aid_el_kebir

Pour avoir rédigé en 2016 un communiqué de presse imputant à tort à une association musulmane l’organisation d’un sacrifice au gymnase Fogel de Saint-Nazaire, Jean-Claude Blanchard, conseiller municipal et conseiller régional, était depuis poursuivi en justice par cette même association. Le grief des plaignants était que monsieur Blanchard, en évoquant un sacrifice, ait accusé non des particuliers, mais une religion.

Jean-Claude Blanchard avait été condamné en correctionnelle et en appel pour diffamation publique à caractère raciste. La Cour de cassation a cassé le jugement en appel donnant ainsi raison à monsieur Blanchard.

En effet, l’élu s’est ému d’une pratique – le sacrifice de l’Aïd el-Kébir – malgré son erreur d’appréciation manifeste sur le lieu du sacrifice. Il n’a pas voulu viser « la communauté musulmane dans son ensemble ou un groupe de personnes à raison de son appartenance à la religion musulmane ». C’est ce que vient de déterminer hier la Cour de cassation.

Le Rassemblement national (RN) de la Loire-Atlantique a publié un communiqué dans lequel il « se félicite de ce jugement ». « Il tranche en effet définitivement un litige vieux de trois ans, enclenché en dépit de la mauvaise foi de l’association plaignante, associée – on ne sait pourquoi, si ce n’est pour des raisons financières – à la Ligue des droits de l’homme et du citoyen et au Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples. Au reste, le RN demeure dans le vrai concernant sa dénonciation de l’époque de l’abattage rituel musulman en général et de l’Aïd en particulier, estimant que, tant pour des raisons sanitaires, de bien-être animal, et culturelles, cette manière de faire n’est pas la nôtre. »

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine