Ne prélever l’impôt sur les sociétés que sur les bénéfices distribués aux actionnaires sauverait-il les entreprises en difficulté ?

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Christophe Machard dirige une PME dans le secteur des travaux publics. La situation, née de la pandémie du coronavirus, l’inquiète pour l’avenir des entreprises. Dans une déclaration, il l’exprime ainsi :

« Jamais je n’ai été aussi inquiet : faute de trésorerie, des dizaines de milliers d’entreprises risquent de mettre la clé sous la porte... »

L’action du gouvernement ne le convainc pas

Mais il n’est pas convaincu par l’action du gouvernement en raison d’instructions contradictoires et inadaptées à partir de sa propre expérience :

« Je ne prends qu’un exemple, que je connais bien : le cas des chantiers de travaux publics. On nous a d’abord dit que, puisque nous ne pouvions pas télétravailler, nous devions mettre nos salariés au chômage partiel. Quelques jours plus tard, la ministre du Travail nous accuse de manquer de civisme et exige que nous reprenions les chantiers abandonnés. Moi, je veux bien. Mais d’abord, pour rouvrir un chantier, les entreprises ont besoin de clients et de fournisseurs : les uns et les autres manquent. Et, surtout, à supposer que l’on puisse rouvrir un chantier, comment le chef d’entreprise peut-il prendre la responsabilité de mettre en péril la santé de ses salariés ? […]. »

Sur le plan financier, il propose une réforme de l’impôt sur les sociétés

Il trouve que les mesures financières annoncées par le gouvernement ne suffisent pas :

« Ce qui me paraît le plus étrange, ce sont les annonces de prêt et de délai de paiement accordés aux entreprises pour les aider  à franchir cette passe… En soi cela me semble évidemment excellent. »

Mais, il propose une autre disposition qu’il pense mieux adaptée et plus économique :

« Si l’État voulait vraiment nous aider, il serait beaucoup moins coûteux et beaucoup plus efficace d’adopter une mesure, que je réclame depuis longtemps en criant dans le désert : il suffirait que l’impôt sur les sociétés (IS) ne frappe que les bénéfices sortis de l’entreprise. »

Il justifie sa proposition ainsi :

« Tous les bénéfices conservés dans l’entreprise, soit pour renforcer les fonds propres ou la trésorerie, soit pour préparer les investissements ou embauches à venir, devraient être défiscalisés. Taxer au bilan des bénéfices laissés dans l’entreprise, revient à taxer un bien social ! Cela pénalise autant l’actionnaire que les salariés mis en difficultés par la fragilité de l’entreprise trop souvent causée par un manque de trésorerie… ».

S’il est vrai que  le manque de trésorerie, donc souvent de fonds propres, fait chuter nombre d’entreprises, cette mesure n’aiderait que celles qui font des bénéfices taxables à l’IS. En outre, elle ne porterait pleinement ses fruits que dans la durée.

Dans l’immédiat, elle aurait un double impact :

  • financier en incitant les entreprises à ne pas distribuer de dividendes en 2020 sur les bénéfices réalisés dans l’exercice 2019 qui, mis en réserve, améliorerait leur trésorerie ;
  • psychologique en montrant que les actionnaires participent aussi à la sauvegarde des sociétés en se privant du revenu de leurs actions.

Jean Theme

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

L’envers des affaires : Karl Zéro balance tout sur Alègre, Fourniret et les réseaux pédocriminels…

Le journaliste Karl Zéro lance un magazine trimestriel d'enquêtes au long cours qui nous plonge dans l’Envers des affaires....

Super Thursday. On vote ce jeudi en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles lors d’élections cruciales

Le Royaume-Uni vote ce jeudi 6 mai. Tout le Royaume-Uni ? Non, car l'Irlande du Nord ne participe pas...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Impact économique du Covid-19 : faut-il craindre de futures hausses d’impôts ?

Après deux mois d'un confinement très strict, la crise sanitaire en France disparaît peu à peu... et laisse la place à une crise économique...

Le premier impôt Coronavirus est arrivé

Pour éponger les frais déboursés dans le cadre de la crise du coronavirus, le gouvernement français prévoit de prolonger la contribution au remboursement de...

Déclaration d’impôt sur les revenus. Ouverture le 20 avril 2020

En raison de la crise sanitaire du Covid-19, la date de déclaration d'impôts est reportée. Les nouvelles dates limites pour rendre sa déclaration des revenus de...

Attention aux arnaques aux faux courriels des finances publiques

Attention aux arnaques aux faux courriels des finances publiques ! Des courriels, SMS et appels téléphoniques frauduleux usurpant l'identité de l'administration et de ses...