Le ministre de l’Education Pap Ndiaye a un « intérêt bienveillant » pour les langues « régionales », mais… (vidéo)

A l’assemblée nationale française, lors du travail en commission du mardi 02 août, Iñako Echaniz, le député NUPES de la 4è circonscription des Pyrénées-Atlantiques (Pays Basque Nord+ Béarn, la circonscription était autrefois celle de Jean Lassalle) a posé une question au nouveau ministre de l’Education Nationale Pap Ndiaye concernant son « intérêt » et son « ambition » pour les langues régionales.

La réponse du ministre aura été un monument de langue de bois ! Et même si Pap Ndiaye affirme du bout des lèvres un « intérêt bienveillant » pour la question, la fin de sa réponse et le terme « centralité » ne laissent augurer rien de bon pour les défenseurs de ces langues en danger.

Crédit photo : commons wikimedia

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

7 réponses

  1. Ben oui il y a un intérêt à cela.
    On vous vendra le Breton, le Basque et l’Occitan pour vous dire qu’au nom de l’égalité il est tout aussi important d’apprendre l’Arabe à l’école.

    Ce qu’il y a de génial c’est que le Breton, le Basque et l’Occitan sont des langues régionales, l’Arabe est une langue nationale (vous voyez la différence)

    C’est très cool, la population de remplacement pourra gagner de précieux points dans sa langue natale Et à terme, justifier de ne pas vouloir parler Français, puisque factuellement l’Arabe est une langue officielle en France !
    Ne voyez-vous rien venir ?

    ____

    Titre de presse : « Enseignement de l’arabe à l’école : cinq questions sur une polémique
    Pour Gérald Darmanin, il pourrait « réduire le pouvoir des religieux ». Mais l’éventuel renforcement de l’arabe à l’école est suspecté par la droite de nourrir le communautarisme. »

    Imaginez qu’on vous promeuve subitement l’apprentissage du Latin « pour lutter contre les cathos tradis et la messe traditionnelle d’avant Vatican II  » !
    C’est l’équivalent à ce que Darmanin veut vous faire croire au sujet de l’Arabe « Enseigner l’Arabe fera reculer l’islam traditionnel »

    Pour prendre les gens pour des imbécile à ce point : IL FALLAIT OSER !

    La contre-attaque très dérangeante pour Darmanin, ne serait pas d’exiger les langues régionales (qui ne lui font pas peur au niveau quantitatif) mais d’exiger que le Latin soit obligatoire dans l’enseignement.
    Darmanin serait fâcheuse position.
    (en plus ce serait « égalitariste » car ni les exogènes ni les endogènes ne pratiquent le Latin en 2022, il serait pris à son propre piège « égalitariste » )

    1. Bonjour,
      La Bretagne est bel et bien une nation, elle était considérée comme tel jusqu’à la Révolution française. Ce n’est parce que l’Etat français a officiellement dissous les nations bretonne, basque, corse et alsacienne qu’elles n’existent plus comme par magie. Nous sommes toujours là, nous parlons toujours nos langues ancestrales sur la terre de nos ancêtres et rien ni personne ne pourra nous en empêcher.
      Cordialement

      1. Jamais je ne contesterai vos propos sur la Bretagne, ce n’était pas du tout mon propos.

        Mon propos n’était pas là, je parlais de stratégie et de ce que cache c’est ostensible générosité, le but in fine .

        -« C’est très cool, la population de remplacement pourra gagner de précieux points dans sa langue natale Et à terme, justifier de ne pas vouloir parler Français, puisque factuellement l’Arabe est une langue officielle en France !
        Ne voyez-vous rien venir ?

        Titre de presse : « Enseignement de l’arabe à l’école : cinq questions sur une polémique
        Pour Gérald Darmanin, il pourrait « réduire le pouvoir des religieux ». Mais l’éventuel renforcement de l’arabe à l’école est suspecté par la droite de nourrir le communautarisme. »

        C’est la stratégie que je mettais en évidence .
        Stratégie qui est on ne peut plus évidente, voir grossière, il suffit de regarder les dates entre ces déclarations sur les langues régionales et les déclarations de Darmanin sur l’arabe …

  2. Rien de nouveau sous le soleil et rien à attendre des jacobins centralisateurs français qui considèrent que seules les vieilles pierres sont à conserver comme preuve du génie de la France sauf que souvent ces vieilles pierres en région existaient avant la création d’un état centralisé…ainsi que les langues régionales qui font donc parties intégrantes du patrimoine régional.
    Il est vrai qu’il semble plus facile de lutter voire d’essayer de faire disparaitre des langues régionales que de conserver des monuments et pourtant elles continuent à survivre.

  3. Monsieur Pap N’diaye venant d’un pays anciennement colonisé chausse sans complexes les bottes du colonisateur comme en témoigne « l’intérêt bienveillant » (on sent là le paternalisme de bon aloi) .dont il gratifie les langues qu’il appelle « régionales ». On aurait pu s’attendre, de la part d’un ancien colonisé, à une certaine sympathie pour ceux qui, ayant été colonisés les premiers, ont subi le colonialisme dans toute sa rigueur et ont (presque) complètement oublié qu’ils avaient un jour été libres. C’est le cas des Bretons.

    Si Monsieur Pap N’diaye voit là une exagération, qu’il consulte l’ouvrage de l’Américain Eugen Weber « Peasants into Frenchmen : The Modernization of Rural France, 1870-1914 ». Il y lira ce qui suit :

    « D’un point de vue colonial, la Bretagne offrait les plus grandes possibilités. Après son union forcée au XVIième siècle, les villes de Bretagne furent envahies par des Français qui imposèrent leur domination ou remplacèrent les marchands du cru et francisèrent les gens qu’ils employaient ou influençaient d’une manière ou d’une autre. Les ports royaux comme Lorient et Brest étaient des villes de garnison en territoire étranger et le terme de colonie était fréquemment utilisé pour les décrire. »

    Monsieur Pap N’diaye sera sûrement très intéressé d’apprendre que, d’après Weber, les méthodes utilisées pour le « développement » économique et culturel de territoires tels que la Bretagne servirent de modèles en Afrique…

    Et voilà, la boucle est bouclée : de colonisé on devient colonisateur sans états d’âme ! C’est le triomphe absolu de l’idée coloniale !

    Marcel Texier, auteur de « La Bretagne n’a pas dit son dernier mot », Edition Yoran Embanner.

  4. Mais  »la France » autorise l’enseignement de la langue  »arabe » à l’école élémentaire…voir https://libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/Accord-franco-algerien-pour-l-enseignement-de-l-arabe-dans-les ecoles-elementaires……J’ai enseigné à Avignon, dans un  »quartier prioritaire », à l’école élémentaire de Champfleury, ma classe (un CE1)comprenait 14 élèves, en majorité musulmans…ces musulmans avaient 4 heures de  »langue arabe » par semaine…pendant que les élèves, d’origine étrangère, apprenaient la langue  »arabe », moi, j’enseignais  »le français » aux autres!…Les immigrés d’origine européenne (Italiens, Espagnols, etc.) n’ont jamais eu d’enseignement  »d’italien » ou  »d’espagnol »,etc… à l’école élémentaire et ils se sont mieux  »intégrés » que les immigrés musulmans!

  5. bienveillance de pap n’diaye , mais quid du français qu’il laisse aller à vau l’eau! blabla et blabla, les résultats des enquête pisa prouvent que ces gens se contrefichent de l’éducation des petites gens (pap a des enfants scolarisés à l’école Alsacienne, huppée et réservée à l’élite friquée parisienne)

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS