Morlaix. Skoazell Vreizh à nouveau au chevet de la famille d’un petit Fañch

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Décidément, la République française a du mal avec les prénoms Bretons, et particulièrement avec Fañch. Un deuxième petit Fañch est né à Morlaix le 18 novembre 2019, ce qui a entrainé une décision du procureur de la République de Brest de refuser l’enregistrement à l’état civil du n avec le tilde.

La famille vient de décider d’entamer une procédure judiciaire, soutenue par Skoazell vreizh, association de défense des militants pour la Bretagne et les Bretons.

L’association, par la plume de Charlie Grall, vient d’ailleurs de sortir un communiqué dans lequel la démarche est expliquée :

Plus de deux ans après la première affaire Fañch à Quimper, une nouvelle famille bretonne vient de se voir refuser le droit d’écrire correctement en breton le prénom qu’elle désire pour son petit garçon. Après avoir pris contact avec Skoazell Vreizh, cette famille vient de prendre la décision d’entamer une procédure judiciaire pour obtenir, comme le petit Fañch Bernard de Rosporden, le droit d’inscrire le tilde sur le n de Fañch, la justice, au final, ayant tranché favorablement dans ce premier cas. Pour cette nouvelle démarche judiciaire, la famille des environs de Morlaix sera représentée et défendue par Maître Jean-René Kerloc’h, de Nantes, Ce mardi, il a pris contact avec le tribunal de Brest. Les parents du petit Fañch, né à Morlaix le 18 novembre 2019, ont fait le choix personnel de ne pas s’exposer médiatiquement et donc de ne pas communiquer directement. Nous respectons ce choix et espérons que chacun en fera de même. Leur avocat et Skoazell Vreizh seront bien entendu à leurs côtés.

Pour Skoazell Vreizh, cette nécessité d’entamer une nouvelle procédure est marquée du sceau de l’amertume et de l’échec. Car c’est tout de même un échec que les interventions diverses (associations culturelles, Conseil culturel de Bretagne, maires, sénateur, municipalités, département…) et encore ces derniers jours le président du Conseil régional de Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, ne sont pas parvenus à convaincre la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, de la nécessité de faire modifier la circulaire ministérielle du 23 juillet 2014.

Mais dans ce dossier où le bon sens devrait prévaloir, le camouflet le plus blessant est sans doute celui infligé par Nicole Belloubet aux 14 députés macronistes de Bretagne dont l’actuel président de l’assemblée nationale, Richard Ferrand. Le 22 septembre 2017 dans une lettre collective à la ministre et en se réclamant bien de la « majorité présidentielle » ils écrivaient : « Nous vous demandons de bien vouloir modifier cette circulaire afin que les graphies des prénoms en langues régionales puissent être autorisées quand bien même elles utiliseraient des signes diacritiques particuliers. »

Deux ans après cette demande, la ministre n’a pas changé d’une virgule la circulaire ministérielle qui interdit l’usage du tilde à l’état civil ! L’échec est patent. L’humiliation pour tous aussi ! En attendant, une nouvelle famille est dans l’incertitude et doit avoir recours à la justice pour tenter d’orthographier correctement en breton le prénom de son choix !

Skoazell Vreizh, qui fête cette année ses 50 ans, remplira sa mission de solidarité avec l’espoir que le jour viendra où cesseront ces humiliations et que les efforts conjugués des uns et des autres feront tomber le mur honteux du jacobinisme.

Les principes d’écriture des prénoms admis par l’administration sont définis par la circulaire ministérielle du 23 juillet 2014. Pourtant, la décision de justice d’autoriser l’usage du n tilde pour le premier petit Fañch, aurait dû amener les choses à évoluer mais la circulaire n’a toujours pas été changée ; l’usage du n tilde est donc toujours officiellement interdit. Un peu de pression comme les Bretons savent la mettre, et tout cela devrait évoluer, rapidement !

Crédit photo : DR 
[cc] Breizh-info.com, 2019, 
dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

Langues régionales. Le Sénat adopte une proposition de loi sans envergure

La proposition de loi sur la « Protection patrimoniale et promotion des langues régionales » portée par le député breton Paul Molac a été...

Guingamp. Le prénom Fañch une nouvelle fois contesté par l’administration

Un couple ayant donné naissance à un petit Fañch à Guingamp s'est vu supprimé le tilde sur le prénom de leur fils. La troisième...

Rennes. Victoire pour le petit Fañch et son tilde

Ce lundi 19 novembre, la cour d'appel de Rennes a rendu sa décision concernant le prénom Fañch. Et selon la cour, « le prénom Fañch peut être...

Derc’hen, le prénom breton refusé par l’État français

Les prénoms bretons ne sont toujours pas les bienvenus auprès de l’état civil français. Un couple de jeunes parents en a fait l’expérience à...