Nantes : le squat de la « maison du peuple » menacé d’expulsion

A LA UNE

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Installée le 2 juillet par l’extrême gauche dans l’ancien entrepôt et laboratoire d’un traiteur, 15 rue Jules Ferry à Nantes (entre mairie de Doulon et boulevard de Doulon), la « maison du peuple » est sous le coup d’un arrêté d’expulsion, au grand soulagement des riverains. Problème : outre les militants d’extrême gauche, elle abrite aussi des migrants en situation irrégulière, principalement des femmes et des enfants.

Ce bâtiment sans douche a d’abord abrité une quinzaine de sans-abris et les activités d’une centaine de militants d’extrême gauche, bien implantés dans le quartier Doulon, surtout à Dalby et autour de la Moutonnerie. Peu de rapport avec les « Gilets jaunes » qu’ils sont censés représenter : pour entrer dans la Maison du peuple, il faut appartenir à ce certain peuple qui fait partie des milieux et des collectifs d’ultra-gauche, militants ou pro-migrants.

Depuis, avec la complicité des collectifs de soutien aux migrants, des femmes et des enfants migrants ont été installés dans la Maison du peuple, au grand dam des riverains. « Le bâtiment est certes grand [1 200 m²] mais insalubre, amianté et bourré de polystyrène. Quand ça brûle, ça dégage des gaz nocifs », explique un voisin. « Ce bâtiment ne convient pas du tout pour l’hébergement, et c’est même une sorte de bombe à retardement pour le quartier s’il venait à brûler à cause de branchements défectueux ou d’une bouteille de gaz mal branchée ».

Le 3 octobre, l’expulsion de la Maison du peuple a été ordonnée par le juge, avec un délai de 48 heures pour quitter les lieux, dont le propriétaire a toujours refusé l’occupation, engageant une procédure d’expulsion dès que possible. Les militants ne se sont pas exécutés et se maintiennent dans le squat.

« Même si l’expulsion est prononcé, celle ci ne se déroulera pas immédiatement car cela prend du temps à mettre en œuvre et qu’elle ne peut être faite qu’a la demande du propriétaire, qui a ce jour ne l’a pas encore faite. Si celle ci est faite rapidement cela prouvera encore une fois que l’État à travers le préfet et sa chaîne de commandement (directeur de la sécurité publique et le commissaire divisionnaire de Nantes) se fiche de la condition humaine [sic] », écrivent les squatteurs dans le compte-rendu de l’AG du 4 octobre. Néanmoins, ils se préparent à l’inéluctable : « dans cette optique […] nous allons rencontrer le propriétaire dès ce lundi [7 octobre] afin de négocier un délai pour préparer le déménagement [sic] ».

Par ailleurs, ces derniers jours, un squat a été expulsé au sud-est de Nantes, à Basse-Goulaine. L’installation électrique bricolée d’une maison squattée à Bellevue, à l’ouest de la ZAD de Notre-Dame des Landes, a mis le feu à un matelas ce 2 octobre vers 21 heures, blessant légèrement un homme qui a tenté d’éteindre l’incendie.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Le chantage au vaccin sur les enfants – JT de TVLibertés du mercredi 28 juillet 2021 [Vidéo]

À la une de ce journal du 28 juillet de TVLibertés, les collégiens et lycéens non vaccinés seront renvoyés...

Tyrannie sanitaire. Professeur Raoult sur les vaccins et le Covid-19. Évolution de l’épidémie et Harcèlement

Tyrannie sanitaire. Professeur Raoult sur les vaccins et le Covid-19. Évolution de l'épidémie et Harcèlement https://www.youtube.com/watch?v=eUFLWj6qw2A Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021,...

Articles liés

FC Nantes – FC Lorient : le résumé de la rencontre (0-1)

Ce mercredi, le FC Nantes affrontait le FC Lorient, au Stade Moreau-Defarges de La Baule pour le cinquième match amical des hommes d'Antoine Kombouaré....

Royaume-Uni. Des centaines de clandestins ont traversé la Manche depuis la France ces derniers jours

En ce mois de juillet, les traversées de la Manche par des migrants clandestins vers le Royaume-Uni depuis la France ne connaissent pas de...

Nantes : affaire Steve Maia Caniço – mise en examen du commissaire Chassaing

Il aura fallut deux ans d'enquête pour aboutir à une première mise en examen pour homicide involontaire dans l'affaire du décès de Steve Maia...

Nantes. Quelques conseils pour trouver un logement avec un budget étudiant

Plus de 50 000 étudiants de tout horizon viennent chaque année étudier à Nantes, ce qui en fait la 5e ville universitaire de France. Plus...