Brest. Les Insoumis préparent « un grand ménage de printemps »

A LA UNE

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

C’est certainement à Brest que la campagne pour les élections municipales apparaît la plus novatrice en Bretagne. Ainsi le tirage au sort qui nous rappelle la Grèce antique.

À Athènes déjà…

Dès l’année dernière, on nous annonçait la constitution d’une « liste 100% citoyenne pour les prochaines élections municipales à Brest ». Ce projet se situant « en dehors des partis et de la politique politicarde » (Le Télégramme, Brest, samedi 29 juin 2019). Sa constitution est en cours et d’une manière originale. En effet, une moitié (27 candidats) est constituée par des volontaires directs et de l’autre moitié (28 candidats) par tirage au sort dans la population, à partir de la liste officielle des 83 000 électeurs brestois. Reste à obtenir l’accord des « chanceux » que le sort aura désigné ; cela se fait soit par coup de téléphone au domicile, soit par visite à domicile. Compte tenu des refus attendus, on a donc tiré au sort 200 noms. Les positions de la 55ème à la première, seront également tirées au sort, en respectant la parité et l’alternance. « Les élus, s’ils existent, serviront de courroie de transmission après des décisions prises dans le cadre de commissions composées de la même manière » (Le Télégramme, Brest, samedi 25 janvier 2020).

Nihil novis sub sole. « Le tirage au sort – soit parmi des volontaires, soit parmi tous les citoyens – afin de pourvoir aux fonctions politiques ou judiciaires est aussi ancien que la démocratie. À Athènes, au IVème siècle avant Jésus-Christ, les titulaires de la très grande majorité des magistratures publiques étaient ainsi désignés (…) Seuls étaient élus par l’assemblée du peuple les titulaires des charges réclamant une expérience et une compétence éminentes, tels les chefs de l’armée. » (Le Figaro, 21 – 22 septembre 2019).

« Les acteurs médiocres d’une comédie déjà jouée bien des fois »

Autre originalité de la vie politique brestoise : le parler dru ; on ne tourne pas autour du pot. C’est ce qui permet à Pierre-Yves Cadalen (LFI) de dire leurs quatre vérités à Marc Coatanéa (LREM), Ronan Pichon (EELV) et François Cuillandre (PS) « D’accord sur tout depuis des années, ils s’inventent des désaccords pour les élections. Ils sont les acteurs médiocres d’une comédie déjà jouée bien des fois. Nous mettrons fin à ce boulevard de très mauvaise qualité », annonce le « lider maximo brestois » en promettant « un grand ménage de printemps ». Si Cadalen et sa liste (« Brest à venir ») gagnaient ces élections municipales, ce serait la fin du cumul des fonctions de maire et de président de la Métropole, dont les indemnités seraient plafonnées «  à pas plus de trois fois le salaire de l’agent le moins bien payé de la collectivité » (Le Télégramme, Brest, vendredi 17 janvier 2020).

Même François Cuillandre (PS), le maire sortant, a des idées révolutionnaires. Ainsi il poursuivra «  la mise en place du bilinguisme, avec l’ouvertue d’une école bilingue par quartier, le recrutement d’Atsem bilingues, et la systématisation de la signalisation bilingue » (Le Télégramme, Brest, mercredi 29 janvier 2020). Évidemment, il oublie de préciser si dans les « quartiers », nous aurons affaire à un bilinguisme français – arabe ou bien français – breton.

Bernard Morvan

Crédit photo :DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Châteaulin (29. La bibliothèque brade ses livres sur le marché entre juin et septembre

Vous voulez acquérir des livres sympas en vue de vos vacances ou pour plus tard ? Foncez à Châteaulin...

Tyrannie sanitaire et républicaine. Le Préfet des Côtes d’Armor interdit les écrans en terrasses des cafés et des restaurants

La République française tyrannique poursuit son travail de sape. Le Préfet des Côtes d'Armor a décidé, sans la moindre...

Articles liés

Brest. Incroyable : le commissariat fermé la nuit faute d’effectifs !

À Brest, le commissariat de la ville a été contraint de fermer dans la nuit du 31 août au 1er septembre. Une première résultant...

Brest. La droite ne parvient pas à inquiéter François Cuillandre

À Brest, la voie semble une nouvelle fois libre pour une réélection du maire socialiste sortant François Cuillandre. Le point sur une soirée qui...

Brest : François Cuillandre (PS) pourra-t-il solliciter un quatrième mandat ?

François Cuiillandre, maire (PS) de Brest, va-t-il se représenter pour un quatrième mandat ? La question se pose après sa mise en examen dans...

Brest. Des migrants extra-européens se battent au couteau en centre-ville

« En mai, fais ce qu'il te plaît », dit l'adage. À Brest, l'insécurité liée à l'immigration extra-européenne a visiblement choisi de faire parler...