« Pour que vivent nos langues ». 100 Parlementaires soutiennent l’initiative en faveur des langues régionales

A LA UNE

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Le collectif « Pour Que Vivent Nos Langues », qui regroupe 100 élus et parlementaires, vient d’envoyer une lettre à l’attention du Président de la République, Emmanuel Macron, afin d’interpeller sur l’enseignement, la transmission, l’apprentissage des langues régionales en France. Retrouvez la lettre ci-dessous ainsi que la liste des signataires.

Monsieur le Président de la République,

Notre collectif représente les acteurs associatifs œuvrant pour la défense et le développement des langues territoriales en France, comprenant des acteurs du monde éducatif et culturel engagés dans la transmission de ces langues, dans tous les territoires concernés par cette pratique éducative : Alsace-Moselle, Bretagne, Catalogne, Corse, Flandre, Occitanie-Pays d’Oc, Pays Basque, Savoie.

Ce Collectif, constitué à la rentrée scolaire de septembre 2019, s’alarme des conséquences dévastatrices pour la place des langues régionales dans le système éducatif français induites par la réforme du lycée et du baccalauréat, menée par le Ministre de l’Éducation nationale, M. Jean-Michel Blanquer.

Nous avons manifesté le 30 novembre dernier avec un millier d’enseignants, élèves et parents d’élèves, responsables associatifs, acteurs culturels et politiques, pour dénoncer les effets «  linguicides  » de cette réforme  au mépris  de l’article 75-1 de notre constitution, au mépris de l’article 312-10 du code de l’éducation, au mépris des conventions internationales garantes des droits culturels et linguistiques, et en opposition avec vos propres engagements électoraux (que nous reprenons en annexe de ce courrier) ainsi qu’avec vos déclarations comme Président de la République, notamment celle du 21 juin 2018  : «  Les langues régionales jouent leur rôle dans l’enracinement qui fait la force des régions. Nous allons pérenniser leur développement ».

Une délégation avait certes été reçue ce jour-là par les collaborateurs du ministre, mais cette esquisse de dialogue n’a connu aucune suite. Pourtant, début janvier, nous avons écrit à Monsieur le Ministre pour préciser nos demandes dans le courrier ci-joint. Nous n’avons reçu aucune réponse, aucun contact n’a été établi par le ministère.

Par ailleurs, la proposition de loi N° 321 « relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion » a été débattue le 13 février, en présence du Ministre Jean-Michel Blanquer qui, au nom du gouvernement, a demandé et obtenu que soient rejetées en bloc toutes les mesures proposées pour améliorer la place des langues régionales dans le domaine éducatif, comme il l’avait déjà fait pendant la discussion de la loi pour une école de la confiance.  Enfin le « plan langues » qui est mis en œuvre oublie complètement les langues de France dont l’offre va encore régresser. Nous ne pouvons interpréter cette attitude de rejet systématique de toute mesure en faveur de nos langues autrement que comme une fin de non-recevoir de sa part, et un refus total de tout dialogue.

Aussi, face au déni de réalité des conséquences mortifères de la réforme du lycée et au refus systématique d’améliorer le statut de nos langues malgré vos engagements, c’est à vous que nous nous adressons aujourd’hui avec l’espoir d’être enfin entendus.

En effet, l’avenir de la diversité linguistique et culturelle qui existe encore en France ne relève pas seulement d’une approche éducative, même si l’Éducation doit jouer un rôle central dans la transmission des langues et cultures de notre pays. C’est tout un projet pour l’avenir de la France qui est ici en jeu.

La réalité de la diversité linguistique de la France ne reçoit pas une attention suffisante des institutions. La démarche éducative en faveur des langues régionales telle qu’elle a été lancée dans l’Éducation nationale et l’enseignement confessionnel depuis 1951, et dans l’enseignement par immersion dans le secteur associatif depuis les années 1970, ne peut suffire à elle seule à sauver nos langues d’une disparition à moyen terme. C’est pourtant ce dispositif modeste que la réforme Blanquer du lycée et le Plan Langues sont en train de faire disparaître, en même temps que tout espoir d’une relance de leur rayonnement.

Nous sommes atterrés par le discours de déni des conséquences mortifères de la réforme du lycée et du baccalauréat pour nos langues que répètent le Ministre et ses recteurs depuis son entrée en vigueur. Ils se cachent, pour nier ses effets massifs et destructeurs, derrière le paravent d’une soi-disant « filière d’excellence », nouvellement créée, une option d’un enseignement de spécialité (EDS) alors même que pour toute la France, cette « filière d’excellence » ne compte en tout et pour tout qu’une centaine d’inscrits pour toutes les langues régionales. De toute façon, nous ne voulons pas que l’école favorise une poignée de spécialistes, nous voulons un accès facilité pour tous les jeunes à la langue de leur territoire.

La réalité, c’est ce que nous craignions en début d’année scolaire, et ce que nous ne pouvons malheureusement que constater avec effroi aujourd’hui : l’effondrement des effectifs, comme la suppression et la précarisation des filières existantes dans de très nombreux établissements de l’enseignement public et de l’enseignement confessionnel. C’est en fait tout un « écosystème » qui est menacé de disparaître si des mesures réparatrices ne sont pas prises immédiatement.

Ces mesures, elles ont été proposées au Ministre de l’Éducation nationale depuis plus d’un an par les associations, par de nombreux élus et toutes les régions concernées. Malgré l’urgence d’une intervention corrective (avant que la prochaine rentrée scolaire ne vienne encore aggraver la situation), aucune des mesures proposées n’a été retenue, aucun amendement à la réforme n’a été annoncé.

Nous sommes aussi atterrés par les conséquences mortifères que va provoquer le Plan langues étrangères notamment par le «   tout anglais pour tous » et le bilinguisme précoce français anglais qu’il promeut aux dépens des langues de France y compris du Français qui risque à terme de se retrouver dans une situation diglossique préjudiciable que les autres langues de France connaissent bien.

Notre Collectif, maintenant que les mesures liées à la situation sanitaire sont progressivement levées, reprend sa mobilisation. Nous lancerons de nouvelles actions, et nous voulons faire en sorte que la question des langues et cultures régionales ait toute sa place dans les débats généraux sur notre modèle de société qu’il faudra urgemment engager dès que nous serons sortis de la crise actuelle.

Cependant, nous souhaitons très sincèrement qu’un dialogue s’instaure au plus tôt, et tel est l’objet de ce courrier que nous vous adressons. Nous espérons pouvoir rencontrer vos collaborateurs, et même vous sensibiliser directement à ce qui, répétons-le, représente un enjeu majeur pour la société française : l’avenir de sa diversité culturelle et linguistique.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Liste des signataires « Pour que vivent nos langues »

François Alfonsi, député européen

Paul Molac, député du Morbihan

Jean-Félix Acquaviva, député de Haute-Corse

Ramlati Ali, députée de Mayotte

Maurice Antiste, sénateur de la Martinique

Viviane Artigalas, sénatrice des Hautes-Pyrénées

Erwan Balanant, député du Finistère

Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres

Esther Benbassa, sénatrice écologiste de Paris

Thierry Benoît, député d’Ille-et-Vilaine

Claude Berit-Debat, sénateur de la Dordogne

Martine Berthet, sénatrice de la Savoie

Benoît Biteau, député européen

Anne Blanc, députée de l’Aveyron

Maryvonne Blondin, sénatrice du Finistère

Eric Bocquet, sénateur du Nord

Yannick Botrel, sénateur des Côtes d’Armor

Sylvain Brial, député de Wallis-et-Futuna

Max Brisson, sénateur des Pyrénées-Atlantiques

Moetai Brotherson, député de Polynésie Française

Vincent Bru, député des Pyrénées-Atlantiques

Michel Canevet, sénateur du Finistère

Damien Carême, député européen

Michel Castellani, député de Haute-Corse

Joseph Castelli, sénateur de Haute-Corse

Jacques Cattin, député du Haut-Rhin

Annie Chapelier, députée du Gard

Paul Christophe, député du Nord

Jean-Michel Clément, Sénateur de la Vienne

Paul-André Colombani, député de Corse-du-Sud

David Cormand, député européen

Yves Daniel, député de Loire-Atlantique

Ronan Dantec, sénateur de Loire-Atlantique

Jennifer De Temmerman, députée du Nord

Jean-Pierre Decool, sénateur du Nord

Gwendoline Delbos – Corfield, députée européenne

Karima Delli, députée européenne

Pierre Dharréville, député des Bouches-du-Rhône

Jeanine Dubié, députée des Hautes-Pyrénées

Nicole Dubré-Chirat, députée du Maine-et-Loire

Frédérique Dumas, députée des Hauts-de-Seine

Frédérique Espagnac, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques

Jean-Jacques Ferrara, député de Corse-du-Sud

Jean-Luc Fichet, sénateur du Finistère

Bruno Fuchs, député du Haut-Rhin

Laurent Furst, député du Bas-Rhin

Joëlle Garriaud-Maylam, sénatrice des Français établis hors de France

Françoise Gatel, sénatrice d’Ille-et-Vilaine

Claude Gruffat, député européen

Danièle Hérin, députée de l’Aude

Patrick Hetzel, député du Bas-Rhin

Philippe Huppé, député de l’Hérault

Yannick Jadot, député européen

Bruno Joncour, député des Côtes d’Armor

Sandrine Josso, députée de Loire-Atlantique

Régis Juanico, député de la Loire

Claude Kern, sénateur du Bas-Rhin

Jacques Krabal, député de l’Aisne

Joel Labbé, sénateur du Morbihan

François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône

Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantiques

Sandrine Le Feur, députée du Finistère

Marc Le Fur, député des Côtes d’Armor

Serge Letchimy, député de Martinique

David Lorion, député de la Réunion

Monique Lubin, sénatrice des Landes

Gilles Lurton, député d’Ille-et-Vilaine

Jacques Maire, député des Hauts-de-Seine

Graziella Melchior, députée du Finistère

Sophie Mette, députée de la Moselle

Jean-Marie Mizzon, sénateur de la Moselle

Bertrand Pancher, député de la Meuse

Jean-Jacques Panunzi, député de Corse-du-Sud

Philippe Paul, sénateur du Finistère

Sylvia Pinel, députée de Tarn-et-Garonne

François Pupponi, député du Val d’Oise

Angèle Préville, sénatrice du Lot

André Reichardt, sénateur du Bas-Rhin

Frédéric Reiss, député du Bas-Rhin

Michèle Rivasi, députée européenne

Mireille Robert, députée de l’Aude

Sylvie Robert, sénatrice d’Ille-et-Vilaine

Caroline Roose, députée européenne

Claudia Rouaux, députée d’Ille-et-Vilaine

Martial Saddier, député de Haute-Savoie

Maïna Sage, députée de Polynésie française

Denise Saint-Pé, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques

Mounir Satouri, député européen

Hervé Saulignac, député de l’Ardèche

Raphael Schellenberger, député du Haut-Rhin

Jean-Bernard Sempastous, député des Hautes-Pyrénées

Gabriel Serville, député de Guyane

Jean Sol, sénateur des Pyrénées-Orientales

Eric Straumann, député de Haut-Rhin

Simon Sutour, sénateur du Gard

Marie Toussaint, députée européenne

Boris Vallaud, député des Landes

Arnaud Viala, député de l’Aveyron

Salima Yenbou, députée européenne

Jean-Marc Zulesi, député des Bouches-du-Rhône

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Meurtre d’Éric Masson, policier tué par balle à Avignon : le tireur présumé Ilyes Akoudad et son complice Ayoub Abdi, mis en examen et...

Ilyes Akoudad, 19 ans, a été mis en examen et écroué pour le meurtre d’Eric Masson et tentative de...

Cyclisme. Joe Dombrowski remporte la 4ème étape du Giro, en solitaire

On pensait l'étape promise à quelques têtes d'affiche, il n'en a rien été. La quatrième étape du Tour d’Italie...

Articles liés

Anvioù nevez evit Norvej

Div langach a zo ofisiel e Norvej : ar bokmål hag an nynorsk. N'eo ket div yezh disheñvel, daou standard eus an hevelep yezh ne...

Paul Molac dénonce l’initiative de Jean-Michel Blanquer sur le recours au conseil constitutionnel

A quoi joue le gouvernement ? A l'occasion des Questions au Gouvernement du 4 mai 2021, le député Paul Molac a interpellé le ministre de...

Loi Molac et langues régionales. La liste des signataires du recours devant le Conseil Constitutionnel

Le 8 avril 2021, une majorité de députés du Parlement français adoptaient une proposition de loi relative à la « protection » et la « promotion » des langues régionales...

Amoug a-enep al lezenn Molac : 10 kannad e-maez ar jeu

Pebezh furlukinerezh ! Abaoe m'eo bet savet klemm ouzh al lezenn Molac dirak ar c'huzul bonreizhel muioc'h-mui a gannaded a denn o sin diwar an...