Netflix, Soros, #Blacklivesmatter… les mondialistes contre les peuples

A LA UNE

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

« Contre le racisme, une vague de manifestations a traversé l’Europe » titrait lundi matin l’AFP.

Un titre pour faire croire aux lecteurs à des manifestations d’ampleur alors qu’en réalité, ce sont quelques milliers de personnes qui ont manifesté derrière le mouvement #blacklivesmatter, en soutien à George Floyd, contre le racisme, les violences policières, et toute une série de prétextes qui ont entraîné des violences, des pillages, des attaques contre des Blancs ou contre des symboles de l’histoire de l’Europe, et des discours hallucinants de haine vis-à-vis de l’homme blanc, vis-à-vis de l’Européen.

Parallèlement, pendant trois mois, on a imposé un confinement total à la population, alors qu’en France, on a mandaté les forces de l’ordre pour coller des amendes à des joggers courant en campagne, tout en laissant des manifestations interdites réunissant des citoyens agglutinés, se dérouler tout ce samedi.

De l’art de prendre les gens pour des c… (et ça marche, puisque ces manifestations, même ultra minoritaires au regard de la population française, ont débouché hier sur des mesures concernant « la déontologie dans la police » – et ne pas négliger qu’elles amènent aussi tout un nouveau lot de lois portant atteintes à la liberté d’expression, au droit de critiquer l’immigration, ou de débattre de notre Histoire…)

#Blacklivesmatter : des réseaux bien structurés à la manœuvre

Derrière cette agitation, qui n’a rien de spontané, des réseaux puissants et bien structurés sont à la manœuvre.

« Suivez l’argent et je soupçonne que vous allez trouver la Fondation Open Society et les empreintes digitales de George Soros », a déclaré le militant républicain Niger Innis la semaine dernière, en référence à la fondation de celui-ci qui octroie des subventions. « Cet homme aurait dû être expulsé il y a plusieurs décennies. Il est la destruction de notre civilisation et un danger clair et présent pour notre pays ».

Qui pourrait lui donner tort, eu égard à toutes les ONG, à tous les groupes activistes qui s’acharnent contre la civilisation européenne et contre l’homme blanc, que l’on retrouve financés par le milliardaire dont Pierre-Antoine Plaquevent a parfaitement analysé la stratégie ?

Il n’y a pas que Georges Soros et ses milliards distribués (voyez comment il tente de déstabiliser les pays d’Europe centrale et notamment la Hongrie, voyez comment sa fondation finance la nouvelle traite internationale en provenance d’Afrique via les ONG et les passeurs de clandestins…).

Il y a dans cette affaire une convergence d’intérêts économiques, de naïveté aussi. Mais aussi les fruits récoltés d’un lavage de cerveaux intensif pratiqué grâce à la télévision notamment.

Uber, société qui emploie des immigrés clandestins sous-payés, se fait ainsi passer via Uber Eats pour une société qui défend les Noirs. Un peu comme si on voulait faire passer les gérant des champs de coton dans le passé comme étant des bienfaiteurs de la communauté noire américaine…

Ou encore Netflix qui, depuis son lancement mais surtout depuis sa diffusion de par le monde, n’a de cesse de proposer des programmes dits « inclusive ».

Que vous soyez un Brésilien, un Japonais, ou un Français, en payant un abonnement à la firme américaine, vous serez assailli de séries et de films qui vont vous faire la promotion de la société multiculturelle, de toutes les minorités (LGBT notamment) tout en diffusant massivement des reportages et des films évoquant le racisme dont seraient victimes les Noirs (Dear White People), aux États-Unis, mais aussi en Europe.

Additionnez à cela pléthore de reportages sur la Seconde Guerre mondiale et les Nazis, et vous avez de quoi fabriquer, y compris au sein de la communauté blanche mondiale, une détestation de soi particulièrement nocive à notre époque… C’est d’ailleurs de Netflix que part l’influence grandissante des #blacklivesmatter, via le reportage du même nom, avant que le poison ne se diffuse d’abord à toute la société américaine puis, par mimétisme, en Europe.

Ajoutez tout cela à un système éducatif qui, aux USA comme en Europe de l’Ouest, est en cours d’effondrement et n’apprend plus aux enfants à raisonner que de manière binaire (le bien, le mal, plus de thèse-antithèse-synthèse, l’émotion, l’immédiateté sans le recul…), avec les milliards déversés en propagande par des multinationales qui sont parfois plus riches que nos États (et qui misent sur d’autres niches que les Blancs, minoritaires dans le monde, pour gagner de l’argent), vous avez déjà une explication du phénomène actuel.

MacDo, Netflix, Amazon, Google, Soros, États profonds et idiots utiles…

Ce que McDonald’s avait commencé à faire en détruisant physiquement et cérébralement les populations (mauvais sucre, mauvaises graisses, et uniformisation mondiale d’un mode de consommation), Netflix l’achève avec l’aide d’Amazon (l’enfant-roi qui veut avoir son livre livré dans l’heure ou qui ne supporte pas de devoir marcher jusqu’à la librairie pour l’acquérir), de Google et de ses robots qui dirigent les résultats des recherches que vous pouvez y faire, et des États qui, bien entendu, sont désormais totalement infiltrés par des agents payés d’une façon ou d’une autre par ces multinationales. Cela ne relève d’aucun complot, mais d’une lutte d’influence à mort.

Il faut à ses monstres un marché mondial, et donc une éradication maximale des différences, pour permettre une consommation illimitée (et donc des revenus illimités).

Dans cette guerre d’influence, dans ce jeu morbide, les petites Blanches de 16 ans qui ont eu la permission des parents pour aller manifester et qui portent des pancartes « Contre le racisme » aux côtés des nouveaux Martin Luther King (avec souvent un QI plus faible) ou Angela Davis ne sont que des idiots utiles.

Derrière, c’est Soros et sa clique qui payent, et ce sont McDonald’s, Google, Netflix, Amazon, et tous les autres qui empochent. Et les États infiltrés (avec ces fameux États profonds) qui gesticulent pour contenir les révoltes en leur sein en faisant des concessions aux uns et aux autres et en donnant l’illusion d’un jeu démocratique régulier via des élections (auxquelles les citoyens participent de moins en moins) n’ont plus les manettes.

On comprend dès lors que pour préserver ce qui s’apparente tout de même à une Mafia mondiale, il faille désigner aux yeux de nos peuples des ennemis, des épouvantails : la Hongrie, rare pays à résister à ce jeu morbide, la Russie, plus globalement le mâle blanc, mais aussi la Chine, quoique se frotter à une civilisation si puissante d’un milliard d’habitants, sans aucun complexe historique et racial, cela s’annonce tout de même plus compliqué…

Il n’y a aucun complot. Juste un consentement fabriqué massivement et mondialement par des intérêts convergents depuis des décennies. Une guerre à mort est désormais engagée dans le monde entier.

Pour le moment, les hommes libres sont loin d’être en majorité, et encore moins en position de force face à ces « esclaves heureux de la liberté » parfaitement décris par Javier Portella.

Mais ne jamais oublier l’imprévu dans l’Histoire, cet éternel recommencement…

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Irlande du Nord. Un accord sur la langue gaélique trouvé. Un nouveau Premier ministre va être désigné

Un accord sur la langue gaélique a été trouvé en Irlande du Nord, débloquant une situation qui se tendait,...

À quels risques s’expose Thomas Pesquet lors de sa sortie extra-véhiculaire ?

Pour la troisième fois de sa vie, Thomas Pesquet s'est élancé dans le vide spatial hier, 16 juin 2021....

Articles liés

Le Divertissement Fabrique T-il Des Idiots ?

Jeux vidéos, Mangas, Séries Netflix... Les divertissements ont envahi la vie de grand nombre d'Occidentaux jusqu'à en devenir l'activité principale. Dans le live, nous...

L’influence de l’Open society à la Cour européenne des droits de l’homme

Une idéologie dominante derrière la Cour européenne des droits de l'Homme ? Pour Gregor Puppinck avocat à la CEDH, de nombreux juges de cette...

Négrobsession. Disney+ et Star invitent à « célébrer les héros de la communauté noire »

On imagine le scandale si une chaine de télévision invitait à célébrer les héros de la communauté blanche. Mais quand il s'agit de négrophilie,...

Des origines du mondialisme à la Société ouverte de Soros

Bruno Gollnisch reçoit Pierre Hillard, docteur en sciences politiques, pour ses trois ouvrages sur le mondialisme, ainsi que Pierre-Antoine Plaquevent, dirigeant du think tank...