Nous poursuivons aujourd’hui, en cette période de vacances scolaires, un tour de Bretagne des pays bretons, par le tourisme.

Pour rappel historique, les pays bretons sont au nombre de 9

Pour chacun d’entre eux, nous vous avons sélectionné 5 lieux à découvrir en famille, 5 visites à faire durant ces vacances. Aujourd’hui, nous poursuivons notre Tro Breizh en Vannetais ou Pays de Vannes, (Bro-Gwened en breton vannetais, Bro-Wened en KLT).

Le territoire du Pays de Vannes correspond, pour une grande part, au département moderne du Morbihan, mais, notamment, sans les cantons ou pays cornouaillais de Gourin et Le Faouët (Ar Faoued), et, par contre, avec celui du finistérien Arzano (An Arzhanoù).

Notre sélection est bien entendu totalement subjective, puisqu’il est difficile de ne sélectionner que 5 lieux dans des régions aussi riches que celles qui constituent la Bretagne.

Les alignements de Carnac

Les alignements de Carnac forment un site d’alignements mégalithiques exceptionnel situé sur les communes de Carnac et de La Trinité-sur-Mer constitué d’alignements de menhirs, de dolmens et d’allées couvertes et réparti sur plus de quatre kilomètres.

Belle-île en Mer

À 15 kilomètres de Quiberon, au sud de la Bretagne, Belle-Île-en-Mer, la plus grande des îles bretonnes. Les falaises de la côte sauvage, les plages et criques de sable fin baignées d’eau turquoise, les landes et vallons offrent des paysages ressourçant à couper le souffle. Depuis le port animé de Le Palais dominé par la citadelle Vauban, vous partirez à la découverte de la célèbre pointe des Poulains, du Port de Sauzon et ses maisons de pêcheurs aux façades colorées, de la plage de Donnant nichée au creux de la côte sauvage, des charmants villages fleuris comme Locmaria, des aiguilles de Port-Coton du côté de Bangor, du phare de Goulphar…

Depuis Quiberon, après 45 minutes de traversée, vivez une escapade d’une journée à Belle-Île, la plus grande des îles du Ponant. Sur 20 km de long et 9 km de large, Belle-Ile-en-Mer offre une beauté naturelle et des paysages surprenants qui évoluent au fil des marées et des saisons.

Le musée de la chouannerie à Quiberon

Fondé en 1985 et ouvert symboliquement le 14 juillet par Guy Halna du Fretay, l’unique musée de France consacré à la Chouannerie, à la Vendée et aux Guerres de l’Ouest propose aux visiteurs plus de 400 pièces (cartes, documents, armes, costumes, objets divers, gravures originales de Marcel de Villemoisson, etc.), retraçant l’ensemble des événements des Guerres de l’Ouest de 1793 à 1832, à partir de vitrines et de tableaux d’explication. Quelques pièces prestigieuses attirent particulièrement l’attention des visiteurs, notamment, les lettres prônant l’extermination des Chouans. Ces collections très émouvantes permettent de mieux comprendre ce qui s’est réellement passé à cette époque.

Toutes les informations ici

Le château de Josselin

Le château de Josselin est situé à Josselin, commune française du département du Morbihan en Bretagne.

Réalisé entre 1490 et 1505 en reprenant bon nombre d’éléments issus du style Louis XII, il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le .

Il est une des pointes du triangle rohannais (trois grandes forteresses La Chèze, Josselin et Pontivy) qui a pour centre le village de Rohan, le fief nominal de la maison de Rohan dont le château est délaissé au profit des trois autres.

Le château est depuis sa construction, la résidence des Ducs de Rohan.

Le mémorial de la Grande guerre de Ste Anne d’Auray

Commencé en 1922, le mémorial aux bretons morts pour la France est terminé en 1938.  Sur le mur de clôture du parc qui ceint le mémorial de 14-18 de Sainte-Anne d’Auray, les noms gravés de 8 000 soldats bretons s’égrènent sur plusieurs centaines de mètres.

C’est l’architecte Charles Chaussepied qui le premier évoque l’idée d’un mémorial dédié aux bretons morts lors de la Grande Guerre.

Le site de sainte-Anne d’Auray s’est imposé d’une part en raison de la grande ferveur catholique suscitée par sainte Anne et, d’autre part, en raison du souhait de l’Eglise catholique de faire de sainte Anne, patronne de la Bretagne, une « mère de la patrie ». Dons et souscriptions sont lancés en 1922 par chaque diocèse.

La guerre de 14-18 a fait autour de 10 millions de morts et 20 millions d’invalides dans le monde, plus d’un million de morts en France et on parlait de 240 000 en Bretagne. Le chiffre a été revu à la baisse : on estime plutôt les pertes humaines à 110 à 130 000 morts. N’empêche, la Bretagne a été la région de France la plus ponctionnée proportionnellement à sa population.

Cette Grande Guerre d’un autre siècle commençait le monde moderne : un nouveau matériel de guerre est apparu, les armes ont changé, les tanks, les pièces d’artillerie avec de puissants canons (la grosse Bertha tirait à plus de 9000 mètres), les armes chimiques avec les gaz dans les tranchées

Et les soldats. Une guerre qui a vidé les campagnes françaises de ses hommes. La Bretagne a fourni de nombreux militaires.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine