Vieillissement. Sur la piste d’un processus pour faire reculer l’âge biologique ?

A LA UNE

Laurent Ryder : « La France compte plus de dix millions de joueurs et joueuses qui s’adonnent aux jeux vidéo »

E-sport, deviens le maître du jeu. Tel est le titre du livre de Laurent Ryder, aux éditions Dragon D'oc,...

Thierry Lentz : « Nous faisons tous du Napoléon sans le savoir » [Interview]

Thierry Lentz est le directeur de la Fondation Napoléon et enseignant à l’Institut catholique de Vendée. Il s'agit d'un...

Jean-Paul Gourévitch : « L’avenir de l’Union européenne ne se fera pas sans les Africains ni contre eux » [Interview]

La présence française en Afrique fait partie des tabous de l’Histoire. Depuis les indépendances, aucun pays d’Afrique francophone subsaharienne...

Julien Rochedy : « Lire Nietzsche est très intéressant au moment où l’Europe est en danger de mort » [Interview]

Julien Rochedy se présente comme « un retraité de la politique, jeune essayiste, combattant pour le futur et l’identité...

Anarchisme. En un an, la Bretagne est devenue un bastion de l’Union communiste libertaire

Un peu plus d’un an après son congrès fondateur du 10 juin 2019, l’Union communiste libertaire dresse un bilan...

Une étude menée par une équipe de scientifiques aux États-Unis laisse entrevoir la possibilité de retarder l’âge biologique chez l’humain. Explications.

Une hormone de croissance pour faire reculer l’âge épigénétique

Fascinante découverte que celle réalisée par le professeur de biostatistique à l’université de Californie de Los Angeles (États-Unis) Steve Hovarth et son équipe. Ces chercheurs ont ainsi testé une hormone de croissance de synthèse (hrGH) sur neuf hommes âgés de 51 à 65 ans durant un an. Cette hormone a pour propriété de stimuler le thymus. Celui-ci est un organe du système immunitaire s’atrophiant avec l’âge.

Dans le même temps, l’équipe a administré de la DHEA (une autre hormone) et de la metformine aux volontaires afin d’éviter la hausse de la glycémie due engendrée par le traitement.

Pour déterminer l’âge épigénétique des neuf individus, les scientifiques ont réalisé des prélèvements sanguins avant et après le traitement. Les résultats sont surprenants : les volontaires ont vu leur âge épigénétique reculé d’une année et demie à l’issue des douze mois de prise d’hormone de croissance de synthèse !

Que faut-il entendre par « épigénétique » ? Le terme désigne « les éléments ajoutés par-dessus la génétique ». Les mécanismes épigénétiques vont ainsi permettre au génome de moduler son fonctionnement, sans modifier l’information contenue dans les gènes eux-mêmes. L’épigénétique est une sorte de « mémoire de l’activité des gènes » et se fonde sur des « marques épigénétiques », comme la méthylation de l’ADN.

Des tests concluants sur des souris

En 2013 déjà, le même Steve Horvath parvenait à démontrer qu’à partir de 353 sites de méthylation, un algorithme pouvait déterminer l’âge biologique des cellules. C’est cet algorithme qui a permis d’évaluer l’âge épigénétique des neuf volontaires à l’issue des douze mois de traitement. Et de constater que leur âge épigénétique avait reculé de un an et demi.

Analysant ces résultats, Steve Horvath a déclaré que « cela suggère fortement que leur risque de mortalité a diminué, sans pouvoir donner une estimation précise de l’augmentation de leur durée de vie. »

Toutefois, compte tenu du faible effectif de cette première série de tests et de l’absence de groupe témoin, un nouvel essai a été lancé sur 50 personnes avec un groupe de contrôle.

Enfin, si les résultats de ce traitement sur l’homme doivent encore nécessiter davantage de travaux pour être confirmés, ce recul de l’âge épigénétique a pu être observé chez les animaux, et plus précisément chez les souris. Le laboratoire de l’Institut d’études biologiques Salk, à La Jolla (États-Unis) a réussi à faire rajeunir des rongeurs atteints d’un syndrome engendrant le vieillissement et la mort prématurés (syndrome de Hutchinson-Gilford) en effaçant les méthylations liées à l’âge des souris. Ainsi, ces dernières ont vu leur durée de vie rallongée de 30 % tandis que les scientifiques américains leur ont fait produire par intermittence des facteurs protéiques faisant revenir les cellules à leur état embryonnaire. Prometteur !

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Les derniers articles

Une patiente du Dr. Raoult témoigne : « La prise en charge de l’IHU Méditerranée est exceptionnelle »

Une patiente du Dr. Raoult témoigne : « La prise en charge de l'IHU Méditerranée est exceptionnelle » Crédit photo...

Le CHU de Rennes veut un hélicoptère toute l’année

Les CHU de Rennes et Caen sont les seuls en France à ne pas avoir d'hélicoptère toute l'année. Un...

Délit d’opinion. Le dissident politique Hervé Ryssen incarcéré à Fleury-Merogis

La répression politique en France vis à vis des dissidents devient féroce. Pendant que la presse mainstream s'occupe de ce qu'il se passe en Biélorussie,...

« L’apothéose de la danse » à propos de Beethoven…

C’est ainsi que la nommait Wagner, un artiste qui ne se recommandait pas de la Révolution. « L’apothéose de la danse », c’était la...

Le grand naufrage des médias mainstream occidentaux

Le 18 juin 2020, le « Reuters Institute Digital News » a publié son rapport annuel. En janvier et février 2020, avant la pandémie,...

Concertos de Brahms pour piano : l’interprétation magistrale du pianiste Philippe Bianconi

Les deux Concertos de Brahms pour le piano sont à la fois les plus redoutables et les plus originaux du répertoire. Né à Hambourg,...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -