ces voleurs prenant en compte le critère anti-Blanc dans le choix de leurs cibles, les trois Blancs étaient donc forcés de leur donner leur téléphone sous peine de perdre la vie : « Donnez-moi votre téléphone ou je vous poignarde ! », dira un voyou à l’une des victimes. Menaçant une nouvelle fois de mort un des Blancs qui ne parvenait pas à déverrouiller son mobile avec le code. Celui-ci parviendra à s’échapper de justesse en courant tandis que ses deux amis se verront délester de leur téléphone.

Dans ce parc londonien, aux dires d’Adrian Klemens, les forces de l’ordre sont très peu présentes tandis que la réputation du quartier n’est guère reluisante en matière de sécurité : « Je dirige cette école de sport depuis 13 ans et je n’ai jamais vu la police ».

Quant aux profils des suspects, aucune information n’a été diffusée à leur sujet malgré la connotation raciste anti-Blanc de leurs propos. Étonnant non ?

Fisbury Park : le précédent Kasim Lewis

Cette absence de présence policière est d’autant plus édifiante que Finsbury Park a déjà été le théâtre d’un meurtre le 24 décembre 2017. Un agresseur sexuel du nom de Kasim Lewis y avait tué une barmaid de 22 ans alors qu’elle rentrait chez elle à pieds.

Le corps mutilé de Iuliana Tudos (d’origine moldave) fut retrouvé quelques jours plus tard dans le parc. Au cours de l’agression, Kasim Lewis en avait profité pour dérober la carte bancaire de sa victime et retirera de l’argent avec par la suite.

Londres
Kasim Lewis. Source : BBC.com

En définitive, l’affaire de cette agression sur l’équipe de jeunes sportifs vient alourdir encore un peu plus le bilan du maire Sadiq Khan en matière de sécurité. Sans que jamais la question des problèmes causées par l’immigration extra-européenne en Angleterre ne soit posée.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tyrannie sanitaire en Loire-Atlantique : malgré le Pass sanitaire, le port du masque à nouveau obligatoire dans les bars et restaurants de 68 communes

Puisqu'on vous dit que le Pass sanitaire est avant tout un outil de contrôle des populations et qu'il ne...

Tyrannie sanitaire. « Non à l’état d’urgence sans fin ». De nouvelles manifestations le 30 octobre notamment à Saint-Brieuc et à Vannes

De nouvelles manifestations sont prévues, contre la tyrannie sanitaire, le 30 octobre notamment à Saint-Brieuc et à Vannes, mais...

Articles liés